Sommaire
Senior Actu

Une bière pour lutter contre les troubles de la ménopause

Des chercheurs travaillant en République Tchèque viennent de mettre au point une bière sans alcool, dans laquelle la présence de phytoestrogènes est dix fois supérieure à la moyenne, ce qui pourrait avoir pour effet chez les femmes de plus de 50 ans, de réduire les gênes causées par l’apparition des troubles de la ménopause.


La République Tchèque est le pays qui consomme le plus de bière au monde avec 160 litres par an et par personne. A titre de comparaison, nos voisins allemands, grands amateurs de cette boisson pétillante aromatisée au houblon, n’en consomment que 120 litres.

Mais la République Tchèque, à l’instar de tous les autres pays occidentaux, est aussi une nation qui vieillit. Les 65 ans et plus représentent déjà 14% de la population, et cette proportion est appelée à croître rapidement dans les années à venir.

Dans ce contexte, des scientifiques locaux travaillant pour l’Institut national de recherche en brasserie et maltage, se sont intéressés aux propriétés du houblon, naturellement riche en phytoestrogènes. Leur but : fabriquer une bière sans alcool fortement enrichie en phytoestrogène, de manière à soulager les femmes qui souffrent des troubles de la ménopause. .../...
Une bière pour lutter contre les troubles de la ménopause

Pari techniquement réussi : cette bière, développée grâce à de nouvelles technologies, contient dix plus de phytoestrogènes qu’une autre. Les fabricants espèrent donc maintenant séduire les très nombreuses quinquagénaires amatrices de bière, confrontées à cette évolution hormonale due à la ménopause.

En effet, en République Tchèque, comme partout ailleurs, l’industrie alimentaire notent un réel engouement pour les aliments fonctionnels (ou alicaments) qui permettent de « manger tout en se soignant »... En principe.

Les phytoestrogènes –ou isoflavones-, que l’on trouve dans les plantes –notamment le soja, le thé, les graines de légumineuses, etc.-, sont une forme d’oestrogène naturellement présente dans la nature. Ils permettraient de pallier la chute significative d’œstrogène qui survient chez les femmes au moment de la ménopause et ainsi, d’améliorer leur santé : au niveau cardiovasculaire, des troubles du climatère (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes) et interviendraient même dans la prévention de l’ostéoporose.

Toutefois, il convient de préciser qu’un grand nombre de scientifiques restent très sceptiques quant à la réelle efficacité des phytoestrogènes dans la lutte contre les troubles de la ménopause. Selon eux, ils s’avèrent inopérants quant à la sécheresse vaginale, pour les maladies cardiovasculaires et pour l’ostéoporose.

A consommer avec modération...


Publié le Mardi 6 Juin 2006 dans la rubrique Santé | Lu 5204 fois