Sommaire
Senior Actu

Soins de longue durée : doublement des coûts en Suisse d’ici 2030

Les coûts des établissements médico-sociaux et des services d’aide et de soins à domicile pourraient passer de 7,3 milliards en 2005 à près de 18 milliards de francs suisses* en 2030 (environ 11 milliards d’euros). C’est ce que révèlent les nouvelles projections réalisées par l’Observatoire suisse de la santé (Obsan) qui souligne dans son communiqué que « cette hausse est directement liée à l’augmentation du nombre de personnes âgées de plus de 80 ans » et qu’elle est « en grande partie inévitable ». Toutefois, l’élévation « des coûts pourrait être freinée si l’état de santé de cette population s’améliorait ou si l’utilisation des services à domicile était fortement encouragée ».


« En Suisse, le secteur des soins de longue durée a connu une croissance importante au cours des dernières années. De 1995 à 2005, les coûts des établissements médico-sociaux et des services d’aide et de soins à domicile ont augmenté de plus de 45% en termes réels » affirme l’Obsan.

Cette croissance est plus rapide que celle du système de santé dans son ensemble. Les coûts générés par les personnes de 65 ans et plus, qui constituent la majorité des utilisateurs, se montaient à 7,3 milliards de francs en 2005, soit 13,9% du total des dépenses de santé et 1,6% du produit intérieur brut (PIB).

La croissance des coûts des soins de longue durée s’explique principalement par l’arrivée à la retraite des cohortes du baby-boom et par l’augmentation de leur espérance de vie. Selon les projections démographiques de l’Office fédéral de la statistique (OFS), la population de 65 ans et plus va passer de 1,2 millions en 2005 à 2 millions de personnes en 2030, soit une hausse de deux tiers. L’augmentation de la population âgée de 80 ans et plus est encore plus rapide : elle passera de 340.000 à 625.000 personnes, soit presque un doublement en vingt-cinq ans. .../...

<SCRIPT type="text/javascript"> <!--
_version=10; //--> </script>
<SCRIPT type="text/javascript"> <!--
_version=11;
if (navigator.userAgent.indexOf('Mozilla/3') != -1){
_version=10;} // --> </script>
<SCRIPT type="text/javascript"> <!--
var server = "http://mediafr.247realmedia.com/";
var sitepage = "www.senioractu.com/rg";
var position ="Middle!Middle";
if (! (RN)) {
var RN = new String (Math.random());
var RNS = RN.substring (2, 11);
}
var oas=server + '/RealMedia/ads/';
var oaspage= sitepage + '/1' + RNS + '@' + position;

if (_version < 11) {
document.write ('<A HREF="' + oas + 'click_nx.ads/'+ oaspage + '" TARGET="_top" ><IMG SRC="' + oas + 'adstream_nx.ads/' + oaspage + '" BORDER=0 WIDTH=250 HEIGHT=250 ALT="Click!"></a>');

} else {
document.write ('<SCR'+'IPT LANGUAGE="JavaScript1.1" SRC="' + oas + 'adstream_jx.ads/' + oaspage + '">');
document.write ('\<\!-- --\>');
document.write ('\<\/SCRIPT\>');
document.write ('\<\!-- --\>');
}
// -->
</SCRIPT>

Une part importante de la hausse des coûts est inévitable
Selon le scénario de référence, les coûts des soins de longue durée sont projetés à 17,8 milliards de francs en 2030 (prix constants de 2005) et ils représenteront 2,8% du PIB de la Suisse. Les coûts des établissements médico-sociaux se montent à près de 80% des coûts totaux (14,9 milliards de francs). Ceci s’explique par la forte hausse projetée de la population de 80 ans et plus. Ce résultat signifie qu’une part importante des coûts sera inévitable. Ceci implique que les structures soient en mesure de s’adapter pour répondre à la demande, faute de quoi une partie des besoins en soins pourrait être non satisfaite.

La prévention et promotion de la santé pourraient limiter la hausse des coûts
Si l’état de santé de la population de 65 ans et plus s’améliore à l’avenir, les taux de recours aux soins de longue durée pourraient diminuer. Dans ce cas, les coûts sont estimés à 16,2 milliards, ce qui représente 2,5% du PIB en 2030. Cela représente une baisse de 1,6 milliards de francs par rapport au scénario de référence. L’amélioration de l’état de santé de cette population est possible si des programmes efficaces de prévention et de maintien de l’autonomie sont mis sur pied. Ces résultats révèlent donc le rôle qu’une politique de prévention et de promotion de la santé pourrait jouer pour limiter la hausse des coûts des soins de longue durée.

Le développement des services à domicile pourrait limiter la hausse des coûts
Encourager le recours aux services d’aide et de soins à domicile pourrait permettre de maintenir des personnes avec incapacités fonctionnelles à domicile et ainsi réduire le nombre de résidants dans les établissements médico-sociaux. Dans le scénario, avec une substitution relativement forte entre les deux formes de soins (substitution de 50%), les coûts sont projetés à 15,7 milliards de francs, soit 2,4% du PIB. Par rapport au scénario de référence, cela représente près de 2 milliards de francs en moins. Il est toutefois probable que pour atteindre un tel degré de substitution, il faudra introduire des changements structurels et avoir une politique volontariste en la matière.

NB : l’Observatoire suisse de la santé précise qu’il actualise ses projections des coûts des soins de longue durée en tenant compte de ces prévisions démographiques et en proposant de nouveaux scénarios de l’évolution possible des coûts.

*1 franc suisse = 0.61 euro


Publié le Mardi 29 Avril 2008 dans la rubrique Social | Lu 8500 fois