Sommaire
Senior Actu

Un salarié américain fête son 100ème anniversaire et... prend sa retraite

Un employé américain, Arthur Winston, a fêté la semaine dernière son 100ème anniversaire à Los Angeles (Californie) et s’est enfin décidé à prendre sa retraite alors qu’il travaillait depuis 76 ans pour la même entreprise, les transports publics de la ville.


Après avoir travaillé plus de trois-quarts de siècle dans la même entreprise, M. Winston, employé à la maintenance et au nettoyage des autobus de la ville de Los Angeles, a finalement décidé de prendre sa retraite la semaine dernière… à l’âge de 100 ans.

Depuis plusieurs décennies, Arthur Winston, dès six heures du matin et jusqu’au soir, nettoyait et faisait le plein des autocars de sa ville. Cependant, mardi dernier, le centenaire a raccroché son bleu de travail pour enfiler son plus beau costume et une cravate à l’occasion de la célébration de son 100ème anniversaire, qui a marqué par ailleurs, l’arrêt définitif de sa carrière dans les transports publics de Los Angeles.

Au cours d’une cérémonie organisée en son honneur, des responsables de la cité des Anges l’ont publiquement félicité et remercié pour son dévouement sans faille durant… 75 ans.

Il faut en effet préciser qu’Arthur n’est jamais arrivé en retard et n’a manqué qu’une seule journée de travail durant ces longues années : c’était en 1988, lorsque sa femme est décédée à l’âge de 65 ans. « Il n’a jamais été absent, n’a jamais appelé pour dire qu’il ne pouvait pas venir parce qu’il était malade, il a toujours été ponctuel, c’est Monsieur Confiance » assure son responsable hiérarchique. « De nos jours, les gens se plaignent tout le temps, ils s’arrêtent pour un rien » déplore de son côté M. Winston. .../...
Arthur Winston, photo d'après reportage télévisé sur France 2

Arthur Winston est né dans l’Oklahoma. Fils de fermiers noirs, il a commencé à ramasser le coton alors qu’il n’avait que dix ans, mais sa famille a du fuir la région à cause des intempéries. Il a démarré son travail dans les transports publics en 1924. A l’époque, se souvient-il, la ville de Los Angeles n’avait presque aucune grande route, la zone était encore très largement rurale et les rues ressemblaient plus à des chemins de campagne. « J’allais à la chasse au lapin dans le coin » ajoute le vieux monsieur.

Au départ il ne gagnait que 40 cents de l’heure et payait 17 dollars pour se loger. Il aurait aimé devenir chauffeur de bus, mais dans les années 30, seuls les blancs pouvaient prétendre à ce type de poste. Mais Arthur était noir… De fait, il n’a jamais pu réaliser son rêve et s’installer derrière l’un de ces volants qu’il a si souvent nettoyé. Pour autant, cela ne l’a pas empêché d’être nommé employé du siècle par le président Clinton en 1996.

Plus récemment, il dirigeait une équipe de onze personnes. N’ayant jamais été syndiqué, il a pu continuer à travailler aussi longtemps qu’il l’a souhaité. En fait, il aurait pu prendre sa retraite à l’âge de 70 ans, mais M. Winston a préféré continuer à recevoir un salaire, de manière à pouvoir aider certains membres de sa famille.

« Je ne sais pas encore comment je me sens. Je vais certainement me trouver un peu seul et les collègues vont me manquer » confie-t-il au quotidien Abc news. Et d’ajouter « je suis un peu nerveux à l’idée de quitter mon travail, je l’ai fait pendant tant et tant d’années. Mais je vais rester actif, il est hors de question que je tourne en rond dans ma maison ». De fait, le centenaire est plein de projets : il prévoit de travailler pour une association et envisage de profiter pleinement de sa carte de transports gratuits pour prendre… l’autobus.

M. Winston vit avec son arrière arrière-petite-fille qui a un jeune fils. En cinquante, il n’a jamais été chez le médecin. L’un des secrets de sa longévité, explique-t-il, est évident : il ne boit pas et ne fume pas. Autre point important, il reste passionné par la vie et par les femmes.


Publié le Lundi 27 Mars 2006 dans la rubrique Retraite | Lu 7705 fois