Sommaire
Senior Actu

Vers moins d'extraction en orthodontie ?

L’extraction de dents définitives en orthodontie a toujours été un sujet sensible, source de nombreuses discussions, tant pour les orthodontistes entre eux, qu’au sein de leur cabinet avec leurs patients. La préoccupation commune à tous étant, bien entendu, d’éviter au maximum l’ablation de dents saines. Le point avec le Dr Olivier Migault, orthodoniste et membre de la FFO.


Vers moins d'extraction en orthodontie ?
Si la grande majorité des traitements orthodontiques nécessitait des extractions dentaires il y a quelques années, il n’en est plus de même aujourd’hui. Les raisons de cette évolution « conservatrice » sont multiples.
 
En premier lieu, la prise en charge plus précoce des jeunes patients a permis de diminuer les indications d’extractions. Dans une bouche trop petite pour accueillir les dents - qui présente alors des encombrements parfois importants - il sera bénéfique de favoriser la croissance des mâchoires, dans des limites physiologiques que nous connaissons mieux aujourd’hui. Le gain de place peut être obtenu par le port de certains appareils et/ou par la correction de fonctions orales déficientes.
 
L’effet sera d’autant plus efficace que l’intervention aura lieu tôt dans la période où la croissance de l’enfant et de l’adolescent est importante. De plus, les techniques orthodontiques ont progressé, et les matériaux permettent dans un certain nombre de situations cliniques, d’obtenir un alignement dentaire harmonieux et stable. Ceci sans avoir à diminuer le nombre de dents.
 
La chirurgie orthognathique (correction chirurgicale d’un décalage des mâchoires) participe également à la diminution des indications d’extractions. Enfin, les critères esthétiques ont sensiblement évolué. Aujourd’hui, les sourires larges sont appréciés, considérés comme des signes d’épanouissement et d’appétit de vivre. De plus, les dents antérieures participent au soutien des lèvres et une bouche paraitra plus jeune plus longtemps si on lui laisse plus de relief.
 
Cependant, si cela va dans le sens du progrès de l’orthodontie et de l’évolution de notre société, il paraît difficile de ne plus jamais avoir recours aux extractions. En effet, il y aura toujours des anomalies génétiques - bénignes mais difficilement évitables – chez des individus qui présenteront l’association de dents de grande taille et de petites mâchoires. L’expansion des mâchoires n’est par ailleurs pas sans limite. Il y aura également toujours des anomalies dans le trajet d’éruption de certaines dents (canines incluses, dents de sagesse) qui entraîneront le plus souvent la nécessité d’extractions. Enfin, l’évolution humaine s’accompagne d’une contraction des arcades dentaires. Notre fonction masticatrice étant moins sollicitée, elle ne favorise pas leur développement.
 
La tendance générale de la pratique en orthodontie est aujourd’hui à la diminution des extractions dentaires, pour le plus grand plaisir des patients. Cette pratique subsiste cependant dans un but thérapeutique et les indications d’extractions ne disparaitront probablement jamais totalement.
 
Article publié à l’occasion des 18èmes Journées de l’Orthodontie qui se sont tenues du 7 au 9 novembre 2015 à Paris.


Publié le Mardi 24 Novembre 2015 dans la rubrique Santé | Lu 1435 fois