Sommaire
Senior Actu

Un nouveau test pour réduire les risques de mortalité du choc septique

Afin de lutter contre le sepsis, le laboratoire Accelerate Diagnostics vient de lancer le premier test rapide de sensibilité phénotypique entièrement automatisé fournissant en quelques heures une identification et un antibiogramme directement à partir d'une hémoculture. Rappelons que le sepsis tue une personne dans le monde toutes les 3-4 secondes et que ces chiffres devraient doubler dans les années à venir du fait du vieillissement de la population.


Le sepsis est la conséquence d’une infection grave qui peut commencer localement (péritonite, pneumonie, infection urinaire, infection sur cathéter, etc.). Il faut savoir que c’est la première cause de mortalité en service de réanimation et soins intensifs et l’une des premières causes de mortalité intra-hospitalière. Ainsi, on estime qu’une personne meurt dans le monde toutes les 3-4 secondes des suites des complications du sepsis.
 
En France, d’après les chiffres de l’institut Pasteur, la mortalité des patients atteints d’un sepsis est de 27%, mais la mortalité de la forme la plus grave (le choc septique) peut atteindre 50%. Soit un patient sur deux atteint… Et les projections dans l’avenir ne sont guère rassurantes puisqu’elles suggèrent un doublement du nombre de cas d’ici cinquante ans, s’expliquant notamment par le vieillissement de la population.
 
Dans ce contexte, rappelons qu’un traitement précoce par un antibiotique ciblé constitue la façon la plus efficace de sauver des vies et de limiter les effets secondaires ainsi que les coûts des traitements empiriques à large spectre.
 
Selon le Pr Vandenesch, Coordonnateur de l'Institut des Agents Infectieux des Hospices Civils de Lyon : « En service de réanimation, la prise en charge des infections est une problématique majeure, et l’on sait que l’initiation précoce d’une antibiothérapie ciblée a un impact direct sur la mortalité des patients. La prise en charge du sepsis et des bactériémies représente ainsi un défi, pour les cliniciens mais aussi pour les microbiologistes. Disposer de technologies permettant une identification bactérienne et un antibiogramme en quelques heures est donc un réel levier pour la prise en charge de ces patients. »
 
Afin de lutter contre ce fléau -dans les pays industrialisés, le sepsis tue autant que l’infarctus du myocarde- le laboratoire Accelerate Diagnostics vient de lancer en France le premier test rapide entièrement automatisé fournissant en quelques heures une identification et un antibiogramme directement à partir d'une hémoculture et qui permet un gain d’environ 40 heures par rapport aux méthodes de diagnostics in vitro conventionnelles.
 
Cette innovation technologique permet aux cliniciens d’apporter aux patients fragilisés (donc bien évidemment les personnes âgées) par une infection bactérienne une réponse thérapeutique rapide adaptée aux situations critiques alors que les méthodes actuelles prennent plusieurs jours. En effet, l’identification de la souche associée à sa sensibilité aux antibiotiques nécessite des procédures manuelles en laboratoires qui souvent excèdent 48 heures.
 
« L’innovation apportée par Accelerate Diagnostics réduit le temps de rendu des résultats en testant directement les échantillons d’hémoculture et permet l’obtention d’un résultat jusqu'à 40 heures plus rapidement que les méthodes conventionnelles » assure le laboratoire dans son communiqué…


Publié le Mardi 12 Septembre 2017 dans la rubrique Santé | Lu 1001 fois