Sommaire
Senior Actu

Trois-quarts des Français ne comptent pas sur leur famille en cas de dépendance

Selon un récent sondage Ipsos pour l’assureur français AGF « les Français et la dépendance » publié la semaine dernière, presque les trois-quarts (72%) des Français de 45 ans et plus indiquent ne pas compter sur leur famille pour les prendre en charge en cas de dépendance.


Selon ce sondage, la dépendance est un problème connu et vécu mais mal anticipé par les Français.

Ainsi, plus des deux-tiers (68%) de nos concitoyens se sentent bien informés sur les risques liés à la dépendance mais la majorité (77%) des plus de 45 ans n’a pas anticipé une éventuelle perte d’autonomie.

Simultanément, 41% ont dans leur entourage proche une personne âgée en situation de perte d’autonomie.

Si les Français ont conscience que la perte d’autonomie nécessite la mise en place de multiples services, 42% ne savent pas en estimer le coût et 69% des plus de 45 ans pensent être incapables de faire face aux frais de vie supplémentaires qu’ils auraient à payer s’ils devenaient dépendants.

Même si l’aspect financier du problème de la dépendance est primordial, pour autant, 77% des Français de plus de 45 ans ne l’ont pas anticipé par une épargne spécifique. En la matière, les hommes (80%) négligent encore plus le problème que les femmes (74%). Au total, deux-tiers des Français de plus de 45 ans ont conscience que leur épargne ne suffira pas à faire face.

Les Français se font peu d’illusions sur l’efficacité de la solidarité pour les aider en cas de dépendance. Ainsi, 72% des 45 ans et plus pensent que leur famille ne sera pas en mesure de les prendre en charge. « Le coût réel moyen de la dépendance, suivant le mode de calcul, l'état de santé, les modalités de la prise en charge, varie entre 1.000 et 2.000 euros par mois », a expliqué Laurent Doubrovine, Directeur Technique et Produits Vie d’AGF. Pour la plupart des Français, ces frais supplémentaires ne peuvent pas être financés par leurs revenus, leur épargne, l’aide de l’Etat et l’aide de leur famille.

La France compte aujourd’hui 850 000 personnes dépendantes de plus de 60 ans. Compte tenu de l’évolution démographique et de l’allongement de la durée de vie moyenne, ce chiffre devrait dépasser un million de personnes d’ici quinze ans et continuer à progresser fortement jusqu’en 2040.

« Avec le vieillissement de la population, la dépendance est un problème auquel de plus en plus de Français doivent faire face pour eux mêmes ou pour leur entourage. AGF a été l’un des premiers assureurs à proposer un ensemble de solutions adaptées. Aujourd’hui, notre produit répond non seulement aux problèmes financiers de la dépendance, mais aussi aux besoins d’assistance et de services pour la personne dépendante et sa famille , » déclare encore Laurent Doubrovine.

Le sondage a été réalisé les 7 et 8 octobre auprès d'un échantillon représentatif de la population française de 1.015 personnes âgées de 15 ans et plus sélectionnées selon la méthode des quotas.
Trois-quarts des Français ne comptent pas sur leur famille en cas de dépendance

AGF Libre Autonomie

AGF a été parmi les premiers assureurs à proposer des solutions adaptées à la dépendance (AGF Autonomie/1997, AGF Indépendance/1999, Présentalis/2000).

AGF Libre Autonomie est un produit trois en un : d’épargne et de protection en cas de dépendance partielle ou totale ; de transmission car l’épargne non convertie en rente est revalorisée chaque année et transmise aux héritiers dans le cadre fiscal de l’assurance vie et enfin, ce contrat souhaite dépasser le cadre financier en apportant à l’assuré et à sa famille des services d’assistance dès la souscription. Indépendamment de l’état de dépendance, la personne et son entourage bénéficient immédiatement d’un service d’écoute 24h/24 et d’une aide pour organiser l’intervention de prestataires (aide ménagère, garde malade, ambulance…).

Lorsque survient la dépendance, AGF organise, selon l’état de santé de l’assuré, son maintien à domicile en établissant un bilan de son environnement familial, de ses habitudes de vie, de son habitat et de sa situation financière.

La souscription est ouverte jusqu’à 84 ans sans aucune formalité médicale : une simple déclaration de santé sur l’honneur suffit. La couverture est immédiate et sans délai. Seules les maladies d'origine neuropsychique ne sont couvertes qu'après un délai de trois ans.

Les versements sont possibles jusqu’à 90 ans. Pendant la durée du contrat, l’épargne reste disponible et le souscripteur est libre de choisir les modes de versements (réguliers ou variables). En cas de dépendance totale ou partielle, la personne est libre de convertir tout ou partie de l’épargne en rente en fonction de ses besoins. De même, elle peut laisser une partie de l’épargne sur le contrat ou la récupérer.

Avec ce produit, les AGF visent une progression significative de leurs activités "dépendance" en passant d’un rythme de 5.000 à 6.500 nouveaux contrats souscrits chaque année pour un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros en 2005. A l’horizon 2007/2008, les produits d’épargne dépendance pourraient représenter de l’ordre de 8 à 10 % du chiffre d’affaires vie individuelle d’AGF en France.


Publié le Lundi 24 Octobre 2005 dans la rubrique Finances | Lu 3219 fois