Sommaire
Senior Actu

Seniors, hypertension et auto-mesure...

A l’occasion de la Journée Nationale de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (HTA), le 16 décembre, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) présente les résultats de son étude FLAHS 2015* qui montre que plus de la moitié (55%) des hypertendus traités de plus de 55 ans sont contrôlés. Détails.


« Cette année, nous nous sommes focalisés sur les plus de 55 ans car la moyenne d’âge des hypertendus en France est de 67 ans. Pour le contrôle de la tension artérielle, nous n’avons pas atteint les 70% souhaités pour l’objectif 2015 mais nous avons tout de même progressé depuis dix ans », indique le Docteur Bernard Vaïsse, président du CFLHTA et cardiologue à Marseille.
 
Les résultats montrent que près d’un hypertendu traité sur deux de plus de 55 ans dispose d’un appareil d’auto-mesure et respecte la « règle des 3 » (voir encadré ci-dessous) pour prendre sa pression artérielle. En 2010, le nombre d’hypertendus possédant un tel appareil était de 36%.
 
« Cette progression s’explique notamment par la mise en place des recommandations française et européenne mais aussi par l’action de la CNAM. Cette dernière distribue, depuis 2013, un appareil d’auto-mesure à tous les médecins généralistes afin qu’ils le prêtent à leurs nouveaux patients hypertendus pour prendre leur tension artérielle avant de venir en consultation. Ce dispositif, promu par les médecins généralistes, permet ainsi d’éliminer l’effet « blouse blanche » et d’éviter la prescription inutile de médicaments », poursuite le Dr Bernard Vaïsse. 
 
« Le contrôle tensionnel dans une population est un marqueur de la qualité du système de santé. Dans les pays du nord de l’Europe, environ 70% des patients hypertendus sont traités et contrôlés. En France, il y a encore des efforts à faire pour arriver à être dans le peloton de tête », relève le Professeur Jean-Jacques Mourad, hypertensiologue, Hôpital Avicenne-Bobigny.

​Automesure « la règle des 3 »

Dans la semaine qui précède une visite médicale pour le suivi de l’HTA, il est conseillé d’effectuer au calme, après un repos de quelques minutes, en position assise :
– 3 mesures autour du petit-déjeuner
– 3 mesures le soir avant le coucher
– 3 jours de suite.  

« L’hypertension est une maladie plurifactorielle : l’âge, le sexe, l’hérédité, le sel, le système nerveux… Un seul médicament ne permet pas de traiter l’ensemble de ces facteurs. Il est donc nécessaire de faire des associations médicamenteuses pour améliorer le contrôle des hypertendus », remarque encore le Dr Bernard Vaïsse.
 
Outre l’amélioration de la prescription du traitement, les patients seniors hypertendus traités consultent davantage leur médecin généraliste, en moyenne quatre fois par an. Quant au spécialiste, 46% des hypertendus traités de plus de 55 ans l’ont consulté une fois ces douze derniers mois (contre 19% des non traités). « Le nombre de consultations chez le cardiologue est un vrai progrès car l’enquête de la CNAM en 2007 indiquait que seulement 8% des hypertendus traités s’y rendaient dans l‘année. Ceci est positif car lorsque l’hypertension résiste, le cardiologue peut aider le praticien généraliste à chercher la bonne bithérapie ou trithérapie. C’est ainsi que nous allons améliorer le contrôle », explique le Dr Bernard Vaïsse. 
 
Le niveau d’observance parfaite des hypertendus reste encore insatisfaisant cette année puisque seulement 62% des Français hypertendus traités suivent leur traitement jusqu'à la fin, respectent la posologie et n’oublient jamais de le prendre. Les résultats mettent en évidence une différence d’observance complète suivant le sexe et l’âge. En effet, 67% des femmes de plus de 55 ans sont parfaitement observantes contre 57% des hommes et  65% des 65-79 ans sont plus observants que les 55-64 ans (57%) et les 80 ans et plus (64%).

« L’observance parfaite est un vrai problème dans toutes les maladies chroniques dont fait partie l’hypertension artérielle. L’observance complète passe d’abord par la relation médecin-patient et par l’éducation thérapeutique. En comprenant sa maladie, l’importance de bien suivre son traitement, le patient adhèrera plus facilement au traitement et sera davantage observant. En augmentant l’observance complète et en associant les bons médicaments tout en conservant une bonne hygiène de vie, le patient hypertendu peut améliorer son contrôle tensionnel », insiste le Dr Bernard Vaïsse. «
 
En vingt ans, les décès par Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) ont été divisés par quatre en France grâce aux traitements contre l’hypertension artérielle. « Les hypertendus ne doivent donc pas avoir peur des médicaments prescrits car ils sont des prolongateurs de vie. Savoir utiliser ces médicaments correctement et suivre sa pression artérielle grâce à l’auto-mesure permettent aux patients de vivre normalement en bonne santé et pour longtemps », ponctue le Dr Bernard Vaïsse.  
 
En France, en 2015, la moitié des hypertendus traités de plus de 55 ans sont en surpoids et 10% continuent de fumer. « Il y a aussi une association fréquente avec l’hypercholestérolémie. Les règles d’hygiène de vie telles que la perte de poids, l’arrêt du tabac, la diminution de sel dans l’alimentation, la pratique d’une activité physique sont essentielles pour les personnes souffrant d’hypertension artérielle. Elles ne suppriment en aucun cas le traitement mais elles s’associent avec ce dernier pour diminuer le risque cardiovasculaire », indique le Docteur Bernard Vaïsse. 
 
*Etude menée par Kantar Health auprès de plus de 6 000 Français âgés de 55 et plus, dont 1 724 sont des hypertendus traités disposant d’un appareil d’auto-mesure.


Publié le Lundi 14 Décembre 2015 dans la rubrique Santé | Lu 1349 fois