Sommaire
Senior Actu

Une nouvelle comédie américaine confrontée à l’âgisme des studios hollywoodiens

Un film hors format hollywoodien « The Thing About My Folks », écrit par le comédien Paul Reiser, vient de sortir aux Etats-Unis -non sans mal- mettant en scène Paul Reiser lui-même face à Peter Falk (alias Columbo) dans une comédie, où s’affrontent lors d’une crise familiale, un père septuagénaire à son fils quinquagénaire.


Cette comédie est sortie la semaine dernière aux Etats-Unis de manière presque confidentielle, indique une récente dépêche de l’agence Reuters. L’acteur et scénariste Paul Reiser, a en effet été confronté, à une forte dose d’âgisme de la part de l’ensemble du secteur du 7ème art hollywoodien.

Aucun producteur, ni distributeur n’a voulu entendre parler de ce scénario entre un vieux père et son fils qui abordent les grands thèmes de l’existence (le sexe, les femmes, les enfants, le travail ou le sport) au cours d’un périple dans une vieille voiture américaine.

Certains responsables lui ont demandé de réécrire le script de manière à toucher un public plus large et surtout plus jeune. Mais Reiser a résisté et n’a jamais voulu céder aux pressions « marketing » des producteurs. Finalement, il a du se débrouiller seul, monter son équipe et trouver un réalisateur. Une fois le film terminé, aucun distributeur ne l’a accepté dans un quelconque réseau. L’acteur n’a pas eu d’autre choix que de le faire tourner dans différents festivals américains pour le faire connaître.

Personne à Los Angeles, ville du culte de la jeunesse par excellence, n’a jamais voulu croire qu’une telle histoire pourrait plaire aux spectateurs, quels qu’ils soient d’ailleurs. Pourtant, chemin faisant, le bouche à oreille a fonctionné. Et il semblerait que le public commence à venir, à rire et à apprécier cette comédie qui peut sembler quelque peu désuète, voire trop simple pour des scénaristes qui se torturent les méninges à longueur de journées pour pondre des histoires creuses et sans intérêt mais remplies d’effets spéciaux –il suffit de voir la dernière version de Ma sorcière bien aimée pour illustrer cet exemple.

L’acteur, actuellement en pleine promotion, indique en plaisantant « que notre slogan devrait être : vous n’êtes pas autorisé à regarder ce film si vous avez moins de 40 ans ». Et d’ajouter qu’il espère pourtant que les jeunes iront le voir, eux aussi, car ils pourraient y apprendre beaucoup de choses sur les relations familiales. « Les adolescents savent très bien que les choses ne sont pas toujours faciles avec un père ou une mère » ajoute Peter Falk. « Ils sont conscients qu’il existe un fossé. S’ils veulent en savoir plus, s’ils souhaitent comprendre pourquoi ils n’arrivent plus à communiquer avec leurs parents, ils devraient voir ce film » conclut l’ancien inspecteur Columbo.

Malgré tous ces obstacles, dus en grande partie au fait que le 7ème art américain refuse de montrer des « vieux » à l’écran et de réaliser des films un peu plus intelligents et plus sensibles que la moyenne, Paul Reiser, 48 ans, et son acteur et partenaire Peter Falk, 78 ans, restent persuadés que ce film va finir par rencontrer son public.
Une nouvelle comédie américaine confrontée à l’âgisme des studios hollywoodiens

Une nouvelle comédie américaine confrontée à l’âgisme des studios hollywoodiens
Et ils n’ont peut-être pas tort. Car il est vrai qu’actuellement, ces sont les adolescents qui font les succès –mais aussi les échecs- des films au box-office américain. Pourtant, les jeunes commencent à déserter les salles de cinéma –au profit de la vidéo ou des jeux sur ordinateur.

De fait, selon la Motion Picture Association of America, les spectateurs de 12/39 ans ont été moins nombreux à aller au cinéma en 2004. En revanche, la part des 50 ans et plus a augmenté de 11% pour se trouver à son plus haut niveaux depuis cinq ans.

« Lorsque je vois que le public se déplace et qu’il rit, je me dis que nous avions raison et que cela valait le coup de réaliser ce film » conclut Paul Reiser.

Pour en savoir plus, lire aussi :

Hollywood mène la vie dure aux actrices de plus de 40 ans
Etude du CNC sur les pratiques cinématographiques des seniors
Japon - L'industrie du cinéma cherche à séduire les baby-boomers


Publié le Jeudi 29 Septembre 2005 dans la rubrique Culture | Lu 10795 fois