Sommaire
Senior Actu

Seniors : tabac, alcool, jeux et autres addictions

Afin de mieux comprendre les Français et leurs connaissances en matière de santé, l’Inpes réalise tous les cinq ans une grande enquête dans le cadre de son « Baromètre santé ». Cette année, l’Institut s’est intéressé aux addictions des seniors… Tabac, alcool, cannabis ou jeux d’argent... Quels sont leurs habitudes en la matière ?


© Samantha Cohen via FlickR
Selon ce Baromètre Santé, les seniors (plus de 55 ans) sont les personnes qui fument le moins de cigarettes avec seulement 13% de fumeurs quotidiens contre 41% parmi les 15-54 ans. Le vieillissement semble donc être un facteur de baisse de la consommation que ce soit chez les hommes ou chez les femmes : chez les messieurs, le nombre de fumeurs passe de 23% entre 55 et 64 ans à 13% entre 65 et 74 ans et 6% entre 75 et 85 ans ; chez les dames, le pourcentage passe de 18% entre 55 et 64 ans à 7% entre 65 et 74 ans et 4% au-delà de 75 ans. Donc clairement, plus on avance en âge moins on fume !
 
« Si le nombre de fumeurs est aussi faible parmi les seniors, cela peut s’expliquer en partie par la proportion assez élevée des 55-85 ans, en particulier des femmes, qui n’ont jamais fumé. Leur nombre augmente d’ailleurs considérablement entre 55-64 ans (47 %), 65-74 ans (61 %) et 75-85 ans (73 %) » précisent par ailleurs les auteurs de cette grande étude.
 
Toutefois, contrairement aux hommes, le fait de fumer et surtout d’avoir fumé augmente fortement avec le niveau d'étude chez les femmes : plus du tiers (36%) des 55 à 85 ans fumant ou ayant fumé n’ont pas le bac contre 52% pour celles qui ont le bac, et 62% pour celles ayant un diplôme supérieur au bac.

Outre le diplôme, la CSP oriente elle aussi la consommation de tabac. Ainsi, les femmes cadres (56%) sont plus nombreuses à avoir déjà fumé que les ouvrières (32%) et les agricultrices (13%). Chez les hommes, c’est le contraire : les cadres sont moins souvent fumeurs (14%) que les ouvriers (19,5%).

Enfin, l’isolement peut également agir sur la consommation de tabac des 55-85 ans, en particulier chez les hommes : 22% des fumeurs masculins déclarent vivre seuls contre 15% pour ceux ne vivant pas seuls.
 
A noter également qu’avancée en âge rime avec hausse de la consommation quotidienne d’alcool. Dans ce cas précis, ce sont les messieurs qui sont particulièrement concernés : 31% parmi les 55-64 ans, 43% parmi les 65-74 ans et jusqu’à 53,5% parmi les 75-85 ans ! Dans des proportions moindres, les femmes sont 11% entre 55 et 64 ans, 16% entre 65 et 74 ans et 22% après 75 ans. Les responsables de cette étude remarquent que si la consommation d’alcool augmente avec l’âge, cette tendance est à la baisse de génération en génération. Elle concernait 43% des 55-75 ans en 2000, 32% en 2005 et 24% en 2010 (soit presque deux fois moins en dix ans).
 
A l’inverse, seul une personne sur cinq âgée de 55-64 ans est concernée par la consommation d’alcool exagérée contre deux sur cinq chez les 20-25 ans, preuve que les fêtes et les excès diminuent avec l’âge. En ce qui concerne la consommation d’alcool à risque chronique, les chiffres sont comparables à ceux du reste de la population et concernent 9% des 55-85 ans. Comme on pouvait s’y attendre, le vin reste la boisson privilégiée des 55-85 ans, avec plus d’un senior sur deux (56%) qui déclare en consommer de manière hebdomadaire (72% des hommes et 43% des femmes). La bière arrive loin derrière (24% des hommes et 6% des femmes), tout comme les alcools forts (24% des hommes et 7% des femmes).
 
Soulignons que la consommation d’alcool est particulièrement liée au niveau de diplôme et à la CSP. Chez les dames, la consommation d’alcool à risque chronique est 2,5 fois plus importante si le niveau d’études est élevé (supérieur au bac) et si elles occupent un poste à responsabilité. A l’inverse, chez les messieurs, ce sont les moins diplômés qui sont les plus gros consommateurs d’alcool au quotidien : 41% pour ceux qui n’ont pas le bac contre 35% pour ceux qui ont un diplôme supérieur au bac. En gros, même schéma que la consommation de cigarettes.
 
En ce qui concerne le jeu, la pratique excessive des jeux d’argent et de hasard concerne plus souvent les moins de 55 ans. Les seniors ont cependant une pratique active avec 13% des 55-75 ans qui ont joué au moins toutes les semaines ou ont misé au moins 500 euros au cours des douze derniers mois. Ce qui est beaucoup ! Dans ce domaine, 18% des joueurs actifs entre 55 et 75 ans sont des hommes contre 9,5% de femmes. Le niveau de diplôme est également un facteur important. Ce sont les individus sans diplôme qui sont les joueurs les plus actifs (15% vs 9% pour ceux dont le diplôme est équivalent ou supérieur au bac).
 
Enfin, la consommation de cannabis… Seule une personne de 55-64 ans sur 10 déclare avoir déjà fumé du cannabis au cours de sa vie. Sans trop de surprise, c’est cinq fois moins que chez les 20-34 ans et deux fois moins que chez les 45-54 ans. D’autre part, le « joint » demeure majoritairement un comportement masculin (13% vs 7% des femmes) et réservé aux plus diplômés : 21% des hommes ayant un diplôme supérieur au bac ont déjà expérimenté cette substance contre 11% des hommes sans diplôme…


Publié le Mardi 14 Octobre 2014 dans la rubrique Santé | Lu 1076 fois