Sommaire
Senior Actu

Une hormone présente dans le sang des centenaires pourrait expliquer leur longévité

Une récente étude polonaise présentée lors du 6ème Congrès international d’endocrinologie, qui s’est tenu la semaine dernière à Pittsburgh (Etats-Unis), indique qu’une analyse comparative du sang de femmes âgées de 20 à 102 ans, a montré la présence à forte dose d’une hormone, l’adiponectine (Adp), dans celui des centenaires, qui pourrait être responsable de leur longévité.


L’équipe du Dr Agnieszka Baranowska-Bik de l’Université de Pologne, a étudié 133 femmes âgées de 20 à 102 ans, dont 25 femmes de 100 à 102 ans, 26 de 64 a 67 ans, 45 de 20 à 43 ans et le reste du groupe étaient constitué de participantes jeunes et obèses.

Les scientifiques se sont particulièrement intéressés à l’évaluation de la concentration de cette hormone dans le sang de ces femmes d’âges différents.

Au vu des résultats, « Nous avons découvert que les femmes centenaires présentaient des niveaux d’adiponectine dans le sang significativement plus élevés que dans les autres groupes » indique le Dr Baranowska-Bik. Et la scientifique de préciser que cette forte teneur pourrait « être liée à la longévité. On a trouvé ces centenaires plus en forme que les autres femmes ». .../...
Une hormone présente dans le sang des centenaires pourrait expliquer leur longévité

Rappelons que cette hormone est uniquement secrétée par le tissu adipeux (graisseux), qui améliore tant au niveau musculaire qu’hépatique, la sensibilité à l’insuline. Un faible taux d’adiponectine peut également contribuer au développement de l’obésité ou à l’accumulation de graisse dans les artères. Elle joue donc un rôle essentiel dans notre métabolisme.

L’équipe polonaise a aussi remarqué que le groupe de femmes âgées de 100 ans et plus, par rapport au groupe des personnes obèses, présentait significativement moins de signes d’hypertension et de symptômes du syndrome métabolique.


Publié le Jeudi 29 Juin 2006 dans la rubrique Santé | Lu 2152 fois