Sommaire
Senior Actu

Seniors : des revenus légèrement supérieurs à la moyenne mais avec de grandes disparités

Dès que l’on aborde la question des revenus, on a tendance à attribuer aux seniors une aisance financière supérieure à celles des plus jeunes. Toutefois, dans cette population particulièrement hétérogène, les mesures habituelles du niveau de vie reflètent imparfaitement les conditions de vie des personnes âgées, indique l’Insee dans sa récente étude intitulée "Les revenus et le patrimoine des ménages".


Aux environs de soixante ans, les individus se trouvent à une période charnière de leur vie et quittent progressivement le marché du travail en atteignant l’âge de la retraite. Le niveau de vie augmente donc jusque vers 60 ans puis décroît ensuite.

D’autre part, il est important de souligner que la population « des plus de 55 ans s’avère particulièrement hétérogène puisqu’elle comprend à la fois des individus à l’apogée de leur carrière professionnelle et des retraités nettement plus âgés et moins favorisés ».

Selon l’Insee, le niveau de vie annuel moyen des 55 ans et plus est très légèrement supérieur (+ 2,7 %) au niveau de vie moyen de l’ensemble de la population avec 18.100 euros en 2003. Mais celui des personnes de plus de 65 ans n’est que de 16.700 euros : inférieur de 7,8 % à celui de l’ensemble de la population. L’écart de niveau de vie entre les « jeunes » seniors, âgés de 55 à 64 ans, et les plus de 65 ans est ainsi de l’ordre de 15 % en faveur des premiers. En gros, les uns sont encore pour la plupart en activité et les seconds ne touchent que leurs retraites.

Si le niveau de vie moyen des 55/64 ans est supérieur à celui du reste de la population, la dispersion est également plus importante dans cette tranche d’âge. En 2003, parmi les 55-64 ans, les 10 % les plus aisés vivaient avec un niveau de vie 3,6 fois plus élevé que les 10 % les plus modestes. Alors que ce rapport n’est que de 2,7 pour les personnes âgées de 65 à 74 ans et de 2,9 pour les 75 ans ou plus.

Comme pour l’ensemble de la population, le niveau de vie des femmes est inférieur de 6,5% à celui des hommes au-delà de 55 ans et cet écart croît avec l’âge : de 3,8 % pour les femmes âgées de 55 à 64 ans, il atteint 8,4 % pour celles ayant plus de 75 ans ; il n’est que de 3,7 % pour l’ensemble des femmes de plus de 18 ans. Les femmes les plus âgées ont souvent peu ou pas travaillé et 70 % de celles ayant plus de 75 ans vivent seules. Elles disposent de faibles ressources, et, pour certaines, seulement de la pension de réversion de leur conjoint. .../...

Seniors : des revenus légèrement supérieurs à la moyenne mais avec de grandes disparités
Dans les générations plus récentes, les femmes ont participé davantage au marché du travail, avec des carrières plus complètes ; elles bénéficient donc de retraites de droit direct plus élevées en moyenne que celles des générations précédentes. Par ailleurs, elles sont aussi plus souvent en couple : leur niveau de vie est donc plus élevé en moyenne.

Le taux de pauvreté est plus faible parmi les personnes de 55 ans ou plus que dans l’ensemble de la population (1.45 millions d’individus de cette tranche d’âge vivent avec moins de 774 euros par mois).

Cependant, les individus âgés de 55 à 64 ans qui ont le niveau de vie le plus élevé, sont davantage exposés au risque de pauvreté que les 65-74 ans (taux de pauvreté de 10,1% contre 7,1 %, avec un seuil défini à 60 % de la médiane). Ensuite, ce taux de pauvreté remonte pour les plus âgés (11,2 % pour les plus de 75 ans).

S’agissant des seniors les plus jeunes (55-64 ans), la pauvreté concerne plutôt les non-retraités que les retraités et le taux de pauvreté est assez voisin de celui des moins de 55 ans. Entre 65 et 74 ans, la vie en couple, plus fréquente qu’aux âges élevés, protège de la pauvreté les personnes sans retraites de droit direct (le plus souvent des femmes en l’occurrence). Au-delà de 75 ans, les femmes sont largement majoritaires dans la population et ne bénéficient souvent que de pensions de réversion ou du minimum vieillesse. Or le niveau de vie mensuel d’un individu ne percevant que le minimum vieillesse s’élève à 578 euros quand il est seul et à 691 euros quand il est en couple.

Cependant, pour l’analyse de la situation relative des seniors, il est important de prendre en compte le patrimoine possédé pour compléter l’approche strictement monétaire du revenu. Ainsi 70% des ménages dont la personne de référence a plus de 55 ans détiennent un patrimoine immobilier, alors qu’ils ne sont que 54% quand la personne de référence a moins de 55 ans, selon l’enquête Patrimoine 2004.

S’agissant du montant du patrimoine, les différences selon l’âge sont en revanche plus significatives. Les ménages dont la personne de référence est âgée de plus de 55 ans possèdent en 2003 un patrimoine financier médian de 13.000 euros et moyen de 45.000 euros, soit un niveau presque deux fois plus élevé que celui des ménages plus jeunes. Le patrimoine immobilier médian des seniors est supérieur d’environ 60 % à celui des moins de 55 ans.

Presque les trois quarts (72%) des seniors sont propriétaires (donc pas de loyer à payer) et ont terminé de régler leurs emprunts. Seuls 6% d’entre eux vivent dans un ménage accédant à la propriété alors que la proportion correspondante pour les moins de 55 ans est de 27 %.


Publié le Vendredi 24 Novembre 2006 dans la rubrique Finances | Lu 5921 fois