Sommaire
Senior Actu

Une vingtaine de couples senior/étudiant partagent des appartements à Milan

Après l’Espagne et la France, le partage d’appartement entre une personne âgée et un étudiant existe maintenant depuis presque un an en Italie, plus précisément à Milan, par le biais de l’opération « Prendi in casa uno studente » mise en place par l’association MegliMilano qui a pour vocation l’amélioration de la qualité de vie urbaine de cette ville du nord de l’Italie.


Une vingtaine de couples senior/étudiant partagent des appartements à Milan
A l'instar des autres pays européens, cette action lancée par MeglioMilano en partenariat avec l’université de la ville et certaines administrations publiques, poursuit un double but : rompre l’isolement des personnes âgées d’une part et faciliter l’accès au logement pour les étudiants d’autre part.

En effet, Milan est une ville où les loyers sont chers et comme partout ailleurs, elle compte aussi un bon nombre de personnes âgées qui souffrent de la solitude. L’idée est donc de loger des étudiants chez des aînés.

Les jeunes participent aux frais pour les dépenses courantes (entre 150 et 250 euros) et partagent le quotidien des seniors. Ils peuvent les aider dans la réalisation de certaines tâches, prendre le petit-déjeuner ensemble, faire leurs courses, discuter, etc. En contrepartie, ils bénéficient d’une chambre indépendante, meublée, qui se trouvent dans la plupart des cas, à proximité de l’université.

Comme le souligne Ellida Massone, coordinatrice de ce projet, « la seule chose dont les personnes âgées ont réellement besoin, plus que l’argent, c’est la compagnie. Avoir quelqu’un à la maison les aide à se sentir plus en sécurité. Mais l’inverse est aussi vrai, notamment pour les très jeunes étudiants(es) qui se retrouvent du jour au lendemain, loin de chez leurs parents ».

Si l’âge minimum pour faire partie de ce programme est de 65 ans, la plupart des aînés qui participent à cette action sont âgés de 80 ans ou plus. Ce sont principalement des femmes qui vivent seules mais en totale indépendance. Nombreuses sont celles qui ont travaillé comme professeur et ont eu des enfants. Elles ont donc l’habitude d’être en contact avec les jeunes.

En ce qui concerne les étudiants, ce sont principalement des jeunes filles du nord de l’Italie, qui en plus d’un logement à un prix raisonnable, recherche un endroit calme pour pouvoir étudier. « Ces étudiantes sont heureuses de partager un appartement avec une personne qui a le même âge que leurs grands-parents et apprécient cet environnement silencieux, favorable à leur travail » ajoute Mme Massone. « Au cours des derniers mois, nous avons reçu de nombreuses candidatures de la part d’étudiants étrangers, spécialement de France, d’Espagne, du Portugal, du Brésil, d’Europe de l’est ou encore du Maroc ou du Cameroun. Nous essayons de satisfaire les demandes, mais parfois c’est un peu difficile, notamment à cause de la barrière de la langue » précise-t-elle encore.

Une vingtaine de couples senior/étudiant partagent des appartements à Milan
Lorsqu’un jeune s’installe chez un senior, les deux parties signent un contrat qui stipule les droits et les devoirs de chacun. La période d’hébergement minimum est de huit mois et peut être reconduite avec l’accord des deux personnes concernées.

« Jusqu’à maintenant une vingtaine de couples ont été formés et une vingtaine d’autres sont en cours de constitution » indique la coordinatrice. « Même si ce nombre peut sembler faible, nous sommes certains que ce concept va se développer dans les années à venir, lorsque cette expérience sera mieux connue. Notre projet est d’ores et déjà plébiscité par les étudiants, les personnes âgées, les universités, les médias et les administrations publiques. Naturellement, ce n’est pas LA solution au problème du logement étudiant, mais cela peut malgré tout les aider, et réduire par la même occasion, la solitude des aînés » ajoute-t-elle.

Milan est actuellement la première grand ville du pays a expérimenté ce programme, mais d’autres municipalités s’intéressent à cette idée : Rome, peut-être Venise et d’autres villes plus petites mais qui possèdent des université comme Cremona ou Potenza. L’année prochaine, un réseau nationale pourrait même voir le jour. A suivre.


Publié le Mercredi 16 Novembre 2005 dans la rubrique Intergénération | Lu 2864 fois