Sommaire
Senior Actu

Urgences respiratoires : ce que tout passager de vol long-courrier doit savoir

Voyageurs en vols long-courrier, attention ! Des accidents pulmonaires peuvent se cacher là où on ne les attend pas. En cause ? L’embolie pulmonaire appelée aussi « syndrome de la passerelle ». Echanges avec le Professeur Frédéric Lapostolle du SAMU93 dans le cadre du Congrès de pneumologie de langue française (CPLF) qui se tiendra du 27 au 29 janvier à Marseille.


Urgences respiratoires : ce que tout passager de vol long-courrier doit savoir
Les épisodes de malaises, voire d’arrêts cardio-respiratoires à l’arrivée des vols long-courriers ne sont malheureusement pas exceptionnels : les nombreuses heures assises sur le siège de l’avion favorisent la formation d’un caillot, souvent dans le mollet, qui va migrer dès que la personne se met en mouvement pour sortir de l’avion.
 
Celui-ci peut alors être victime d’une embolie pulmonaire et s’écrouler... au niveau de la passerelle (d’où sa dénomination « syndrome de la passerelle »). Ce phénomène assez fréquent a été observé par l’équipe du Pr Lapostolle. Proche de Roissy, son équipe prend en charge de nombreux cas qui ont fait l’objet de plusieurs études.
 
Si le nombre de personnes à risque est considérable, les circonstances de survenue des accidents « thrombo emboliques » au cours des voyages en avion demeurent mal connues, en particulier au moment de la manifestation des symptômes.
 
De 1993 à 2013, l’équipe du Samu 93 a mené une étude auprès de 156 patients, âgés de plus de 16 ans, victimes d’une embolie pulmonaire après un voyage aérien ; pathologie confirmée par angio-scanner ou scintigraphie. L’objectif de l’étude ? Caractériser le moment où se produit l’embolie pulmonaire. Sur l’ensemble des patients, on a pu observer que les symptômes se manifestaient majoritairement sur la passerelle (132 cas, soit 85% des cas), quelquefois en vol (21 cas, soit 13%) et de manière isolée dans l’aéroport (1 cas seulement).
 
Pour le Professeur Lapostolle, les conclusions de cette étude parlent d’elles-mêmes et portent un double message : diagnostique et thérapeutique. « Quand un patient présente ce type de symptômes, qui plus est, s’il a plus de 40 ans, on pense immédiatement à un infarctus du myocarde. C’est le diagnostic que posent généralement les équipes de secours qui agissent en conséquence. Or, nous considérons que si cet évènement survient sur la passerelle à la sortie d’un vol long-courrier, il s’agit en réalité d’une embolie pulmonaire. La réanimation doit se faire selon ces critères ». Inversement, lorsqu’un patient fait un malaise grave dans l’avion ou dans l’aéroport, il y a peu de chances que ce soit une embolie pulmonaire mais bel et bien un accident cardiovasculaire.
 
Un conseil aux voyageurs ? Éviter de vous recroqueviller sur votre siège des heures durant ! C’est ce qui se produit régulièrement lorsqu’on a pris un petit cachet pour dormir, mais cette pratique favorise ce type d’accidents.

​Pendant le voyage : 7 règles à suivre en avion

Assis
1. Le buste droit, jambes un peu écartées, les mains à plat à l'intérieur de chaque genou, rapprocher l'un vers l'autre les genoux, en opposant une résistance avec les mains. A répéter 20 fois. 
2. Le buste droit, les mains à plat sur les genoux, faire monter et descendre les genoux par des flexions-extensions des pieds et chevilles, en appuyant légèrement sur les genoux avec les mains. 30 secondes de chaque côté.
3. Un pied au sol, lever l'autre jambe à l'horizontal et faire tourner le pied soulevé dans un sens puis dans l'autre. Recommencer avec l'autre jambe.
4. Toujours en position assise, souliers enlevés, faire rouler d'avant en arrière une bouteille en plastique ou une balle sous la plante du pied pendant 30 sec. Même exercice de l'autre côté. 
 
Debout
5. Debout, le corps bien droit, si possible déchaussé 
6. Elevez-vous sur la pointe des pieds et maintenez cette position quelques instants. 
7. Reposez ensuite les talons sur le sol et soulevez les orteils. Répéter ce mouvement une douzaine de fois puis repos durant 3 minutes. Si vous le pouvez, refaire ces mouvements une ou deux fois.    


Publié le Vendredi 27 Janvier 2017 dans la rubrique Santé | Lu 1466 fois