Sommaire
Senior Actu

Un tiers de DRH estiment que le vieillissement va entraîner une pénurie de compétences

Selon une récente enquête commanditée par la société Robert Half Management Ressources –spécialisée dans l’intérim des cadres financiers- et réalisée dans neuf pays différents, France comprise, dans un contexte économique délicat, les chefs d’entreprises français et étrangers ne s’arment pas contre une pénurie de compétences prévisible, due en partie au vieillissement de la population.


Selon les directeurs des ressources humaines (DRH) et directeurs financiers (DF) interrogés en France lors de cette enquête, plusieurs éléments sont annonciateurs d’une pénurie de personnel, dont : la reprise économique et le vieillissement de la population.

Ainsi, une reprise économique constitue pour 36% d’entre eux le premier facteur pouvant entraîner un manque de compétences sur le marché de l’emploi. Ils sont 31% à partager cet avis au Royaume-Uni et 40% en Irlande.

Sont ensuite cités le vieillissement de la population active (29%) puis le manque de qualification. Ce dernier rassemble seulement 21% des suffrages en France alors qu’en Allemagne (63%), en Belgique (48%) et en République Tchèque (42%), il est considéré comme l’élément le plus important.

Selon Olivier Gélis, directeur général de Robert Half Management Resources : « La pénurie de compétences est complexe. Si un contexte économique tendu provoque une grande frilosité chez les candidats qui n’osent pas changer de poste, une reprise n’est pas pour autant signe d’abondance de candidatures. Certes, les candidats n’ont pas peur de changer de poste. Cependant, ils sont moins téméraires et utilisent bien souvent le jeu de l’offre et de la demande pour faire monter les enchères si bien que certaines entreprises n’ont pas les budgets nécessaires pour les recruter. Pour éviter cet écueil, il est préférable de planifier les recrutements et de se donner suffisamment de temps pour trouver un collaborateur ».

Lorsqu’on leur demande s’ils prennent des mesures préventives (modification du processus de recrutement…) afin d’anticiper toute pénurie de personnel, 78% des DRH et DF français répondent par la négative à l’instar de leurs collègues allemands (87%), britanniques (80%) et belges (85%). Toutefois, 7% d’entre eux reconnaissent élargir leur champ d’entretien en rencontrant un plus grand nombre plus de candidats (par précaution…).

Pour en savoir plus, lire aussi :

Une banque australienne cherche à retenir ses employés boomers et seniors
L’OCDE prône l’éducation tout au long de la vie pour préserver les compétences
Pénurie de pilotes pour cause de départ en retraite des baby-boomers

(*) Cette étude a été commanditée par RHI Management Ressources -spécialisée dans la délégation en intérim de cadres et de dirigeants financiers à forte valeur ajoutée. Cette société est implantée à Paris, La Défense, Versailles et Lyon et annonce une centaine de bureaux dans le monde (Europe, Amérique du Nord et Australie).

L’enquête a été réalisée par une société indépendante auprès de 1.561 Directeurs des Ressources Humaines et Directeurs Financiers dans neuf pays (France, Australie, Belgique, Allemagne, Irlande, Royaume-Uni, République Tchèque, Nouvelle-zélande, Pays-bas).


Publié le Mercredi 14 Septembre 2005 dans la rubrique Emploi | Lu 6223 fois