Sommaire
Senior Actu

Seniors : ça va plutôt pas mal chez les 58-68 ans

CCMO Mutuelle vient de réaliser un sondage avec le cabinet Occurrence qui s’est penché sur le moral des seniors. Au final, le « retour d’expérience » de la part de ces sondés seniors dresse un portrait plutôt optimiste de la vie de ces personnes âgées de 58-68 ans. Moment pour soi, mais également pour les autres, l’existence à l’approche de la retraite ou déjà à la retraite apporte son lot de plaisirs que les problèmes de santé, plutôt rares encore à cet âge, ne viennent pas encore altérer.


Seniors : ça va plutôt pas mal chez les 58-68 ans
Cependant, comme on peut l’imaginer, tous ces seniors sont pas égaux devant la retraite... Bien évidemment, pas besoin d’un sondage pour savoir qu’avoir de l’argent et être entouré constituent des atouts non négligeables pour bien aborder ce virage ! D’autre part, être aisé financièrement et vivre à deux favorisent le « bien vieillir ». Même si ça ne fait pas tout !  
 
Mais cette enquête indique également que certains seniors sont « exclus » de ce bien vieillir idéal : CSP- ou classes moyennes d’artisans ou de commerçants, plus souvent seuls ou moins entourés, ils ne sont pas aussi enthousiastes que les autres (la majorité) sur le « renouveau » que peut représenter ce tournant de la vie ! Certainement car ils détiennent moins souvent les clés du bien-vieillir, à savoir l’argent et l’entourage, qui permettent tous deux d’entretenir une vie sociale.
 
Mais qui sont ces 58-68 ans sondés ? En France, cette population est composée à 54% de retraités. Pour ceux qui travaillent encore, 46% sont employés ou ouvriers et 54% de catégories socio-professionnelles plus favorisées, soit la proportion inverse à la population active française.
 
Leur répartition géographique dans l’Hexagone reflète celle des Français en général, à ceci près qu’ils sont un peu moins présents en Ile-de-France. Pratiquement les deux-tiers (65%) vivent plutôt en couple que seuls (35%) et 66% d’entre eux ont des petits-enfants (de moins de 11 ans pour une grande majorité), qu’ils gardent plutôt régulièrement. Ces différentes situations familiales peuvent parfois, avoir un impact sur l’expérience qu’on a du bien vieillir et la manière dont on envisage sa retraite.      
 
Toujours selon ce sondage, on relève un certain décalage entre ce que les seniors encore en activité imaginent faire une fois à la retraite et ce que les retraités déclarent effectivement faire depuis qu’ils le sont. Comme futures activités, les actifs citent les voyages (65%), les repas et rencontres entre amis (61%) puis la lecture (58%) et les activités manuelles (bricolage, jardinage : 56%).
 
Si ces deux dernières activités sont effectivement très pratiquées par les retraités (respectivement en quatrième et deuxième position), consulter des sites Internet (66%) et regarder la télévision ou des DVD (59%) arrivent en tête des activités effectuées par les retraités, Les voyages (43%) et les repas / rencontres entre amis (49%) n’occupant respectivement que les sixième et cinquième places.
 
Une certaine « idéalisation » de la retraite est à l’œuvre chez les actifs : les loisirs (voyages, sorties et activités culturelles, cinéma) ou les moments de « socialisation » (repas et rencontres entre amis et, dans une moindre mesure, la garde des petits-enfants) sont davantage mis en avant par les actifs (qui imaginent leur future retraite) qu’ils ne sont effectivement pratiqués par les seniors actuellement à la retraite. En revanche, les activités que l’on peut pratiquer seul chez soi (consulter des sites Internet, regarder la télévision ou des DVD) prennent plus d’importance qu’escompté.
 
Interrogés sur ce qu’il est important de faire ou d’avoir pour bien vieillir, les seniors répondent d’eux-mêmes, qu’il est avant tout important d’avoir de l’argent, d’être entouré et d’avoir une vie sociale. Prendre du bon temps et ne faire que ce qui les intéresse sont également des critères importants (voire essentiels pour le premier), mais sont probablement corrélés à l’argent qu’on peut y investir et la présence de proches avec qui partager ces moments.
 
Bien vieillir, c’est aussi prendre du temps pour soi plus que pour les autres. En effet, sur les dimensions « s’occuper des autres », « s’engager dans une activité associative/militante » ou « continuer à travailler », les seniors sont plus en retrait. S’occuper des autres est une dimension plus importante pour ceux qui gardent régulièrement leurs petits-enfants (82%), que pour ceux qui n’en ont pas ou qui les gardent rarement-jamais (72%).
 
Etre en couple joue aussi sur la socialisation : la fréquence des repas et rencontres entre amis est plus élevée (pour 54%, il s’agit d’un des loisirs qui les occupent le plus, contre 39% des personnes vivant seules), de même que celle des voyages (50% contre 27%). Par ailleurs, les CSP+ citent également davantage les voyages et les sorties culturelles que les CSP-, probablement aussi pour des raisons financières. L’argent joue en effet sur la diversité des loisirs et des occupations que l’on peut avoir à l’heure de la retraite.
 
Sondage réalisé en ligne auprès d’un échantillon de 600 seniors âgés de 58 à 68 ans représentatif de la population des Français de cette classe d’âge selon les critères de sexe, d’âge (en deux tranches : 58-62 et 63-68 ans), de CSP, de région et de taille d’agglomération. Le questionnaire, d’une dizaine de minutes, a été administré entre le 17 et le 23 avril 2015.
 
Les résultats de cette enquête, conçue comme un observatoire des modes de vie, permettent à la mutuelle de mieux connaître les seniors de manière à leur proposer des prestations correspondantes à leurs attentes et besoins.  


Publié le Vendredi 6 Novembre 2015 dans la rubrique Société | Lu 3305 fois