Sommaire
Senior Actu

Services publics en ligne : des règles pour faciliter l'accès aux ainés

Comme l’indique un récent communiqué du Parlement européen, « sites internet et applications mobiles du secteur public devront être rendus accessibles à tous, selon un accord provisoire conclu par les négociateurs du Parlement et du Conseil ».


Et le communiqué de préciser que plus de 167 millions de citoyens dans l'Union Européenne souffrent d'un handicap (médical ou dû à l'âge) qui les empêche d'accéder à des données et services sur internet, comme remplir une déclaration d'impôt (c’est justement en ce moment), payer une facture ou inscrire un enfant à l'école.
 
« Nous vivons à l'ère numérique où la plupart d'entre nous ne peut imaginer sa vie sans accès à internet, que ce soit en ligne sur un ordinateur ou via un smartphone remarque Dita Charanzova, en charge de la protection des consommateurs auprès du Parlement. Pourtant, aujourd'hui, un certain nombre de citoyens de l'UE ne dispose pas de cette possibilité, je ne veux pas dire pour se divertir, mais plutôt pour accéder à l'information fournie par les institutions publiques. Tous les citoyens doivent être traités de manière égale à la fois en ligne et hors ligne ».
 
Et d’ajouter : « pour moi, c'est une grande victoire. Je pense que c'est une honte que de nombreuses personnes handicapées soient, au 21ème siècle, encore coupées de l'information sur internet. L'inaccessibilité appartient à la préhistoire numérique, pas au monde d'aujourd'hui ».
 
Les applications mobiles -à savoir les logiciels conçus et développés par ou au nom d'organismes du secteur public, pour une utilisation sur des appareils mobiles, tels que les smartphones et les tablettes- sont incluses dans le champ d'application de la directive. Les négociateurs ont également élargi le champ d'application de la directive pour inclure tous les organismes du secteur public, au-delà des douze catégories initialement proposées par la Commission.
 
Certains types de contenus anciens seront exclus, mais seulement s'ils ne sont pas nécessaires pour les procédures administratives (…). Les députés se sont assurés que les organismes du secteur public devront rendre ce contenu exclu accessible à toute personne « sur requête » (accès à la demande).
 
Les organismes du secteur public devront régulièrement fournir une mise à jour de la conformité de leurs sites internet et applications avec cette directive, y compris une explication de l'inaccessibilité d'une partie du contenu. Cette déclaration devra également expliquer comment solliciter du contenu non accessible et fournir un hyperlien vers un « mécanisme de retour d'information » pour les utilisateurs.
 
Les organismes du secteur public concernés devront répondre aux demandes d'accès à un contenu non accessible en ligne dans un « délai raisonnable », et aussi fournir un lien vers une « procédure d'exécution », à laquelle on peut avoir recours en cas de réponse insatisfaisante.
 
Prochaines étapes
L'accord provisoire doit encore être confirmé par le Comité du Conseil des représentants permanents et par le Parlement européen dans son ensemble. Une fois qu'il aura été approuvé et publié au Journal officiel de l'UE, les États membres disposeront de 21 mois pour transposer la directive en droit national. Les nouvelles règles seraient applicables aux nouveaux sites internet 12 mois après la transposition, à tous les sites 24 mois après la transposition et aux applications mobiles 33 mois après la transposition.
 
Source


Publié le Mardi 10 Mai 2016 dans la rubrique Internet | Lu 1318 fois