Sommaire
Senior Actu

Vieillissement de la population : le marché de la maison individuelle va devoir s'adapter

Face au vieillissement de la population, le marché américain de la maison individuelle va devoir évoluer afin de proposer des habitations plus étudiées pour une clientèle de seniors. En effet, avec l’avancée en âge, les personnes âgées de 60 ans et plus délaissent les grandes bâtisses et leurs immenses jardins pour des demeures plus petites, de plain-pied et surtout mieux adaptées à leur condition physique.


Maintenant que les enfants sont partis, que les premiers petits soucis de santé commencent à apparaître, de nombreuses personnes âgées de 60 ans et plus envisagent de revendre les grandes maisons individuelles qui ont abrité leur famille pendant de longues années.

Ainsi, les agents immobiliers américains notent une augmentation de la demande de logements de plain-pied et sans étage. « J’en ai marre de ces cinq chambres et de mes deux étages à monter et descendre » se plaint cette jeune retraitée de 62 ans. « C’est beaucoup de travail pour entretenir tout cela et puis en plus, il y a le jardin. Pour l’instant, ça va encore, mais dans quelques années, mon mari et moi n’auront peut-être plus la force de nous occuper de tout cela ».

Ce couple de sexagénaires recherchait donc une maison de ville ou une résidence située dans un village de retraités. Quelque chose qui corresponde mieux à leurs attentes et à leurs futurs besoins. De fait, ils viennent de trouver une petit pavillon construit sans aucun escalier, situé dans une rue calme, édifié dans un complexe de douze logements réservés aux plus de 55 ans. « Il n’y a même pas de marches pour accéder au parking » s’exclame le mari.

« La demande pour ce type de produits va augmenter dans les années à venir » indique un spécialiste de l’immobilier. « Il ne s’agit plus de construire des logements pour les personnes handicapées. On s’oriente maintenant vers des constructions plus intelligentes, qui s’adaptent à tout le monde, qui ne sont plus stigmatisantes pour les individus gênés par telle ou telle déficience physique : personne en chaise roulante, problème de dos, jambe raide, arthrite, troubles dans les escaliers, etc. ».

« Nous essayons de développer le concept de la « visitabilité » des maisons individuelles » explique un architecte américain. « Il n’est pas normal qu’une personne en chaise roulante ne puisse par rendre visite à sa famille parce que la maison n’est pas adaptée. Imaginez que votre grand-père vienne s’installer chez vous quelques jours mais qu’il ne puisse pas accéder à la salle de bain qui se trouve à l’étage. Ce n’est pas très accueillant tout de même ! »

Bien évidemment, il ne s’agit pas de tout raser et de tout reconstruire sur des bases d’accessibilité. Toutes les maisons ne peuvent pas équipées de couloirs et de portes plus larges, de salles de bain plus spacieuses et mieux équipées, de toilettes adaptés… Cependant, il est important d’essayer de rendre accessible au moins une partie de l’habitat. Dans un monde « idéal », il faudrait que le rez-de-chaussée soit accessible à tout le monde. Qu’il possède toutes les pièces nécessaires pour y vivre (chambre, salle de bain, cuisine et toilette). Ainsi, n’importe qui peut s'y sentir à l'aise.

Certains entrepreneurs américains et même européens bâtissent désormais des maisons accessibles à tous. Les clients sont satisfaits et soulignent que la plupart du temps, leurs invités ne remarquent même pas les différents aménagements adaptés à certains handicaps. C’est le cas de ce couple de quinquagénaires. Ils viennent de s’acheter une nouvelle maison construite aux normes universelles, autrement dit accessible à tout le monde : toutes les pièces sont situées au même niveau, il n’y a aucune marche, les portes sont larges, la salle de bain est équipée, aucun dénivelé entre le logement et le garage, etc. « J’ai mal au dos et aux genoux » explique le nouveau propriétaire, âgé de 52 ans. « Je ne voulais pas de marches. J’essaie de me projeter dans le futur. Ce sont des choses auxquelles il faut penser dès maintenant. Et puis c’est merveilleux de voir qu’une maison bâtie sur un seul niveau est accessible à tous ! ».
Vieillissement de la population : le marché de la maison individuelle va devoir s'adapter


Publié le Lundi 30 Janvier 2006 dans la rubrique Habitat | Lu 15255 fois