Sommaire
Senior Actu

Un rôle accru pour les grands-mères en matière de développement, selon la FAO

Les grands-mères représentent une ressource abondante pour la nutrition maternelle et infantile, la santé et le développement en général, mais cette ressource reste largement sous-exploitée, estiment des experts de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).


Les grands-mères sont pleines de ressources. De là à dire qu’elles constituent une ressource renouvelable sous-exploitée, il n’y a qu’un pas que certains experts en développement ont vite franchi.

« Les grands-mères représentent une ressource abondante pour la nutrition maternelle et infantile, la santé et le développement en général. Mais cette ressource est largement sous-exploitée », affirme l’expert en nutrition de la FAO William Clay.

L’implication des grands-mères assurerait des taux plus élevés de succès aux projets de nutrition, de santé et de développement communautaire, ajoute M. Clay.

Cette approche a été récemment présentée par Judi Aubel lors d’un séminaire à la FAO intitulé « Méthodologie d’inclusion des grands-mères ». Mme Aubel est une experte américaine en santé et développement communautaire.

La plupart des projets de développement comptent sur les jeunes, reflétant ainsi la culture des organisations occidentales qui les mettent en œuvre, selon Mme Aubel.

Alors que dans les pays occidentaux les personnes âgées sont traitées comme des citoyens de deuxième classe, en Afrique et dans la plupart des autres pays, elles sont écoutées et respectées au sein de leurs familles et dans leurs communautés.

« Les personnes âgées sont des chefs naturels. Aux jeunes, on apprend à leur montrer de l’estime et à les consulter eu égard à leur expérience et à leurs connaissances », explique Mme Aubel. .../...
Un rôle accru pour les grands-mères en matière de développement, selon la FAO

Habilitation des grands-mères

Les agents d’exécution des projets de développement ont, pendant longtemps, promu la parité homme-femme, reconnaissant par là le rôle important des femmes dans les sociétés rurales, rappelle l’experte.

Toutefois, leurs efforts ont porté principalement sur les femmes en âge de procréer, ignorant les différentes valeurs culturelles que peuvent apporter les femmes plus âgées, sans parler du fait que dans beaucoup de pays les grands-mères ont généralement 40 ans ou moins.

Mme Aubel dirige une ONG appelée « Le Projet Grand-Mère ». Grâce à l’approche dite d’inclusion des grands-mères, l’habilitation de ces dernières a permis à cette ONG d’accroître le succès des projets de santé maternelle et infantile au Sénégal, au Mali et au Laos.

Quid des grands-pères ? Bien qu’ils aient un rôle et un agenda différents, ils peuvent être de puissants alliés si on les invite à collaborer d’une manière qui tienne compte des sensibilités culturelles.

Grand cœur

La méthode suivie par le « Projet Grand-Mère » fait souvent appel à des chansons écrites par des expertes de terrain locales pour encourager les femmes âgées à s’impliquer.

Selon Mme Aubel, lorsqu’un groupe entendit cette chanson :
Très chère grand-mère, vous êtes si merveilleuse,
Vous avez un grand coeur et vous êtes tellement compréhensive.
Que Dieu vous concède longue vie,


Publié le Mardi 19 Juin 2007 dans la rubrique Société | Lu 3446 fois