Sommaire
Senior Actu

Suisse : pour une approche plus ouverte de la politique de la vieillesse

Le Conseil fédéral suisse vient d’adopter un rapport présentant les grandes lignes d’une nouvelle politique de la vieillesse, qui se veut plus ouverte sur l’ensemble du parcours de vie et sur toutes les générations : mieux reconnaître la contribution des personnes âgées à la société, assurer les conditions matérielles de leur bien-être, favoriser leur autonomie et leur participation, renforcer la solidarité entre les générations… font partie des objectifs de cette stratégie.


« Les auteurs de ce rapport ont privilégié une approche ouverte sur l'ensemble du parcours de vie et sur toutes les générations » souligne le communiqué de la Confédération suisse.

Et de préciser : « en effet, la politique de la vieillesse ne se limite pas au domaine de la prévoyance vieillesse, mais inclut d'autres politiques sectorielles, telles que la santé publique, le logement, les transports et le marché du travail dont seule une prise en compte cohérente permet de faire face aux enjeux liés au vieillissement ».

Le rapport passe donc en revue la situation actuelle des personnes âgées sous l'angle de cinq groupes thématiques : la santé et les soins, le logement et la mobilité, le travail et la transition vers la retraite, la situation économique et enfin, l'engagement et la participation sociale. Dans chaque cas, les ressources et les potentiels des personnes âgées sont mis en évidence, ainsi que leurs besoins, avec les défis qui en résultent pour les institutions concernées.
Suisse : pour une approche plus ouverte de la politique de la vieillesse

« Dans les cinq domaines, la situation des aînés se révèle globalement bonne » estime le rapport. En particulier, l'augmentation de l'espérance de vie en bonne santé, la faible prévalence de la pauvreté parmi les aînés, les prestations que ceux-ci fournissent au sein de la famille ou pour la société indiquent qu'une image de la vieillesse en termes de déficits n'est plus de mise.

Toutefois, relativisent les auteurs, « cette appréciation positive ne doit pas faire oublier que le processus de vieillissement se déroule de façon très individuelle et que la politique de la vieillesse doit trouver des réponses à des besoins sociaux importants, comme les soins en cas de dépendance ».

Fort de ces constats, le rapport dégage deux grandes orientations complémentaires. La première mise sur les ressources et les potentiels et cherche à favoriser l'autonomie et la participation des personnes âgées, ainsi que la reconnaissance de leurs prestations. La seconde, qui se rapporte aux besoins spécifiques, veille à garantir dans l'âge une existence digne, dans le respect des préférences individuelles.

Toutefois, rappelons que ce rapport a été élaboré en réponse à une intervention parlementaire de la conseillère nationale Suzanne Leutenegger Oberholzer. Il a été ensuite remis au Parlement qui décidera de la suite à lui donner.

Lien vers le rapport intégral


Publié le Jeudi 30 Août 2007 dans la rubrique Divers | Lu 7200 fois