Sommaire
Senior Actu

Suicide seniors : deux associations québécoises réclament plus de prévention

A l'occasion de la Semaine québécoise des aînés et de la tenue de l'assemblée annuelle de l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) et l'AQPS réclament conjointement que la prévention du suicide auprès des clientèles à risque, dont les personnes âgées, devienne une priorité au Québec.


« La croissance importante du suicide chez les personnes retraitées et âgées constatée au cours des dernières décennies justifie (…) que les aînés deviennent un des groupes cibles prioritaires des politiques gouvernementales en prévention du suicide. En plus de mettre en place des mesures budgétaires immédiates, le gouvernement doit faire en sorte que la consultation publique sur les conditions de vie des aînés actuellement en préparation approfondisse cette question », souligne Roger Bellavance, président de l'AQRP.

Selon les plus récentes données dévoilées par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), malgré la baisse récente des taux de mortalité par suicide, le Québec est encore la province canadienne qui présente les taux les plus élevés de suicide, tant chez les hommes que chez les femmes.

Le Québec connaît ainsi un taux de décès par suicide comparable à ceux observés en France, en Suisse et en Autriche. En 2005, on a dénombré 1.238 décès par suicide au Québec, dont 448 personnes âgées de 50 ans et plus (36%). .../...
Suicide seniors : deux associations québécoises réclament plus de prévention

Par ailleurs, selon une étude menée par des chercheurs du Centre de recherche sur le vieillissement de l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke et de l'Université de Montréal, au Québec, le taux de décès par suicide des personnes âgées de 65 ans et plus a augmenté de 85,4 % entre 1977 et 1999. L'INSPQ signale de plus que, si les tendances persistent, nous risquons d'observer des taux de décès par suicide très élevés chez les personnes de 55 ans et plus dans les prochaines années.

L'AQPS et l'AQRP ont donc convenu d'un partenariat portant sur la prévention du suicide en général et chez les personnes âgées. L'objectif poursuivi par les deux associations est de se soutenir mutuellement dans le positionnement de cet enjeu auprès du grand public et des autorités gouvernementales.

L'AQPS et l'AQRP tiennent enfin à commenter le débat public actuellement en cours sur l'euthanasie. Selon les deux organismes, la principale question qui doit se poser dans ce débat n'est pas celle de l'acceptabilité ou non de l'euthanasie, mais de savoir si les personnes qui en font la demande ont reçu toute l'aide et toute l'attention requises par leur condition. En effet, selon les recherches, de 60 à 80 % des aînés qui se suicident souffrent d'une dépression. Les maladies chroniques, les handicaps physiques et la dépendance associée à certains problèmes, de même que la douleur chronique, sont aussi liés à la dépression et au suicide.

Selon l'AQPS et l'AQRP, la priorité devrait donc être accordée à la disponibilité de soins palliatifs adéquats pour les personnes en fin de vie et à la disponibilité du soutien adéquat pour les personnes âgées souffrant de détresse psychologique ou d'isolement.

« Le prochain budget du Québec et la consultation attendue sur les conditions de vie des aînés seront de bonnes occasions d'évaluer dans quelle mesure l'ensemble de ces enjeux sont pris au sérieux par les autorités gouvernementales et parlementaires québécoises », ont conclu Mme Lévesque et M. Bellavance.


Publié le Vendredi 25 Mai 2007 dans la rubrique Société | Lu 2853 fois