Sommaire
Senior Actu

Viagra : 50.000 boîtes de contrefaçon saisies à Roissy

Les douaniers de l’aéroport de Roissy ont saisi vendredi dernier 49.790 boîtes de Viagra de contrefaçon pour une valeur de trois millions d’euros. Cette prise montre bien que les médicaments, au même titre que les montres de luxe ou les pièces de voiture sont de plus en plus victimes de la « copie », avec tous les dangers que cela peut entraîner pour les consommateurs… Notamment avec les ventes en ligne.


Ces marchandises en provenance d’Inde étaient destinées à la République dominicaine. Sous la dénomination « Sildénafil », principe actif du Viagra, chaque boîte contenait quatre comprimés bleus en losange, couleur et forme caractéristiques des cachets de Viagra que produit la société Pfizer.

Cette nouvelle saisie illustre bien la progression inquiétante de la production de copies de médicaments dans le monde. En 2006, les douanes françaises ont saisi près de 600.000 médicaments contrefaits dont la plupart étaient des faux comprimés de Viagra, précise la Direction générale des douanes françaises dans son communiqué.

Cette nouvelle forme de piraterie est devenu un sujet de fortes préoccupations tant pour les pouvoirs publics que pour les entreprises. D’autant que ces faux remèdes circulent très facilement par le biais de l’internet où les ventes illégales ne font l’objet d’aucun contrôle –ou presque.

De très nombreuses adresses de messagerie électronique sont ainsi régulièrement polluées par des messages proposant de se procurer sans ordonnance, différentes marques de produits contre la dysfonction érectile, d'origine on ne peut plus douteuse... .../...

Mais contrairement à l’achat d’un faux sac Vuitton ou d’une fausse Rolex, la consommation de médicaments de contrefaçon peut s’avérer au mieux inefficace et au pire, dangereuse voire mortelle. Comme le souligne Les entreprises du médicament (LEEM), « le médicament n'est pas un produit comme les autres. Il doit, avant d'être commercialisé, obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par une autorité sanitaire, l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps). Cette AMM garantit la sécurité, la qualité et l'efficacité du produit. Or, les « faux médicaments » ne respectent pas ces exigences et sont potentiellement dangereux pour la santé ».

« Les produits cibles des contrefacteurs sont surtout des produits à forte valeur ajoutée, mais aussi des produits dits « de conforts » ou « de société », comme des anorexigènes, hormones ou traitements du dysfonctionnement érectile » précise encore le LEEM qui rappelle qu’en France, « la vente de médicaments est réservée aux pharmaciens ». De fait, « la vente (de médicaments) sur le net n'est pas, à l'origine, une voie « normale » pour acheter des médicaments ».

« Par précaution et parce qu'on ne peut pas savoir ce que contiennent les médicaments vendus sur Internet, il est déconseillé d'acheter des médicaments à distance sans l'aide d'un pharmacien » conclut le LEEM sur son site Internet.

Pour lutter contre ce fléau, Pfizer dote ses boîtes de Viagra d'un système anti-contrefaçon

Boîte de Viagra Pfizer dotée du système RFID
Dans ce contexte, et afin de lutter contre les copies de son produit, le laboratoire Pfizer a doté son Viagra d'un nouveau système anti-contrefaçon, le RFID (Radio Fréquence Identification).

Cette expérience unique dans le combat contre la copie des médicaments « s'inscrit dans une initiative globale du groupe pour lutter contre la contrefaçon, initiée depuis plusieurs années (…) et dans le souci de la sécurité du patient » indique Pfizer.

Ainsi, pour la première fois dans le monde de l'industrie pharmaceutique, un médicament est pourvu à grande échelle, d'un nouveau système anti-contrefaçon. Désormais, grâce à son « étiquette RFID », le Viagra devrait donc devenir plus aisément contrôlable et les professionnels pourront ainsi s'assurer, à chaque étape de la chaîne de distribution du médicament, de la provenance du produit.

Le Viagra

Le Viagra a été commercialisé en France en octobre 1998. A ce jour, plus de 15 millions de petites pilules bleues ont été prescrites dans notre pays et le doyen des utilisateurs est âgé de 95 ans.

La dysfonction érectile concerne plus de 150 millions d'hommes dans le monde dont 31 millions en Europe. En France, presque 20% de la population masculine présenteraient des problèmes d'érection, soit un homme sur cinq et presque un tiers de la population masculine, soit un sur trois après 40 ans.

Cette tendance, devrait s'accentuer dans les années à venir compte tenu de la corrélation entre problèmes d'érection et vieillissement des populations dans la plupart des pays.


Publié le Mardi 15 Mai 2007 dans la rubrique Santé | Lu 13173 fois