Sommaire
Senior Actu

Un centre d'accueil de jour aide les seniors chinois à s'intégrer dans la société américaine

De plus en plus de personnes âgées chinoises rejoignent leurs enfants qui vivent aux Etats-Unis, sans avoir aucune notion de la langue, ni des coutumes. Une fois sur place, ces aînés se rapprochent certes de leur famille, mais se retrouvent souvent seuls et isolés, dans un monde dont ils ne connaissent rien, ou presque. Afin, d’aider ces seniors, un centre d’accueil de jour reçoit et aide depuis plus de deux ans, ces parents âgés à mieux s’intégrer dans la société américaine.


De plus en plus de grands seniors, souvent d’origine chinoise ou de Taiwan, partent rejoindre leurs enfants partis s’expatrier aux Etats-Unis. Une fois ces derniers installés, ils font venir leurs parents et les hébergent chez eux, en Amérique.

Ce regroupement familial permet aux aînés de ne pas rester seuls à des milliers de kilomètres de leurs proches, de favoriser le maintien des traditions ancestrales et de donner un coup de mains aux jeunes générations (baby-sitting par exemple), en revanche, leur acclimatation au pays d’accueil s’avère souvent délicate, voire parfois impossible.

D’où la création en janvier 2004, par une psychiatre à la retraite, d’un programme intitulé Culture to Culture Foundation, destiné à accueillir ces aînés asiatiques et à leur fournir des divertissements mais aussi et surtout, à leur enseigner les rudiments indispensables à la vie quotidienne aux Etats-Unis, indique un récent article du quotidien américain Tri-valley Herald.

Cette psychiatre sexagénaire, Chia-Chia Chien, qui a travaillé pendant une trentaine d’années dans une clinique où elle aidait ses patients à réduire le stress causé par des conditions sociales difficiles, a eu l’idée de ce centre, car personne ne s’occupait des personnes âgées de la communauté chinoise.

Or, ce médecin, de part son métier, mais également grâce à son expérience personnelle, connaît bien les difficultés auxquelles ces aînés sont confrontés. En effet, elle-même est arrivée aux Etats-Unis à l’âge de 22 ans, sans aucune notion d’anglais et sans diplôme. Les barrières de la langue et les différences culturelles sont donc des éléments qu’elle a expérimenté très jeune.

« Un grand nombre de seniors restent chez eux, enfermés toute la journée pendant que les enfants sont partis au travail. Ces derniers sont leur unique lien avec l’extérieur. Mais laissés seuls, ces aînés ont l’impression d’être inutiles, ils sont frustrés, ils se sentent comme « idiots et sourds » face à cette société qu’ils ne comprennent pas » indique-t-elle. Et la psychiatre d’ajouter qu’il ne faut pas oublier que les taux de suicide les plus élevés aux USA chez les femmes, se trouvent dans la communauté d’origine asiatique. « C’est dans l’esprit des Asiatiques ou même des Hispaniques d’attendre jusqu’au dernier moment avant de faire appel à un spécialiste pour demander de l’aide » précise-t-elle.

Ainsi, plusieurs fois par semaine, son centre accueille les personnes âgées chinoises et leur proposent de nombreux programmes ludiques ou éducatifs de manière à leur permettre de mieux s’intégrer dans la société américaine. En plus des incontournables jeux de mah-jong, les aînés peuvent apprendre les rudiments de la langue, qui leur permettront de pouvoir sortir de chez eux, d’aller au restaurant, chez les médecin, ou tout simplement faire leurs courses.

Pour aller plus loin, lire aussi :
Des mamies chinoises s'installent temporairement aux USA pour garder leurs petits-enfants
Chinatown à Londres


Publié le Jeudi 7 Septembre 2006 dans la rubrique Social | Lu 1701 fois