Sommaire
Senior Actu

Suzuki Baleno : la citadine raisonnable

Avec la nouvelle Baleno, Suzuki propose une citadine de qualité et économique qui n’a rien à envier aux Renault Clio, Peugeot 208 et autre Volkswagen Polo… Que cela soit en version essence ou hybride. Economique, la Suzuki en offre plus pour moins cher.


Connue principalement pour ses motos et ses petits 4x4, la marque japonaise qui a produit près de trois millions de véhicules en 2014 s’affiche comme le dixième constructeur mondial devant une marque comme BMW. Avec la Baleno, Suzuki propose une petite voiture de moins de quatre mètres, particulièrement spacieuse à l’intérieur et disposant d’un coffre aux dimensions généreuses. Une roue de secours galette y trouve même sa place.
 
Un large espace qui est obtenu grâce à l’utilisation de la toute nouvelle plateforme Suzuki. Le coffre de 355 litres est significatif à cet égard tout comme l’espace réservé aux passagers arrière où l’on peut avoir ses jambes à l’aise à l’inverse de la nouvelle VW Golf. L’espace aux coudes est également généreusement calculé. 

Produite en Inde, la Baleno est désormais le plus grand modèle de la gamme Suzuki, hormis les SUV. Destinée à une clientèle qui recherche en priorité un prix d’accès le plus serré possible tout en offrant une finition et des prestations supérieures à celles d’une Nissan Micra. Bien sûr les plastiques durs de la planche de bord n’ont rien à voir avec ceux d’une Polo, mais la japonaise est en progrès constant et les accostages visibles sont tout à fait corrects.
 
De fait, pour cette nouvelle Baleno, Suzuki a choisi de lui apporter un équipement assez riche. Dès l’entrée de gamme, on dispose de la climatisation, de jantes alliage, de phares au xénon et de l’allumage automatique des phares. La concurrence demande environ 2.000 euros de plus pour un tel équipement !
 
Quant à l’écran tactile multimédia avec GPS, le freinage d’urgence automatique et le régulateur de vitesse intelligent, ils sont disponibles dès le deuxième niveau d’équipements. Là encore, il faut rajouter un billet de 3.000 euros chez la concurrence germanique ou chez Peugeot. Précisons que la disposition des instruments est parfaitement ergonomique et s’avère agréable à l’usage. 

Au volant, il conviendra de choisir entre deux motorisations : le trois cylindres 1.0 Boosterjet de 111 ch ou le 1.2 dualjet hybride SHVS. Pour sa version hybride, Suzuki a privilégié une solution légère en utilisant un alterno-démarreur de 3 ch et 50 Nm conçu par Mitsubishi associé à une petite batterie au lithium-ion Toshiba de 36 Wh. Un équipement qui utilise le circuit 12 V du véhicule. Un choix qui permet de contenir le surpoids au maximum.
 
Ce surpoids n’est que de 6 kg et apporte un gain 5 g/km de CO2 et  de 0,6 L/100 km. En revanche, si cette version s’avère parfaite en circulation urbaine, ce modèle écolo manque de tonus dès que l’on aborde des trajets aux tracés tourmentés. Le comportement est également singulièrement dégradé par le choix de pneumatiques Bridgestone Ecopia qui offre une adhérence médiocre, voire mauvaise sur sol mouillé. Ces pneus Bridgestone sont le seul point noir de cette Suzuki.
 
Quant à la Baleno équipé du trois cylindres 1.0 Boosterjet, c’est un véritable plaisir de conduite. Vive, légère, bien suspendue, elle réconcilie avec la conduite des petites cylindrées et cela avec une consommation de moins de 5l/100km en parcours de campagne avec quelques côtes. La transmission à cinq rapports s’accorde parfaitement au nouveau châssis de la Baleno ainsi qu’au dynamisme de son moteur.
 
Quant à ceux qui dans leurs départements bénéficient d’une carte grise gratuite, ils pourront envisager le modèle hybride qui est facturé 17.150 euros contre 18.790 euros pour une Toyota Yaris hybride avec en prime la fourniture de sièges chauffants pour cette Suzuki. Habitable, bien équipée, économe et dynamique, la nouvelle Baleno est un bon choix.
 
Joël Chassaing-Cuvillier

​La Suzuki Baleno 1.0 Booster en quelques chiffres

Moteur essence 3 cylindres en ligne – 998 cm3 (73,0 x 79,5 mm) – 111 ch à 5 500  tr/min – 170  Nm de 2000 à 3 500 tr/min – Boîte à 5 rapports
 
Dimensions : 3995 x1745 x 1470 mm, empattement : 2520 cm – Poids : 905 kg
 
Pneumatiques 185/55 R16
 
Vitesse 190 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h : 11 s
 
Émissions de CO2 : 103 gr/km
 
Prix : 17.390 euros
 
Joël Chassaing-Cuvillier
 
Site photos : jchassaingcuvillier.wix.com/jchassaingcuvillier
Instagram : joel_chassaing_cuvillier



Publié le Mercredi 20 Juillet 2016 dans la rubrique Automobile | Lu 1995 fois