Sommaire
Senior Actu

Semper Augustus de Olivier Bleys : dans l’oignon


Il y a particulièrement deux moyens de s’enrichir rapidement. Le premier est de s’exiler pour conquérir des marchés encore inexploités. L’autre est de parier sur la valeur d’un produit et de spéculer sur son cours. Le profit est souvent immédiat et la rentabilité peut s’avérer exponentielle. Cornélius Van Derwick a choisi le premier, Wilhem son fils le second.
Semper Augustus de Olivier Bleys : dans l’oignon

Nous sommes en Hollande. Nous sommes au 17ème siècle. La réflexion d’aujourd’hui.

La famille Van Derwick de longue et belle lignée, est menacée de ruine. Leur négoce de drap périclite. Le père décide alors de partir pour le Brésil afin d’y exercer la carrière de trafiquant de sucre. Il place son fils aîné sous la tutelle de Paulus Van Beregsten, important bourgeois de Haarlem aux scrupules détendus, qui a fondé sa fortune sur le commerce de la tulipe. Il faut dire que la tulipe dans les années 1630, est un marché hautement spéculatif.

L’oignon peut se vendre plusieurs fois sa valeur en une seule cotation dans des pseudo-bourses sises au fond des tavernes. « Certains disent qu’au marché des tulipes, on voit plus de papier que d’oignons : ils parlent de windhandel, le commerce du vent ! »

Basé sur des faits réels, la « tulipomania » a véritablement existé, Olivier Bleys nous conte une fable moderne et nous fait passer du bulbe à la bulle financière qui agite périodiquement nos marchés de l’immobilier, de l’internet ou des matières premières.

L’auteur pointe l’excès du système qui aggrave l’injustice et l’inégalité, enrichit les plus riches en spoliant les plus pauvres. Dépité Wilhem se récrie « N’avez-vous pas assez du superflu que vous priviez les autres du nécessaire ».

L’histoire est agréable à lire. Elle est agrémentée de rebondissements et joliment agencées autour d’un phrasé aux tournures surannées du 17ème siècle. Ainsi pour exprimer l’essoufflement il est dit « La course aurait coûté un peu d’air au garçon, il rassembla son souffle avant de répondre ».

La « Semper Augustus » d’Olivier Bleys est une belle tulipe qui nous enrichit.

Semper Augustus
Olivier Bleys
Editions Gallimard
352 pages
19.50 euros


Publié le Lundi 10 Septembre 2007 dans la rubrique Culture | Lu 6304 fois