Sommaire
Senior Actu

Seniors et santé : les diabétiques peuvent-ils consommer des fruits ?

Dans les pays développés, le vieillissement de la population associé à l’obésité favorisent l’émergence d’une épidémie de diabète de type 2 ou « diabète gras ». Le diabète touche ainsi plus de deux millions de personnes en France*. Avec l'augmentation de l'espérance de vie, des mauvaises habitudes alimentaires, du surpoids et de la sédentarité, le nombre de diabétiques devrait encore fortement progresser.


cc Didricks via FlickR
Du fait des complications possibles, le diabète est une maladie redoutable qu'il vaut mieux dépister précocement, et pour laquelle le meilleur adage reste : « mieux vaut prévenir que guérir ». Le diabète exige en effet un contrôle strict du taux de sucre dans le sang et une surveillance de son alimentation.

Des études réalisées sur des sujets âgés en moyenne de 51 ans ont mis en évidence que les interventions touchant le mode de vie (alimentation saine et activité physique) s’avèrent efficaces pour prévenir l’apparition du diabète de type 2 chez les personnes à risque.

* Source AFD (Association Française des Diabétiques).

Qu’est-ce que le diabète ?

Le glucose, qui est le sucre présent dans le sang, est la principale source d'énergie de l'organisme. Il provient principalement des sucres des aliments (glucides) ingérés au moment des repas. Lorsque notre ration de sucre est insuffisante, le foie sait aussi le produire à partir des glucides qu'il a stockés au moment du repas, et parfois à partir d'autres nutriments comme les protéines.

On parle de diabète lorsque la glycémie à jeun dépasse 1,26 g/l. Si ce taux n'occasionne le plus souvent aucun symptôme, il peut avoir à long terme de graves conséquences pour la santé.

L’augmentation de la glycémie est causée par un manque ou une insuffisance d'action de l'insuline. L'insuline est une hormone fabriquée par le pancréas, qui permet au glucose de pénétrer dans nos cellules, et qui régule la glycémie en cas d’augmentation.

Le diabète de type 2 correspond à la fois un défaut d'action de l'insuline (insulinorésistance) et un excès d'insuline (hyperinsulinisme). Ces deux phénomènes s'associent dans des proportions variables selon le stade de la maladie, l’hyperinsulinisme étant en outre un facteur de risque cardiovasculaire.

Vivre avec le diabète : capitalisez sur les fruits en dessert

Vivre avec le diabète implique de remplacer tous les aliments à index glycémique élevé par des aliments à index glycémique moyen ou bas*. Il convient par exemple de limiter la consommation de sucre et de produits sucrés.

Si cela s’avère une contrainte au quotidien, il existe des produits « génériques » adaptés aux besoins des diabétiques… et tout autant savoureux ! Par exemple, le pain aux céréales en remplacement du pain blanc, ou les fruits ou les desserts de fruits sans sucres ajoutés en lieu et place des desserts.

Par leur teneur modérée en glucides et en calories, et leur apport irremplaçable en micronutriments protecteurs et en fibres, les fruits et certains produits dérivés sans ajouts de sucres sont en effet indiqués aux diabétiques. C’est d’ailleurs la présence de fibres qui confère au fruit un index glycémique* modéré, et permet d’élever modérément la glycémie lorsqu’on les mange.

Et même si la teneur en glucides est variable selon les fruits, tous ont leur place dans l’alimentation du diabétique, à condition de maîtriser l’apport glucidique : les fruits les plus sucrés sont ainsi la banane (20% de glucides), le raisin (16%) ou encore la cerise (15%). La pomme, la poire, la pêche et l’orange apportent en moyenne 12% de glucides. Les fraises n’apportent quant à elles que 7% de glucides.

* L'index glycémique est un critère de classement des glucides (et par extension des aliments) permettant d'évaluer leur pouvoir glycémiant, c'est-à-dire leur action sur la glycémie (taux de glucose dans le sang).

Le plus : consommer des fruits et desserts de fruits sans sucres ajoutés en fin de repas, plutôt qu’entre les repas, permet de diminuer leur index glycémique car la présence des autres nutriments du repas limite l’augmentation de la glycémie.

Augmentez l’apport en fibres !

Les fibres jouent un rôle dans l’équilibre glycémique, car elles favorisent la satiété et peuvent limiter l’augmentation du taux de glucose dans l’organisme. Les fibres solubles contenues dans les fruits frais ou même dans les desserts fruitiers sans sucres ajoutés se révèlent particulièrement intéressantes.

Une consommation régulière bien répartie sur les repas est donc recommandée aux diabétiques. Pour bénéficier de toute la richesse en fibres des fruits :
- évitez d’éplucher la peau de fruits comme la pêche, la pomme, la poire ou le raisin car elle est riche en fibres ;
- prévoyez un fruit ou un dessert de fruits sans sucres ajoutés à chaque repas, pour une bonne répartition des fibres sur la journée.

Peut-on éviter le diabète ?

Des études menées auprès de personnes âgées de 51 ans ont montré que les modifications du mode de vie permettent de baisser le risque de diabète. La baisse de la consommation de graisses et la pratique d’une activité physique d’intensité modérée pendant au moins 2h30 par semaine ont en effet permis d’enregistrer une baisse de poids d’environ 5% chez les sujets suivis, et une baisse significative du risque de diabète de 58% au bout de 4 ans.

Dans le cas plus précis de la nutrition, la combinaison d’un régime alimentaire riche en aliments à index glycémique élevé et pauvre en fibres céréalières augmenterait le risque de survenue d’un diabète de type 2. En effet, plus l’index glycémique est élevé, plus l’aliment risque de faire potentiellement prendre du poids grâce à un mécanisme de stockage que nous devons à nos ancêtres : durant la Préhistoire, la mise en réserve lors de gros festins permettait de résister aux famines !

(Tuomilehto et al. 2001; Knowler et al. 2002)

Article réalisé en partenariat avec Hero, spécialiste des desserts de fruits sans sucres ajoutés


Publié le Jeudi 13 Juillet 2006 dans la rubrique Nutrition | Lu 35824 fois