Sommaire
Senior Actu

Un patch connecté pour surveiller la santé des patients à distance

Le réseau StudioSanté vient de commercialiser une plateforme de santé numérique doublé d’un patch connecté qui vise à surveiller les patients à distance et surtout, à réduire les risques de mortalité des malades. Explications.


Un patch connecté pour surveiller la santé des patients à distance
Cette plateforme qui met en relation patients et professionnels de santé a pour ambition d’apporter plus de réactivité en cas de problèmes et surtout, d'éviter la ré-hospitalisation des malades. Comme le souligne le communiqué, ce nouvel outil technologique « amène également d'énormes possibilités pour le développement de la chirurgie ambulatoire, le suivi des maladies chroniques à domicile, la cancérologie et sa thérapie personnalisée et permet la diminution des coûts de santé ».
 
Associé à cette plateforme, StudioSanté lance le premier patch connecté sans fil. Ce dernier devrait être disponible sur le marché dans le courant du premier trimestre de cette année. Concrètement, il vise à faciliter la surveillance à distance des malades et d'agir en temps réel. Il devient notamment possible d'anticiper, en amont, une détérioration de l'état de santé d'un patient avant même que la situation ne se détériore. Avec comme objectif ultime : sauver des vies. 
 
Dans la pratique, grâce à ce patch, les patients peuvent être surveillés en permanence sans avoir à être branchés à de nombreuses machines reliées par des fils à l'hôpital. L’idée est simple : on colle sur le torse du malade un patch à usage unique sans-fil au niveau du cœur. Les patients peuvent ensuite se tenir informés de leur état de santé grâce à un smartphone, une tablette ou un ordinateur. De plus, leur spécialiste aura également accès en temps réel à leurs constantes vitales et pourront suivre leur fréquence cardiaque ou leur température cutanée.
 
Avec cette nouvelle techno, il est désormais possible, pour les praticiens, de suivre à distance une infection, un traitement qui n’agit pas, anticiper la détresse respiratoire des patients sous morphine, leur niveau d’activité ou encore leur niveau de stress face aux traitements médicamenteux. Par exemple, le patch peut aider à détecter une complication potentiellement mortelle, telle que la septicémie en associant la température cutanée, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire d'un patient. StudioSanté assure que toutes les données récupérées par le patch, seront ultra-sécurisées dans un hébergeur de santé agréé par le ministère de la Santé.   
 
D’une manière plus globale, ce type de patch (appelé à se développer dans les années à venir) répond également à la problématique des hôpitaux surchargés. En France, seulement 36% des opérations sont prises en charge en ambulatoire contre 70% au Danemark ou encore 90% aux Etats-Unis. « D'ici 2017, assure GérardVignal, patron de StudioSanté, le ministère de la Santé prévoit d'atteindre les 50% de prises en charge ambulatoires. Grâce à cette application de santé ainsi qu'à nos réseaux présents sur tout l'hexagone, nous sommes capable de dépasser les 70% de prises en charge ambulatoires en deux ans ».    


Publié le Jeudi 21 Janvier 2016 dans la rubrique Santé | Lu 2111 fois