Sommaire
Senior Actu

Vaccin : près d’un Français sur cinq n’est pas à jour

Alors qu’a lieu actuellement la 8ème Semaine européenne de la vaccination, organisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Institut national de la prévention et de l’éducation pour la santé vient de présenter les résultats de son baromètre qui montre qui près d’un Français sur cinq n’est pas à jour ! Rappelons que vaccination reste le mode de prévention le plus efficace pour certaines maladies infectieuses (tétanos, polio, rougeole, méningite C, etc.).


Si plus de huit Français sur dix sont favorables à la vaccination, pour autant, les résultats du Baromètre santé Inpes 2010 montrent que le suivi de la vaccination n’est pas toujours assuré...
 
Ainsi, plus d’un quart des Français de 15 à 79 ans (27%) ne connaît pas la nature de son dernier vaccin, une situation qui concerne tout particulièrement les jeunes de moins de 25 ans (53%).
 
Certains Français estiment même ne pas être à jour dans leurs vaccins : 19% des 15-79 ans, soit près d’une personne sur cinq. Or, ne pas être à jour implique que l’on n’est pas protégé efficacement contre ces maladies infectieuses.
 
Rappelons que grâce à la vaccination, certaines maladies ont totalement (variole) ou quasiment disparu (poliomyélite). De plus, les épidémies sont plus rares. Seul l’accès à l’eau potable a eu un bénéfice supérieur à la vaccination pour améliorer l’état de santé des populations depuis le 18ème siècle !
 
Pour une vaccination efficace, trois étapes clés sont à connaître :

La primo vaccination : c’est la première séquence de vaccins qui va permettre à notre organisme d’acquérir des défenses nécessaires pour être protégé. En fonction du vaccin une seule dose (injection) suffi t (par exemple méningocoque C) mais le plus souvent plusieurs doses sont nécessaires (par exemple coqueluche, rougeole, tétanos). La primo vaccination est effectuée chez le nourrisson dans la très grande majorité des cas selon un calendrier précis.
 
Les rappels : les défenses apportées par la primo vaccination diminuent au cours du temps. Il faut donc les réactiver pour être protégé : c’est le rôle de la dose (l’injection) de rappel. Ces rappels se font tout au long de la vie (exemple le rappel de la coqueluche à 11 ans, le rappel diphtérie polio tétanos à 45 ans…).
 
Le rattrapage : certaines personnes n’ont jamais eu de primo vaccination ou bien ont raté des injections de rappel. Dans les deux cas, il faut faire un rattrapage pour être à jour et respecter le calendrier en vigueur.
 
« Être à jour » c’est avoir reçu les vaccins recommandés en fonction de son âge et avec le bon nombre d’injections pour être protégé. Il n’est jamais trop tard.
 
Le calendrier des vaccinations donne toutes les informations pour s’y retrouver dans ses vaccinations : type de vaccins, maladies et personnes concernées, nombre de rappels, procédures de rattrapage en cas d’oubli… Il est ajusté chaque année en fonction de l’avancée des connaissances scientifiques sur les maladies infectieuses et les vaccins.

Vaccinations à l’âge adulte

Bien souvent, à l’âge adulte, les préoccupations vis-à-vis de sa santé sont moindres. 

Le carnet de santé reste au fond d’une armoire. Pourtant la vaccination reste d’actualité.

À 25 ans, un rappel s’impose pour une protection efficace contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (DTP) et la coqueluche. Le rappel DTP se fera ensuite à âge fixe : 45, 65, 75 ans…

Pour les parents, les futurs parents ou toute personne qui seront en contact avec des nourrissons, on conseille fortement d’effectuer le rappel du vaccin contre la coqueluche à l’âge de 25 ans, pour protéger les bébés. En 2012, les parents étaient à l’origine de la contamination d’un nourrisson dans 63% des cas et la fratrie dans 27% des cas. La coqueluche peut être très dangereuse chez un nourrisson. À partir de 2014, la vaccination est conseillée pour tout projet de grossesse survenant dix ans après le dernier rappel coqueluche.
 
Pour les plus de 65 ans, comme chaque année ne pas oublier de se faire vacciner contre la grippe.
 
Le voyageur
Quand on part en vacances loin de chez soi, une liste de choses est à prévoir : visa, passeport… mais aussi la mise à jour de ses vaccins. Avant de partir, il est conseillé de s’informer sur les vaccins supplémentaires à faire pour s’assurer un retour de vacances en forme : fièvre jaune, typhoïde, encéphalite japonaise… selon la destination choisie, il est important de


Publié le Jeudi 24 Avril 2014 dans la rubrique Santé | Lu 7490 fois