Sommaire
Senior Actu

Vague de chaleur en France : les maisons de retraite et le plan bleu

Marisol Touraine, la ministre de la Santé a passé en revue cette semaine les différentes mesures prises dans les maisons de retraite. Elle s’est d’ailleurs rendue dans l’établissement « Les Cristallines », pour vérifier les actions mises en place pour faire face aux fortes chaleurs et rappeler les précautions à prendre pour les personnes âgées.


Vague de chaleur en France : les maisons de retraite et le plan bleu
Depuis dimanche, la France connaît des températures très élevées. Et cette période caniculaire est appelée à durer au moins jusqu’à mardi prochain… Aujourd’hui, plus de la moitié de la France (51 départements) est en vigilance orange canicule (niveau 3).
 
À ce jour, remarque le communiqué de la ministre, « aucune difficulté particulière n’a été relevée dans le recours au système de soins, en ville comme à l’hôpital, même si les sollicitations en lien avec la chaleur ont légèrement augmenté. La situation sanitaire est donc maîtrisée et la mobilisation des pouvoirs publics reste totale, pour anticiper et gérer son impact sanitaire, en particulier sur les personnes fragiles ».

​Rappel

Niveau 3 - (niveau actuel) alerte canicule, déclenché par les préfets de départements sur la base du passage en vigilance orange. A ce niveau, des actions de prévention et de gestion sont mises en oeuvre par les services publics et les acteurs territoriaux de façon adaptée à l'intensité et à la durée du phénomène.
 
Niveau 4 - mobilisation maximale qui correspond à un passage en vigilance rouge. Il correspond à une canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d'effets collatéraux dans différents secteurs. Cette situation nécessite une mobilisation maximale et une coordination de la réponse de l'Etat avec l'activation de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC), qui regroupe l'ensemble des ministères concernés.

Les établissements médico-sociaux, notamment les maisons de retraite, ont pris les dispositions nécessaires en mettant en oeuvre leurs « plans bleus » (augmentation des effectifs pour la distribution de l’eau dans les étages, aménagement des repas, coopération avec les hôpitaux à proximité…).
 
Le Plan bleu est un plan de gestion de crise permettant aux maisons de retraite, la mise en place rapide des moyens indispensables pour faire face efficacement à une canicule.

Ainsi, les MDR doivent réaliser un plan bleu dans lequel figure notamment :

- une convention conclue avec un établissement de santé proche fixant les modalités de coopération et d’échanges sur les bonnes pratiques concourant à prévenir les effets d’une vague de chaleur sur la santé et à éviter des hospitalisations

- la désignation d’un référent, directeur ou médecin coordonnateur, responsable en situation de crise

- un protocole d’information des résidents et de la famille de l’activation du plan bleu

- les recommandations de bonnes pratiques préventives en cas de canicule à destination des personnels

- un protocole sur les modalités d’organisation de l’établissement en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence.
 
Les MDR ont aussi l’obligation d’avoir au moins une pièce climatisée dans la structure : cette pièce est bien souvent la salle d’animation. Les résidents y sont régulièrement conduits lors de pics de chaleur afin de s’y rafraîchir. Cependant, de nombreux établissements ont également recours à des climatiseurs mobiles pour rafraîchir les chambres. Par ailleurs, les établissements aèrent les chambres le matin et le soir pour faire rentrer de l’air frais et ferment les volets au cours de la journée pour éviter que la chaleur ne rentre. Des draps humides sont parfois posés le long des fenêtres pour contenir la chaleur extérieure.
 
La MDR doit enfin mettre en place le dossier de liaison d’urgence (DLU) pour chaque résident. Pour mémoire, le DLU permet de faciliter l’intervention d’un médecin extérieur à l’établissement, notamment en cas de besoin de prise en charge médicale urgente, en lui mettant à disposition les éléments sociodémographiques, l’évaluation médicale et des soins du résident. Le médecin coordonnateur veille à la mise à jour régulière du DLU par le médecin traitant de la personne hébergée.

Par ailleurs, d’importantes mesures d’information du public ont également été prises :

- activation, dès lundi, de la plateforme téléphonique « Canicule Info Service», accessible tous les jours, de 9h00 à 19h00, au 0800 06 66 66 – cette plateforme a enregistré depuis son lancement 2 140 appels ;

- diffusion depuis cet après-midi des messages de prévention sanitaire « attention canicule » par les services de télévision et de radio pour informer la population des conséquences de la canicule et l’appeler à prendre ses précautions ;

- livraisons d’affiches et de dépliants dans les établissements de santé et les établissements médico-sociaux pour sensibiliser les patients et les résidents aux bons gestes à adopter face à la chaleur.

​Plan Canicule : le point sur Paris

Depuis plusieurs mois, Paris invite les seniors à s’inscrire sur le fichier « Chalex ». En cas de canicule, ces personnes sont appelées par des agents mandatés par la Ville de Paris pour s’assurer que tout va bien. En l’absence de réponse, ou si un problème est signalé, une alerte est enclenchée et peut être suivie d’une intervention à domicile. Pour s’inscrire, il suffit d'appeler le 3975 (coût d'un appel local) ou de renvoyer un bulletin d'inscription, disponible en mairie d'arrondissement et dans les centres d'action sociale de la Ville de Paris. A ce jour, ce fichier recense déjà plus de 13.000 personnes.
 
Depuis mardi dernier :

- Les agents municipaux contactent par téléphone les personnes vulnérables, pour prendre de leurs nouvelles et leur rappeler les mesures préventives face à la chaleur. Si une urgence est constatée, un médecin bénévole de l’association « Les transmetteurs » évaluera la meilleure réponse à apporter. Un travailleur social pourra également se rendre sur place.

- Des salles rafraichies sont ouvertes dans les équipements publics (EPHAD, mairies d’arrondissements), à la hauteur des besoins.

- L’information est renforcée sur les panneaux lumineux présents sur l’espace public, afin de sensibiliser les Parisiens à cette situation.
 
« La prévention des risques est aussi l’affaire de tous », souligne Dominique Versini, adjointe à la Maire de Paris en charge de la solidarité. « J’invite les Parisiens à aller à la rencontre de leurs voisins les plus fragiles et à leur rappeler les bonnes pratiques à adopter en période de chaleur », souligne-t-elle.


Publié le Vendredi 3 Juillet 2015 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 1061 fois