Sommaire
Senior Actu

Tunisie : vivre à l’hôtel pour 20 euros par jour en pension complète

Il est courant de rencontrer des retraités qui partagent leur vie entre la France et l’étranger, et notamment le Maghreb. L’hiver au soleil de l’Afrique du nord et l’été dans l’Hexagone. Un style de vie de plus en plus habituel qui permet à ces seniors de profiter des hivers doux et du niveau de vie de ces pays, sans pour autant totalement quitter la France. Exemple en Tunisie dans les hôtels « Hôtel Plus » de Nabeul et d’Hammamet.


Hotel Plus de Nabeul en Tunisie
Jusqu’à maintenant ce phénomène était plutôt répandu au Maroc. Mais depuis quatre ou cinq ans, il se développe également en Tunisie.

En effet, de nombreux hôteliers locaux ont bien compris l’intérêt qu’il y avait à faire tourner leurs établissements durant la saison creuse (automne/hiver) en pratiquant des tarifs particulièrement intéressants pour les séjours de « longue durée » (supérieur à un mois).

Prenons le cas de Hafedh Jerbi. Depuis 2005, cet hôtelier tunisien, directeur de deux établissements (l’un à Nabeul et l’autre à Hammamet), tous les deux situés à une heure au sud de Tunis, propose aux retraités français de venir s‘installer pendant quelques semaines dans l‘une de ses deux structures.

En ce début d’année 2010, relativement calme à cause de la grippe H1N1 qui a fait peur aux seniors, on peut tout de même croiser dans l’Hôtel Prince de Nabeul (un trois étoiles) de nombreux aînés venus vivre un, deux, trois ou six mois en Tunisie.

« Naturellement, ceux qui le souhaitent, précise Hafedh Jerbi, peuvent partager leur séjour en deux. La moitié du temps à Nabeul et l’autre moitié à Hammamet. Ils peuvent également rester la majeure partie du temps à Nabeul et passer un week-end à Hammamet. Tout cela, sans aucun supplément. Nous nous occupons de tous les transferts. Sans surcout ».

Hotel Plus de Nabeul en Tunisie
Pour environ 600 euros par mois, les retraités qui choisissent de s’installer de l’un de ces établissements sont nourris, logés, n’ont pas à s'inquiéter du ménage, de la cuisine, peuvent se laisser dorloter par un personnel et des animateurs aimables et chaleureux qui ont le temps de s’occuper d’eux.

En plus de sa grande piscine extérieure, l’hôtel de Nabeul dispose d’un spa, d’une piscine intérieure (eau à 30 degrés toute l’année avec des cours d’aquagym), de deux restaurants, de courts de tennis, de terrains de pétanque, d’une salle de danse, etc. Il offre une capacité de 290 chambres de 20 à 30 mètres carrés. Certaines sont bien évidemment accessibles (comme l’ensemble de cette structure) aux personnes à mobilité réduite.

Pour les personnes âgées qui craignent l’éloignement de chez elles, notamment en matière de soins, il faut savoir que l’Hôtel Plus « Le Prince » se situe à 10 mn d’une clinique ultramoderne et qu’un gériatre peut intervenir dans les plus brefs délais en cas de souci de santé. Idem pour les médicaments, l’hôtel est en contact permanent avec un pharmacien (diplôme français) qui peut fournir l’ensemble des traitements les plus courants dans les meilleurs délais.

Dans la médina de Nabeul

Pêcheurs au petit matin, Nabeul
Jean Fiori, 70 ans, « vit » avec sa femme et leur caniche à l’Hôtel Prince depuis trois ans. De fait, il partage sa vie entre la Corse et la Tunisie. Lorsqu’il réside à Nabeul, il dispose d’une suite de 30 mètres carrés qui donne sur la mer. Il part à la pêche régulièrement grâce à un petit bateau mis à sa disposition et profite de la douceur de vivre de la Tunisie en hiver. Sa femme et lui, n’ont à se préoccuper de rien : le ménage est fait tous les jours ; leur linge est pris en charge.

En pension complète, ils n‘ont pas à se soucier non plus de faire la cuisine. S’ils ont besoin de produits usuels, un Monoprix se trouve à un quart d’heure à pied de l’hôtel. Ils ont leur voiture, un téléphone portable local et internet dans le lobby de l’hôtel.

« En tant que bon client, si un jour j’ai envie d’une omelette ou d’une grillade, je demande au chef et il la prépare sans problème. Quand je vais à la pêche, je donne le poisson que je prends. A vingt euros par jour, on ne peut rien dire. On s’y retrouve ! En plus, on a droit d‘utiliser gratuitement le spa et d’avoir des soins ou des massages trois fois par semaine » confie ce sympathique septuagénaire.

Naturellement, ces deux hôtels ne sont pas des palaces de la Côte d’Azur ! Ici pas de lustres en cristal, de sols en marbre, de concierge en livrée, de canapés de velours ou de chambres « grand luxe ». L’équipement et la décoration sont standards et similaires à ceux que l’on retrouve dans la plupart des établissements de cette catégorie en Tunisie. A noter toutefois que des travaux d’embellissements -parfois nécessaires- sont prévus dans les semaines à venir (dans les chambres et pour certaines infrastructures comme la piscine par exemple ; à cette occasion, l’hôtel devrait également passer à quatre étoiles).

Dans les rues de Nabeul
Ces deux complexes hôteliers proposent cependant des prestations tout à fait honorables pour vingt euros par jour. En plus de la pension complète, des activités de loisirs ou sportives, des sorties culturelles (payantes en supplément) sont régulièrement organisées par la direction. D’autre part, les résidents ont le droit d’utiliser le spa et de bénéficier de gommages ou de massages trois fois par semaine. Le linge est lavé et repassé, etc. Pendant ces quelques semaines, ces seniors n’ont donc qu’une seule chose à faire : profiter de la vie.

Ces séjours « longue-durée » sont un concept intéressant pour les retraités (surtout pour ceux qui sont propriétaires de leur logement) qui souhaitent « changer d’air » quelques semaines par an. La Tunisie n’est qu’à deux heures de vol de Paris, les Tunisiens parlent français, le climat est doux en hiver, le niveau de vie moins élevé qu’en France, etc. Bref, cette formule a de quoi séduire. Cependant, avant de vous lancer pour trois mois d’expatriation, testez votre « envie d’ailleurs » en partant déjà une dizaine de jours. C’est encore le meilleur moyen de vous faire une idée ; de vérifier que vous n’avez pas le mal du pays, que vos proches ne vous manquent pas trop et qui sait… de repartir plus tard pour un trimestre voire six mois. Inch’Allah.


Publié le Lundi 8 Février 2010 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 28008 fois