Sommaire
Senior Actu

Vieux migrants : un dispositif de réinsertion vise à faciliter les séjours longues durée dans le pays d’origine

Il y a aujourd'hui en France 70 915 vieux migrants étrangers âgés de plus de 65 ans et percevant une aide au logement (APL ou ALS). Parmi eux, 42 444 vivent seuls en foyer de travailleurs migrants ou en habitat diffus. Une loi vise à créer une aide à la réinsertion de ces anciens dans leur pays d’origine. Explications du ministère de la Cohésion sociale.


Ces étrangers sont venus en France dans les années 60/70 pour travailler et envoyer une partie de leurs revenus à leur famille restée au pays. 85 % d'entre eux sont mariés (dans leur pays d'origine) et les trois-quarts (72%) ont des enfants (50% ont 4 enfants ou plus dans leur pays d'origine) précise le ministère.

Malgré cela, ces hommes vivent la plupart du temps seuls et sans leurs proches. « Ils pensaient repartir, au plus tard à l'âge de la retraite. Plus de la moitié ne lit pas le français, et s'ils ont passé de longues années en France, ils ne parlent pourtant pas couramment notre langue » remarque le ministère.

Cependant, ces « chibanis » sont dans l'impossibilité d'effectuer des séjours de longue durée ou de rentrer définitivement dans leur pays d'origine. En effet, le maintien de leur droit au régime général de l'assurance maladie est conditionné à une résidence de plus de six mois en France.

De plus, ceux dont les revenus sont les plus faibles ont l'obligation de résider en France car la résidence stable et régulière sur le territoire français est obligatoire pour percevoir l'Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (Art L-815.1 code de la sécurité sociale).

Dans ce contexte, la loi vise à créer une aide à la réinsertion de ces anciens migrants dans leur pays d'origine. Le montant de cette aide serait calculé selon l'aide au logement perçue pendant leur résidence en France.

L'objectif de la loi est de faciliter les séjours de longue durée dans leur pays pour cette population.

Ce dispositif présente des avantages sur les plans humain, financier, et politique :

Humain : Il permet à cette population de vieillir en passant le plus clair de leur temps avec leur famille
Financier : Il nous permet de libérer des logements sans dépenses supplémentaires.
Politique : Nous aurions l'occasion d'afficher la reconnaissance de la France pour le travail de ces chibanis, et de montrer aux jeunes immigrés que la République traite dignement leurs aînés.


Publié le Mercredi 14 Février 2007 dans la rubrique Retraite | Lu 6222 fois