Sommaire
Senior Actu

Un octogénaire prend l’autoroute à contresens et tue un père de famille

Ce week-end, un conducteur âgé de 86 ans a pris l’autoroute à contresens, provoquant plusieurs accidents avant de s’arrêter. Ce nouveau drame de la route risque de relancer la question récurrente de la conduite des seniors, même si les spécialistes de la question considèrent que les aînés au volant ne sont pas véritablement dangereux.


Le drame s’est produit samedi après-midi sur l’autoroute A21 dans le contournement de Lens (Pas-de-Calais).

Un conducteur âgé de 86 ans a pris l’autoroute à contresens sur plus de trois kilomètres produisant cinq accidents dont l’un a causé la mort d’un motard fauché par un automobiliste qui voulait éviter la voiture de l’octogénaire.

Le motocycliste âgé de 42 ans et père de cinq enfants est décédé des suites de ses blessures. Sa compagne est quant à elle toujours dans un état critique. Le vieux monsieur a été placé en garde à vue chez les CRS du peloton autoroutier de Villeneuve-d'Ascq. Il s’est vu retirer son permis de conduire, a précisé le procureur de la République de Béthune.

Rappelons qu’en 2002, un conducteur de 81 roulant trop vite avait fauché cinq pompiers volontaires. Comme le souligne un reportage du journal télévisé de 13 heures sur France 2, les victimes d’alors déplorent ce nouveau drame : « Il faudrait laisser la voiture au garage, ne pas aller se promener et tuer des gens » regrette la veuve de l’un des pompiers. « Est-ce qu’il ne faut pas faire des conditions particulières pour les personnes à partir d’un certain âge » s’interroge de son côté l’un des rescapés de l’accident de 2002. .../...
Un octogénaire prend l’autoroute à contresens et tue un père de famille

Pourtant, même si le terrible accident de ce week-end risque de relancer le débat d’une limite d’âge pour conduire un véhicule, les spécialistes estiment que les aînés ne sont pas véritablement dangereux sur la route. Toujours dans ce même reportage de France 2, Geneviève Jurgensen, présidente de la ligue contre la violence routière indique que « les accidents impliquant les seniors sont très rares, parce que les personnes âgées compensent les faiblesses qu’ils se connaissent en roulant de jour et sur de faibles distances ».

Interviewé par Françoise Laborde, le professeur de médecine Claude Got indique que les personnes âgées ont moins d’accidents à cause de l’alcool et qu’elles roulent moins vite. « Elles sont moins dangereuses, c’est une évidence pour les assureurs ».

Pour ce spécialiste, il existe deux solutions « qui devraient finir par être appliquées parce qu’elles sont raisonnables ». Dans un premier temps, il faut faire vérifier l’aptitude pratique à la conduite par un moniteur expérimenté d’auto-école ou un inspecteur du permis de conduire. Après 70/75 ans, selon Claude Got, il faut faire un test sur des routes où l’on a l’habitude de conduire afin de vérifier qu’il n’y pas de problème particulier. D’autre part, « quand un médecin traitant constate qu’une personne âgée connaît des troubles de la conscience ou que parfois elle ne sait plus très bien où elle se trouve, il faut l’inciter, avec l’aide de la famille à s’arrêter de conduire ». Et le professeur de préciser que finalement « beaucoup de gens le font spontanément sans problème » et qu’il faut se méfier des « organisations contraignantes et abusives. Il y a de très bons conducteurs à 90 ans et de mauvais conducteurs à 40 ans » conclut-il.

Pour aller plus loin, lire aussi :
Doit-il y avoir un âge limite pour conduire un bus de ramassage scolaire ?


Publié le Lundi 19 Mars 2007 dans la rubrique Transports | Lu 6715 fois