Sommaire
Senior Actu

Sexualité des boomers : trop fatigués, stressés et débordés de travail pour faire l’amour

Un récent sondage réalisé pour le compte du laboratoire Pfizer Canada par Ipsos Reid, semble indiquer que les baby-boomers, génération à l’origine de la révolution sexuelle, ne consacrent que quinze minutes par jour à la sexualité et au romantisme, soit moins de deux heures par semaine.


Cette nouvelle étude commanditée par le fabricant du fameux viagra, a été menée auprès de 2.498 canadiens âgés de 40 à 64 ans et révèle que les répondants, aussi bien féminins que masculins, passent de quatre à cinq heures par jour à regarder la télévision et à naviguer sur Internet, mais ne consacrent qu’une fraction de ce temps au romantisme ou aux relations sexuelles.

Alors qu’une très forte proportion de ces personnes s’estime bien plus libérée sur le plan sexuel que les gens de la génération précédente, « Le sondage indique que la majorité des Canadiens âgés de 40 ans ou plus disent que la fatigue, le travail et le stress sont les principaux obstacles à une vie sexuelle épanouie » explique John Wright, analyste de recherche de la firme Ipsos Reid. « 58 % des répondants âgés de 40 ans ou plus se disent “trop fatigués pour faire l’amour”, alors que 42 % invoquent le stress, et 40 %, le manque de temps. »

Les baby-boomers indiquent qu’ils ont atteint leur plein potentiel sexuel dans la trentaine, mais ils se remémorent plus volontiers la sexualité de leur vingt ans, la qualifiant d’excitante (57 %), d’agréable (56 %), d’aventureuse (49 %) et de débridée (28 %). 20 % des hommes et des femmes mentionnent qu’ils avaient plus d’endurance sexuelle durant la vingtaine qu’aujourd’hui, la majorité de ces personnes indiquant que leur satisfaction à l’égard de leur sexualité a commencé à décliner graduellement au cours de la quarantaine ou de la cinquantaine. .../...
Sexualité des boomers : trop fatigués, stressés et débordés de travail pour faire l’amour

Sur une note positive, bien que les baby boomers disent avoir moins de relations sexuelles, ils mentionnent que leur sexualité est aujourd’hui plus axée sur l’intimité (45 %) et sur la tendresse (45 %) -quoique plus prévisible (24 %)- qu’elle ne l’était durant la vingtaine. Plus de 80 % des hommes et des femmes admettent que le fait d’avoir des relations sexuelles leur permet de se sentir aimés et appréciés, en plus de renforcer le caractère intime de leur relation.

« La génération “qui a fait l’amour et non la guerre”, en vieillissant, fait preuve d’une ouverture nouvelle sur la santé sexuelle et les rapports intimes, ce qui nous aidera en tant que société à aborder les difficultés sexuelles associées à l’âge de façon plus éclairée et proactive », a affirmé le Dr François Bénard, urologue à l’Hôpital St-Luc du CHUM. « Même si les baby-boomers ont des relations sexuelles moins fréquentes et que leur vie sexuelle change avec le temps, il est encourageant de les entendre dire que les rapports sexuels sont très importants pour leur vie de couple, car ils leur permettent de tisser des liens plus étroits avec leur partenaire. Nous savons qu’il existe une bonne corrélation entre une vie sexuelle positive et d’autres éléments comme la santé et le bien-être. Il faut donc se réjouir de constater que les Québécois et les Canadiens dans la quarantaine et la cinquantaine entreprennent une nouvelle révolution sexuelle. »

Dans l’ensemble, la majorité des baby boomers mentionnent que bien que leur vie sexuelle ait été plus déchaînée, plus exaltante et plus active durant la vingtaine, le plaisir qu’ils en retiraient n’était pas nécessairement plus grand qu’aujourd’hui. Seulement le tiers des hommes et des femmes estiment que leur vie sexuelle est moins agréable aujourd’hui qu’elle ne l’était durant la vingtaine (28 %).

Les hommes signalent que la qualité de l’érection est perçue comme une source fréquente d’insatisfaction sexuelle. Environ le quart des boomers masculins ayant répondu au sondage indiquent avoir de la « difficulté à obtenir ou à maintenir une érection », et seulement 36 % des hommes interrogés affirment être très satisfaits de leurs érections.

Les baby boomers sont mariés ou vivent en union de fait dans une proportion de 71 %, et ce, depuis 21 ans en moyenne. 6 % des répondants vivent une relation stable, et 4 % affirment avoir des fréquentations non assidues. 11 % des baby boomers disent être en quête du grand amour, tandis que 8 % y ont renoncé, indiquant ne fréquenter personne et ne pas chercher l’âme sœur.

Le sondage a été mené en ligne à la fin du mois de novembre 2005 auprès d’un groupe de 2 498 consommateurs (1 314 hommes et 1 184 femmes) âgés de 40 à 64 ans. L’échantillon était équilibré par région en fonction des données du recensement et comporte une marge d’erreur de +/- 2 %.

Pour en savoir plus, lire aussi :

La vie sexuelle et amoureuse des baby-boomers célibataires


Publié le Mardi 21 Mars 2006 dans la rubrique Bien-être | Lu 6929 fois