Sommaire
Senior Actu

Un chirurgien esthétique londonien propose une cure de jouvence à base d’hormones de croissance

Un chirurgien esthétique de Londres, Jeya Prakash, 55 ans, envisage la création d’une clinique dans laquelle il proposera à sa clientèle « son remède pour une jeunesse éternelle », qui consiste tout simplement en des injections d’hormones de croissance. Dangereuse arnaque ou traitement efficace ? La controverse grandit en Grande-Bretagne.


Ce médecin avoue, que sa femme (48 ans) et lui-même (55 ans), s’injectent régulièrement des hormones de croissance depuis maintenant 18 mois. Ce traitement, généralement réservé aux personnes ayant des problèmes de… croissance, serait également un remède anti-âge efficace.

Pour le chirurgien, les effets sont incontestables : sa peau semble rajeunit et sa libido renaît. Quant à sa femme, un fonctionnaire l’a tout simplement pris pour sa fille. « Les gens pensent qu’elle a subi une opération de chirurgie esthétique, mais elle n’a bénéficié de rien d’autre que des injections d’hormones » indique le praticien dans un article du quotiden Daily Mail.

Il est vrai que différentes études semblent confirmer les effets anti-âge de cette hormone, à la base secrétée par l’hypophyse et fabriquée synthétiquement pour les traitements médicaux. Ainsi, par exemple, une étude hollandaise de 2000 a montré que cette hormone favorisait le rétablissement après une fracture du col du fémur, mais uniquement chez des personnes de plus de 75 ans. Après 24 semaines, neuf patients sur dix traités par l’hormone de croissance avaient retrouvé leurs conditions de vie habituelles, contre 75 % seulement chez les patients qui avaient reçu un placebo. D’ailleurs aux Etats-Unis, cette substance est d’ores et déjà très populaire. Elle génère ainsi un chiffre d’affaires de presque 600 millions d’euros, rien que sur le marché de l’anti-âge.

Pourtant, il convient de rester extrêmement prudent, une grande partie des scientifiques se dit très réservée quant aux effets indésirables ou secondaires. Certains craignent même que cette hormone puisse être dangereuse et engendrer de l’hypertension, du diabète et qu'elle augmente les risques de cancer. Selon le président de l’Association des chirurgiens esthétiques britanniques « si les médecins sont assez fous pour se l’administrer eux-mêmes, c’est leur problème. Mais s’ils l’administrent à leur client, il faut qu’ils les avertissent très clairement des dangers potentiels ».

De son côté, M. Prakash se défend et souligne que « si vous lisez la littérature sur le sujet vous vous apercevez que le risque est très faible ; qu’il n’est associé qu’à de trop fortes doses. Mais pris à faibles doses, les études montrent que l’hormone de croissance n’est pas plus dangereuse que la vitamine C » conclut le chirurgien.

Toujours est-il qu’en l’absence d’étude sur le long terme, une extrême prudence est de rigueur.
Un chirurgien esthétique londonien propose une cure de jouvence à base d’hormones de croissance


Publié le Mercredi 13 Septembre 2006 dans la rubrique Bien-être | Lu 4861 fois