Sommaire
Senior Actu

Syndrome de Diogène : quand les personnes âgées vivent recluses et entourées de détritus

Un article du quotidien Le Dauphiné Libéré relatait début janvier une bien macabre découverte… En effet, au lendemain de noël, une femme de 80 ans était retrouvée chez elle, morte depuis des mois, entourée de montagnes d’immondices et d’objets hétéroclites. Un exemple type du syndrome de Diogène.


Comme le souligne cet article du Dauphiné Libéré, l’octogénaire, célibataire et sans enfants, vivait seule dans son appartement de Seynod en Haute-Savoie. Ce sont ses voisins qui –ne parvenant pas à joindre la vieille dame- ont prévenu les pompiers suite à une fuite d’eau.

C’est en pénétrant dans l’appartement que les secours se son aperçus, d’une part que la dame est décédée (probablement depuis de nombreuses semaines compte tenu de l’état de décomposition du corps) mais également, qu’elle vivait au milieu d’ordures, de détritus et d’objets en tous genres…

« Pas un seul centimètre carré n'était vierge de détritus plus ou moins frais, papiers, livres ou journaux », décrit un témoin dans le quotidien. Pourtant, toujours selon le journal local, la vieille dame, propriétaire de son appartement, ne vivait pas dans le besoin, et lorsqu’elle sortait de chez elle, elle « communiquait alors facilement avec les autres selon son entourage ».

Comme l’indiquent les revues scientifiques, « le syndrome de Diogène* a été décrit pour la première fois en 1975 par Clark pour caractériser, chez certaines personnes âgées, un trouble du comportement associant une négligence extrême de l’hygiène corporelle et domestique ainsi qu’une syllogomanie (accumulation d’objets hétéroclites) qui conduisent à des conditions de vie insalubres. Le diagnostic est clinique et nécessite la visite de l’habitat ».

« Pour résumer leur mode de vie extrême, explique dans une dépêche de l’AFP le Dr Jean-Claude Monfort, psycho-gériatre à l'Hôpital Saint-Anne à Paris, les Diogène ont besoin de tout, mais déclarent n'avoir besoin de rien ».

« On trouve souvent un tel comportement chez des personnes d'âge avancé qui fréquemment se sentent seules après la mort d'un conjoint ou d'un parent très proche, comportement qui peut être encouragé par des facteurs comme le manque d'argent, sans que ce soit un facteur clef puisque l'on connaît des cas de personnes riches qui en sont atteintes. En définitive, c'est la solitude qui est le facteur principal à l'origine de ce dérangement » indique de son côté le site Internet Wikipédia.

Et le Dr Monfort d’ajouter : « toute la difficulté est de les découvrir, de prévenir une catastrophe, alors qu'elles risquent d'être brûlées dans un incendie -en raison de l'état d'insalubrité de leur appartement-, gelées pour avoir ouvert des fenêtres, ou de mourir, faute de soins ».

Selon une étude en cours, le nombre de « Diogène » à Paris pourrait s’élever à 2.000 personnes.

*Diogène de Sinope : philosophe grec (IVe siècle avant J.-C.), chef de fil des cyniques, qui vivait dans un tonneau et méprisait les hommes.
Syndrome de Diogène : quand les personnes âgées vivent recluses et entourées de détritus


Publié le Lundi 26 Janvier 2009 dans la rubrique Société | Lu 11655 fois