Sommaire
Article publié le 14/06/2021 à 01:00 | Lu 1435 fois

Détaché ou expatrié : analyse de l'impact de la carrière à l'étranger sur les droits à la retraite




Les expatriés se préoccupent rarement de leurs retraites des régimes obligatoires français. Pourtant, plus que toute autre, une carrière internationale justifie qu’ils s’y intéressent. Le point avec Novelvy Retraite, société experte en droits de retraite.


Photo Zhang Kai for Unsplash
Ils ne doivent pas oublier qu’ils bénéficieront de plusieurs retraites, chacune calculée de manières différentes et à des âges variables.
 
De plus, outre la législation qui évolue de manière continue, le changement de pays d’accueil aura pour conséquence de modifier les règles qui s’appliquent dans leur cas.
 
Détaché, expatrié : quelle différence ?
Alors que dans le langage courant tout Français installé à l’étranger est considéré comme expatrié, la Sécurité sociale distingue le détaché de l’expatrié.
 
En règle générale, est expatrié l’assuré qui travaille dans un pays étranger et cotise à ce titre de manière obligatoire auprès d’un régime de sécurité sociale étranger.
 
De ce fait, il cesse de cotiser de manière obligatoire auprès des régimes de retraite français mais il a la possibilité d’opter pour une formule de cotisation volontaire auprès des régimes de retraite français, selon son statut.
 
De manière plus exceptionnelle, si l’employeur anticipe une mission de courte durée, le salarié peut être détaché à l’étranger. Dans ce cas, l’employeur est une société française et le pays d’accueil doit avoir signé une convention de sécurité sociale avec la France qui autorise ce détachement.
 
Pendant ce détachement, qui a une durée limitée, le salarié est maintenu dans ses droits aux régimes français de protection sociale (maladie, vieillesse…). La durée du détachement varie de 1 à 3 ans selon les conventions signées entre la France et le pays d’accueil. Le détachement est renouvelable une fois.





Dans la même rubrique
< >

Vendredi 30 Juillet 2021 - 09:06 Réforme des retraites : le paradoxe français