Sommaire
Senior Actu

Voyage au pays de Gérousie, une grande exposition… « au pays de la vieillesse »

Le Musée de l’AP-HP organise à Paris une exposition baptisée « Voyage au pays de Gérousie » du 19 octobre au 15 juin prochains qui invite le visiteur à découvrir la gérousie, une « contrée » éloignée et méconnue, celle de la vieillesse, et une histoire oubliée, celle du placement des personnes âgées dans des établissements spécifiques, circonscrite au territoire de Paris depuis 200 ans.


Sous ce titre se glisse une invitation au voyage, un de ceux que la société contemporaine –sécuritaire et gourmande d’aventures– affectionne… Dans l’Antiquité, la gérousie désignait en réalisé un lieu de retraite ou de repos réservé aux Anciens.

Prenant ici quelques libertés, le mot s’applique à toutes les institutions destinées aux personnes âgées ; dès lors, la gérousie se confond avec un pays lointain, étranger, inconnu, dans lequel on ne se hasarde pas sans être accompagné ni guidé sur un itinéraire parfaitement balisé.

C’est à partir de cette métaphore du voyage, tel qu’il se pratique aujourd’hui, que nous embarquons à la découverte d’une histoire oubliée, celle du placement des personnes âgées dans des établissements spécifiques, circonscrite au territoire de Paris depuis 200 ans.

« Notre projet est le suivant, indiquent les organisateurs de cet évènement, il s’agit de comprendre, à travers cet itinéraire, la trajectoire très particulière et contrastée des relations que la société moderne entretient avec la vieillesse et le grand âge lorsqu’ils sont accueillis dans des établissements spécifiques. La perception en est généralement incomplète et brouillée par le souvenir des scandales médiatisés au cours des années 70 ». .../...
Voyage au pays de Gérousie

Les mutations actuelles (élévation de l’espérance de vie, augmentation significative du troisième et du quatrième âges) réclament pourtant un regard plus large et objectif, une lisibilité nouvelle qui nourrissent et accompagnent les débats d’aujourd’hui.

Quelques questions guideront nos pas lors de cette exposition : d’où vient ce recours à l’institutionnalisation, quel contexte l’a porté, comment s’est-il imposé ou reformulé et sous la pression de quels facteurs ? Comment une médecine spécifique s’est-elle construite entre les murs de ces établissements, quel est son mouvement propre au regard des autres spécialités, et quels obstacles se sont dressés sur sa route, qui en ont freiné le développement ? Enfin, comment vivaient les populations hébergées, quels étaient leurs rythmes, leurs activités, leurs préoccupations et leurs aspirations ?

Contrairement à l’idée admise, cette histoire n’est ni univoque, ni monochrome. Elle est pleine de contrastes et de rebondissements ; car à travers elle, se lisent quelques-unes des évolutions qui agitent et traversent la société tout entière.

L’esprit du voyage est notre guide et organise le parcours dans sa dynamique, ses étapes, sa scénographie, pendant que la mémoire visuelle de ce passé anime les différentes escales de notre voyage : archives photographiques et audiovisuelles, tableaux, livres, dessins, objets…

La mémoire et la réflexion des professionnels d’aujourd’hui nous accompagnent également tout au long du parcours, pour éclairer, commenter les évolutions des vingt dernières années et nous inviter à débattre des reformulations d’aujourd’hui.

Le parcours de l’exposition

L’invitation au voyage
La première salle s’ouvre sur la confrontation des représentations de la vieillesse, ici et ailleurs : dans les temps mythiques où l’âge n’existe pas, et aux périodes historiques lorsqu’elles inventent une comptabilité nouvelle de l’existence, inscrite désormais à l’intérieur des cycles des « âges de la vie ».

Les réactions à l’égard de ce temps qui s’écoule pour ne plus jamais revenir sont de deux ordres, totalement opposés : la quête de l’éternelle jeunesse ou –depuis l’époque médiévale– la préparation sereine du terme à travers un retrait progressif du monde : première formulation du voyage en gérousie.

Les préparatifs du voyage
Le cap est mis sur Paris, dont la situation démographique et économique, à la fin du 18e siècle, appelle la multiplication d’établissements nouveaux dédiés à la vieillesse : une première en France et qui n’a cessé depuis de se développer. L’offre est importante, diversifiée, contrastée.

Comment choisir ? C’est dans un « salon » qui présente toutes les destinations disponibles que le “touriste” prépare son itinéraire et se familiarise avec l’information, confrontant les emplacements, étudiant les conditions, vérifiant le profil des autres voyageurs avec lesquels il va peut-être s’embarquer. Une façon de rappeler l’extraordinaire diversité, au fil du temps, de ce paysage institutionnel, pour comprendre les critères qui en ont porté l’édification et situer leurs mutations successives.

La veille du départ
Il n’est pas fréquent, pour un voyageur prêt à partir, que tout s’enchaîne comme prévu et les dernières minutes avant le départ apportent toujours leur lot de contrariétés. Bref, l’embarquement est rarement immédiat et chacun a fait l’expérience de ces files d’attente, parfois interminables… C’est ainsi l’occasion de rappeler la difficile équation à résoudre, pour l’institution, consistant à articuler étroitement l’offre et la demande.

Le voyage : déroulé du programme
Enfin embarqué, le voyageur se laisse à présent porter par la succession des étapes, rencontres, animations, activités. Là, il va enfin découvrir de près comment s’organisait la vie quotidienne de ces personnes : le travail, les occupations, les spectacles, le temps libre, mais aussi la médecine et les soignants qui suivent et veillent sur chacun. Une station retiendra particulièrement l’attention : celle qui rappelle comment la médecine s’est implantée sur cette terre lointaine, les horizons qu’elle a poursuivis et les grands noms qui en ont marqué l’histoire.

Au total, une interrogation forte organise l’enchaînement des escales : comment la vie se recompose-t-elle, hier et aujourd’hui, dans ces établissements ; quelles demandes, quels débats ou revendications les agitent périodiquement ? L’inaction n’est de loin pas la règle et le regard du voyageur s’étonnera bien souvent de l’effervescence qui a pu régner dans ces murs.

Quand vient l’heure du récit
Au terme du voyage, chacun est porté par l’envie de raconter, partager, témoigner. Une surprise attend le voyageur, devant une oeuvre : La Souvenance. Trans-mission, réalisée par un collectif de personnes âgées de l’hôpital Charles-Foix : le récit n’est pas seulement celui du voyage mais aussi celui de la vie, car le voyage était toute la vie.

Infos pratiques

Cette exposition bénéficie du soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France –Ministère de la Culture et de la Communication et du partenariat de la Fondation Nationale de Gérontologie.

19 octobre 2007 – 15 juin 2008

Musée de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris
Hôtel de Miramion
47, quai de la Tournelle
75005 Paris


Horaires – Renseignements
Ouvert de 10h à 18h
Du mardi au dimanche (fermé les lundis, jours fériés et mois d’août)
Tél : 01.40.27.50.05


Publié le Lundi 15 Octobre 2007 dans la rubrique Culture | Lu 7757 fois