Sommaire
Senior Actu

Sensible accroissement de l’emploi senior dans l’Union européenne

Un récent communiqué de la Commission Européenne fait le point sur les réalisations des objectifs de l’Union européenne en matière d’emploi et constate que d’une manière générale, en 2006, les marchés de l’emploi dans l’UE ont connu « une solide reprise » tout en notant un « sensible accroissement de l’emploi senior » sur la même période.


« En 2006, les marchés de l'emploi de l'UE ont connu une solide reprise, rendue possible par l'accélération de l'activité économique et les réformes du marché de l'emploi qui ont été observées dans de nombreux États membres », remarque le communiqué de la Commission Européenne .

L'accroissement moyen de l'emploi dans l'UE-27, qui était resté assez modeste depuis quelques années, s'est dynamisé sensiblement en 2006, puisqu'il a atteint 1,4 %, ce qui représente sa meilleure performance depuis 2000. Pour la première fois depuis au moins une décennie, l'emploi s'est accru dans l'ensemble des 27 États membres de l'Union.

Cette progression de la croissance de l'emploi a permis à l'UE d'obtenir les meilleurs résultats depuis 2000 dans sa marche vers l'objectif d'un taux d'emploi global de 70 %, ainsi que vers les objectifs fixés pour l'emploi des femmes (60 %) et des personnes âgées (50 %).

De fait, en 2006, le taux d'emploi global a en effet atteint 64,3 %, le taux d'emploi des femmes, 57,1 % et celui des personnes âgées, 43,5 %. Grâce à la croissance toujours soutenue de l'emploi, la progression s'est poursuivie cette année, puisque le taux d'emploi global s'est chiffré à 65,3 %, le taux d'emploi des femmes, à 58,2 % et celui des travailleurs âgés, à 44,8 % au deuxième trimestre 2007. .../...

La croissance de l'emploi des personnes âgées s'est concentrée dans des secteurs et des professions à forte intensité cognitive. Est-il possible d'avoir des données plus détaillées, et quelles sont les causes de cette évolution positive ?

Comme dans le cas d'autres tranches d'âge, l'emploi des travailleurs âgés s'est accru principalement dans le secteur des services. La progression a été la plus forte dans le secteur « Santé et action sociale » (avec un accroissement d'un million d'emplois), ainsi que dans les secteurs « Éducation » et « Immobilier, location et services aux entreprises » (avec un accroissement d'environ 750 000 emplois dans chaque cas), c'est-à-dire des secteurs où l'intensité cognitive est relativement grande.

La croissance de l'emploi des travailleurs âgés s'explique principalement par une progression importante dans les professions non manuelles hautement qualifiées, qui interviennent conjointement pour plus de moitié dans la croissance de l'emploi des travailleurs âgés entre 2000 et 2006. En conséquence, la structure de l'emploi des personnes âgées par profession s'est modifiée, les professions non manuelles à forte intensité cognitive ayant pris le pas sur les professions plus manuelles.

Ces changements reflètent différentes évolutions, y compris l'actuelle montée en puissance, dans les économies européennes, de l'emploi dans le secteur tertiaire et dans l'économie cognitive (qui fera naître des opportunités dans le secteur de l'enseignement), ainsi que le vieillissement de la population elle-même, qui fera croître la demande dans le secteur de la santé et de l'action sociale. Le passage progressif du travail manuel au travail non manuel explique également l'accroissement de l'emploi des travailleurs âgés.

Quels sont les principaux éléments qui expliquent le sensible accroissement récent de l'emploi des travailleurs âgés ?

L'accroissement des taux d'emploi des travailleurs âgés est dû en grande partie à la progression du taux d'activité des femmes âgées, qui s'explique elle-même en premier lieu par l'effet d'entraînement qu'a produit la progression du taux d'activité global des femmes au cours du temps.

Cette évolution résulte d'un changement des comportements traditionnels et des normes sociales en ce qui concerne l'activité des femmes, la hausse des niveaux de qualification des femmes et les meilleures possibilités qu'ont celles-ci de concilier leur travail et leurs responsabilités familiales.

Chez les hommes, l'accroissement des taux d'emploi résulte plutôt du fait qu'ils quittent le marché du travail plus tard en raison des mesures stratégiques et des réformes qui ont été mises en oeuvre depuis cinq à dix ans pour les encourager à travailler plus longtemps : citons comme exemples les réformes des régimes de pension, le durcissement des conditions d'admission à la retraite anticipée et d'autres mesures récentes destinées à encourager le vieillissement actif. L'accroissement total s'explique pour 20 % environ par la modification de la pyramide des âges dans la population âgée de 55 à 64 ans.

Quels sont les principaux problèmes en ce qui concerne l'égalité d'accès à la formation professionnelle continue dans l'UE ?

Dans l'Union européenne, certains groupes de travailleurs ont moins de chances que d'autres de participer à des actions de formation professionnelle continue. Il s'agit notamment des travailleurs âgés, de ceux qui ont un faible niveau d'études ou une expérience professionnelle réduite, ainsi que des travailleurs ayant les revenus les plus faibles. Paradoxalement, c'est surtout chez ces groupes de travailleurs que les besoins de formation sont les plus grands, compte tenu de la montée en puissance de l'économie cognitive et des problèmes posés par le vieillissement démographique.

Les femmes, qui sont souvent défavorisées sur le marché de l'emploi, participent autant, sinon légèrement plus que les hommes aux actions de formation professionnelle continue.

Source : Commission Européenne


Publié le Mercredi 28 Novembre 2007 dans la rubrique Emploi | Lu 5818 fois