Sommaire
Senior Actu

Singapour – Epargner et travailler plus longtemps du fait du vieillissement de la population


L’allongement de la durée de la retraite à Singapour et le manque de protection de l’État en matière de pensions vont obliger les habitants du pays à faire des sacrifices pour pouvoir profiter de leurs dernières années (« Saving more for twilight years », Business Times du 21 avril).

La démographie de la petite république asiatique est déclinante. D’après le Département des Statistiques, les Singapouriens de plus de 65 ans vont passer de 7,5% à 20% de la population dans les trente prochaines années, totalisant près de 800.000 personnes en 2030. Les personnes âgées voient de plus leur vie à la retraite s’allonger : les hommes peuvent désormais espérer vivre encore 16 ans après 65 ans, et les femmes 19 ans.

Le problème, est que la qualité de cette retraite est en péril. D’après l’enquête de recensement de la population de 2000, les trois quarts des personnes âgées vivent avec le soutien financier de leurs enfants. Or les Singapouriens ont de moins en moins de descendants (le taux de fécondité a baissé continuellement de 1,72 à 1,37 entre 1992 et 2002).

Les futurs papy-boomers ont donc du souci à se faire. D’autant que le système de retraite public est insuffisant. Les Singapouriens peuvent aujourd’hui compter sur le CPF (Central Provident Fund), qui les obligent à épargner durant leurs années salariées en échange d’annuités disponibles à partir de 62 ans. La somme-plancher que l’épargnant doit constituer est cependant trop faible pour envisager une retraite correcte, estime l’article du quotidien national –elle est actuellement de 80.000 $ (67.200 euros).

Même si les institutions ont décidé d’augmenter chaque année de 4.000 dollars (3.360 euros) la somme minimum, en 2014 une personne âgée vivant jusqu’à 85 ans ne bénéficiera que de 550 $ par mois (462 euros) grâce au CPF. C’est bien peu par rapport aux 3.530 $ (2.965 euros) mensuels dont dispose le retraité moyen à l’heure actuelle.

Les Singapouriens vont donc devoir cotiser plus longtemps, ou augmenter le pourcentage de leur salaire dédié au CPF. L’augmentation de l’épargne nécessitera aux ménages de sacrifier une part de leur consommation en biens d’équipement –en voitures par exemple – et de leur investissement en immobilier.

Les habitants de ce pays prospère vont aussi devoir envisager la possibilité de travailler plus longtemps, et pourquoi pas d’être employés à temps partiel pendant leur retraite.
Singapour – Epargner et travailler plus longtemps du fait du vieillissement de la population


Publié le Vendredi 23 Avril 2004 dans la rubrique Retraite | Lu 502 fois