Sommaire
Senior Actu

Trois seniors décèdent lors d'une expédition dans l'Atlas marocain

En 2004, en France, un quart des interventions en montagne concernait des personnes de plus de 50 ans. Ce week-end, trois retraitées françaises âgées d’une soixantaine d’années sont décédées dans un accident de montagne dans le haut Atlas marocain, lors d’un trekking à l'assaut du mont M'goun, qui culmine à plus de 4.000 mètres d’altitude.


L’arrière saison, compte tenu de ses tarifs attractifs et d’une fréquentation plus faible, est une période particulièrement propice pour le tourisme senior. Le 13 septembre dernier, un groupe de 14 personnes accompagnées d’un guide marocain, partait pour un trekking dans la vallée des Aït-Bouguemez.

Cette expédition, largement préparée, était organisée par une agence spécialisée de Marrakech « Culture, Nature et Voyage » et prévoyait l’assaut du mont M'goun qui culmine à 4.068 mètres dans le haut Atlas.

Le groupe comprenait au départ une trentaine de randonneurs sexagénaires qui faisaient tous partis de la Fédération française de la retraite sportive (FFRS) précise le Figaro. Séparés en deux équipes, ils avaient entrepris vendredi dernier au matin, l’ascension du M’Goun, deuxième sommet de l'Atlas.

L’un des groupes de retraités a alors été pris par une brusque tempête de neige à 300 mètres du sommet. Après s’être réfugié dans un abri, ils entament leur descente dans des conditions périlleuses. Mais la température chute et le vent redouble de violence. Trois randonneuses se sont trouvées mal. Malgré la rapidité et l'efficacité des sauveteurs elles sont décédées, "probablement d'hypothermie", selon la gendarmerie royale marocaine.

Selon l’un des responsables de la FFRS, qui a préparé cette expédition avec l'agence de voyages marocaine, « tous les participants avaient fourni un certificat d'aptitude médicale ». Les retraités avaient par ailleurs participé à deux réunions pour préparer leur voyage, indique encore le quotidien Le Figaro. Et d’ajouter « ils devaient tous disposer de coupe-vents, de polaires, de gants, de bonnets et de couvertures de survie ».

« Même si la météo avait pu prévoir cette brusque tempête de neige, il était impossible d'alerter les randonneurs vu l'absence de réseau téléphonique entre le sommet de la montagne et la vallée », raconte le fonctionnaire à l'AFP. « C'était imprévisible » affirmait aussi un responsable du ministère du Tourisme à l’agence de presse française.

Pour l’un des rescapés, il n’y a pas eu d’erreurs. Ni de la part des randonneurs, ni de la part des organisateurs. « Nous avions un très bon guide, il a pris la bonne décision d’aller chercher des secours. Il a fait vite ».

Les corps des trois femmes, toutes originaires de la région lyonnaise, Marie -Thérèse Galichan, Maryvonne Lebihan et Anne-Marie Ludier ont été transférés dimanche à la morgue de Ouarzazate à une centaine de kilomètre du lieu du drame.
Trois seniors décèdent lors d'une expédition dans l'Atlas marocain

En juin dernier, le ministère de la Jeunesse et des sports lançait une campagne de prévention visant tout particulièrement les randonneurs âgés de plus de 50 ans qui sont parmi les premières victimes en montagne l’été (un quart des accidents en 2004).

En ce qui concerne la prévention des seniors, le Dr Hugues Chardonnet, ancien médecin du secours en montagne et directeur de la société conseil Altitude consulting, insiste sur la nécessité d'un bilan médical préalable pour les personnes qui n'ont pas pratiqué de sport depuis un certain temps.


Publié le Lundi 19 Septembre 2005 dans la rubrique Tourisme et loisirs | Lu 2173 fois