Sommaire
Senior Actu

ZIK : une solution pour les personnes atteintes de malvoyance…

Le groupe industriel Carl Zeiss Vision présentera à l’occasion du salon mondial de l’optique 2009 (SILMO) qui se tiendra à Paris Porte de Versailles du 17 au 20 Septembre, le fruit de plusieurs années de recherche : ZIK (Zeiss Individualized Kepler-System), un système télescopique individualisé qui devrait améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de malvoyance.


Spécialiste de la basse-vision depuis plus d’un siècle, Carl Zeiss Vision est un acteur reconnu pour son implication dans la prise en charge de la malvoyance et pour la qualité de ses aides visuelles adaptées à toutes les déficiences. Depuis la mise au point des premières lunettes télescopiques en 1908, Zeiss n’a cessé d’innover.

Concrètement, cette innovation technologique permet d’allier un fort grossissement télescopique avec une conception modulaire individualisée... Décryptage : en d’autres termes, cela permet à la personne malvoyante d’utiliser ZIK pour une vision de loin et de près, avec une optimisation des champs de vision et de luminosité et une suppression des aberrations périphériques.

Selon ses concepteurs, ce système optique permet non seulement de pouvoir lire, mais monté dans des lunettes supports adéquats, il autorise une multitude d’activités en vision de près. L’usage des mains étant libéré, il est ainsi possible à la personne malvoyante de bricoler, coudre, voir les aliments qu’elle prépare pour son repas etc. D’autre part, ZIK améliore également l’acuité visuelle en vision de loin. « C’est l’assurance de retrouver une très grande autonomie » assure le communiqué de Carl Zeiss Vision qui précise que les « personnes malvoyantes équipées d’un ZIK ont toutes retrouvé une fonction visuelle complète ».

La basse-vision en quelques mots
D’après l’OMS, une personne est considérée comme malvoyante lorsque son acuité visuelle est comprise, après correction, entre 1/20ème et 3/10ème. Or, lorsque celle-ci est inférieure à 2/10ème, les stimuli visuels sont insuffisants et conduisent à une perte d’autonomie. Les corrections « classiques » ne peuvent pas y remédier, la personne est alors considérée comme malvoyante.

La DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge), qui correspond à une détérioration de la partie centrale de la rétine est l’une des principales causes de malvoyance en France actuellement. Dans notre pays, du fait du vieillissement de la population, on estime aujourd’hui à 1.7 millions les personnes souffrant d’une acuité visuelle qui ne peut pas être corrigée avec de simples lunettes.

La principale conséquence des problèmes de malvoyance est une perte d’autonomie dans les activités quotidiennes. L’observation de la télévision et la lecture deviennent difficiles et l'entourage ne comprend pas toujours que certaines choses soient vues et pas d'autres.

Certes, l’autonomie peut être améliorée par des séances de rééducation et des aides visuelles. Mais trouver l’aide visuelle adéquate n’est pas chose aisée puisque chaque handicap visuel varie en fonction de la pathologie, du degré d’atteinte et bien sûr des besoins de la personne.

Les solutions basse-vision qui visent à améliorer les conditions de vie des malvoyants représentent donc de nos jours, un enjeu majeur dans le monde de l’optique.

La basse-vision au cœur du Silmo 2009
Le Mondial de l’optique qui se tiendra à Paris Porte de Versailles du 17 au 20 Septembre s’intéressera plus que jamais cette année à la Basse-Vision, restant à l'écoute des mutations technologiques, aux innovations produits et aux dernières solutions santé. Cette édition 2009 présentera d’ailleurs un espace basse vision « Juste pour voir » : un parcours multi sensoriel qui plonge le visiteur dans les yeux d’un malvoyant.
Zik de Carl Zeiss Vision, DR


Publié le Jeudi 10 Septembre 2009 dans la rubrique Santé | Lu 5595 fois