Sommaire
Senior Actu

Vers un abandon progressif de l’âge de la retraite, préconise l’OCDE

A une époque marquée par le vieillissement de la population, il n’est plus possible de gaspiller les précieuses ressources que les seniors représentent pour l’entreprise, l’économie et la société et la notion même d’âge obligatoire de départ en retraite doit être remise en question estime l’OCDE dans un rapport rendu public lundi dernier à Bruxelles.


Vers un abandon progressif de l’âge de la retraite, préconise l’OCDE
Et le communiqué de l’OCDE de préciser qu’ « aujourd’hui, bien des politiques publiques et des pratiques sur les lieux de travail découragent les seniors de poursuivre leur activité professionnelle. En moyenne dans les pays de l’OCDE, moins de 60 % des personnes âgées de 50 à 64 ans ont un emploi, contre 75 % parmi les 25-49 ans ».

Ces politiques et pratiques sont un héritage du passé et elles ne sont pas tenables à un moment où le vieillissement de la population pèse sur les finances publiques et freine la progression des niveaux de vie. S’il n’y a pas de changement dans la situation au regard du travail, la proportion d’inactifs âgés par travailleur doublera pratiquement dans la zone de l’OCDE, passant d’environ 38 % en 2000 à un peu plus de 70 % en 2050.

Cette situation pourrait se traduire par une augmentation des impôts ou par une baisse des prestations, associée à un ralentissement de la croissance économique. Si rien ne change, l’analyse prévoit que la croissance du PIB par habitant dans la zone de l’OCDE pourrait s’établir à environ 1.7 % par an au cours des trente prochaines années, soit un taux inférieur de 30 % environ au taux moyen annuel enregistré entre 1970 et 2000.

Pour éviter cela, l’OCDE estime que des politiques de l’emploi doivent être prises pour accompagner le vieillissement en encourageant les seniors à rester plus longtemps actifs. Aujourd’hui, l’âge moyen effectif de départ à la retraite est inférieur à l’âge officiel de la retraite dans beaucoup de pays, en particulier en Europe. Si les pays ont commencé à prendre des mesures – notamment dans le domaine de la réforme des systèmes de retraite – d’autres dispositions sont nécessaires.

L’OCDE formule donc des recommandations dans trois domaines clés :

Les gouvernements devraient veiller à ce que les pensions et les autres dispositifs sociaux favorisent la poursuite d’une activité au-delà d’un certain âge au lieu d’avoir l’effet inverse. Ils devraient aussi consacrer un niveau suffisant de ressources pour aider les demandeurs d’emploi âgés à retrouver du travail.

Les employeurs doivent mettre fin à la discrimination et adapter les conditions de travail à la diversité des âges de leurs salariés . Il conviendrait de remettre en question la mise à la retraite d’office car elle est incompatible avec l’objectif général visant à laisser une plus grande latitude aux travailleurs pour choisir le moment de leur départ à la retraite.

Les seniors doivent eux-mêmes changer d’attitude vis­à­vis du prolongement de la vie active et de l’acquisition de nouvelles compétences – les inégalités entre les travailleurs âgés et les travailleurs plus jeunes sur le plan de la formation sont présentes dans tous les pays, mais elles sont particulièrement marquées dans certains.


Publié le Mercredi 12 Octobre 2005 dans la rubrique Retraite | Lu 1862 fois