Sommaire
Senior Actu

Une dent qui soigne et qui lutte contre la maladie d’Alzheimer

Les nouvelles technologies, les nouveaux matériaux, la miniaturisation des composants, etc. permettent de penser aujourd’hui les techniques de soin de demain. C’est ainsi que les chercheurs d'un projet baptisé Intellidrug, financé par l’Union européenne, travaillent à la mise au point d’une dent qui pourra, à terme, devenir un outil de délivrance de médicaments, « non invasif et contrôlé de façon précise »


Concrètement, il s’agit d’implanter dans la bouche du patient un dispositif d’administration orale de médicaments placé à l’intérieur d’une fausse dent amovible qui déverserait à intervalles réguliers de petites doses de produits.

Le médicament est libéré de façon contrôlée en fonction des besoins du patient aussi longtemps que nécessaire. L’outil, semblable à une dent véritable permet de parler et de manger librement.

Ce projet baptisé IntelliDrug est soutenu par la Communauté européenne. Il est le fruit d’un travail d’équipe et regroupent des chercheurs en provenance d’Allemagne, de Pologne, d’Italie, d’Espagne, d’Israël et de Suisse.

Cet appareil révolutionnaire et « intelligent » vise à répondre aux problèmes de personnes souffrant de pharmacodépendance ou de maladies chroniques. Il pourrait par exemple, faciliter la prise régulière de médicaments par des patients en difficulté‚ tels les malades d'Alzheimer. .../...
Une dent qui soigne et qui lutte contre la maladie d’Alzheimer

A terme, estiment les concepteurs de cette dent, ce système pourrait remplacer les injections qui sont douloureuses et provoquent souvent des infections. Et de préciser qu’avec cette technique, la quantité de médicament présente dans le sang est mieux maîtrisée, ce qui peut réduire de nombreux effets secondaires. Lorsque l’appareil est vide, le système de contrôle à distance prévient le médecin et le patient de la nécessité de le recharger.

Toutefois, comme le soulignait récemment une dépêche de l’agence Reuters, même si le système a été testé avec succès sur des cochons, cette nouvelle technique de soins ne devrait pas arriver sur le marché avant trois ans. Des expérimentations en clinique sont maintenant prévues.



Publié le Mardi 12 Juin 2007 dans la rubrique Santé | Lu 3705 fois