Sommaire
Senior Actu

Un octogénaire décède dans l’incendie d’une maison de retraite près de Lyon

Un homme de 84 ans est décédé hier soir et une femme de 80 ans a été gravement intoxiquée dans l’incendie de la maison de retraite « La vigie des Monts d'Or » qui se trouve à Limonest dans le Rhône. Le bilan aurait pu être plus lourd, heureusement, le système de sécurité aux normes et la formation du personnel ont pu éviter un bilan plus qui aurait pu être plus dramatique.


L’incendie a pris hier peu après 18 heures dans une chambre au 4ème étage de cette structure appartenant à la Mutualité Française. De l’extérieur, les dégâts sont peu visibles, mais les 90 résidents ont du être évacués. Certains ont rejoint leur famille, d’autres ont été hospitalisés.

Même si le bilan aurait pu être bien pire, un homme invalide de 84 ans a succombé. Il n’a pas résisté aux émanations de fumée et il est décédé mercredi soir d’un arrêt cardiaque, ont précisé les pompiers. Une autre pensionnaire, âgée elle de 80 ans, a pu être réanimée mais elle a été gravement intoxiquée et se trouve dans un état critique. Cinq pompiers et quelques membres du personnel ont également été intoxiqués par la fumée.

Le feu, très violent, a été contenu grâce aux portes coupe-feu qui ont parfaitement fonctionné. Précisons par ailleurs, que cet établissement a été contrôlé en juillet dernier et qu’il était aux normes. « C’est le système de sécurité, le cloisonnement, les portes coupe-feu et puis le personnel qui est régulièrement formé à la sécurité incendie qui ont permis de vraiment limiter la zone critique » a indiqué dans le JT de 13 heures sur France 2, Dominique Lebrun, directeur général des établissements de la Mutualité française du Rhône. …/…

« La réglementation en vigueur pour lutter contre les incendies est très stricte: elle impose des détections très précoces des sinistres, un système d'isolement et de désenfumage. Tous ces éléments se sont mis en route et ont permis de limiter les conséquences au minimum », a déclaré à l’AFP le colonel Serge Delaigue, directeur des pompiers du Rhône.

La moitié des pensionnaires ont pu réintégrer leur chambre dès hier soir. Une bonne partie n’avait d’ailleurs pas réalisé l’ampleur de l’accident. Une cellule psychologique a été mise en place peu avant 21h00 pour les plus choqués.

Les enquêteurs cherchent donc depuis ce matin les raisons de cet incendie. Apparemment, la piste criminelle a été écartée et « on part sur une piste accidentelle » affirme l’un des responsables de la gendarmerie, précisant qu’il est encore trop tôt pour se prononcer à « l’heure actuelle ».


Publié le Jeudi 2 Novembre 2006 dans la rubrique Maisons de retraite | Lu 2225 fois