Sommaire
Senior Actu

Semaine Bleue : Jeunes et vieux… Ensemble du 15 au 21 octobre 2007… et après !

En 2006, la Semaine Bleue a suscité un large engouement et une forte mobilisation. Le thème « Jeunes et vieux… Ensemble ! », en complète phase avec notre société actuelle, a offert un champ d’expression très large aux acteurs du secteur. Dans le cadre de cette nouvelle « semaine », 5 actions menées auprès de personnes âgées ont été primées.


Dessin de Gelluck
Jeunes et vieux … Ensemble ! Prévenir la guerre des âges


À l'heure de la mixité sociale et du métissage culturel, il serait paradoxal que les conflits de génération ravivés par la question de la dette sociale et de l'équilibre des comptes des régimes de Sécurité sociale et plus particulièrement d'assurance vieillesse viennent compromettre et entamer le dynamisme des solidarités intergénérationnelles qui se développent, non seulement au sein des familles mais aussi dans la société civile.

Le vieillissement de la population ne représente pas le tsunami que certains agitent comme un épouvantail, sans doute pour mieux justifier les deux types de mesures qu'appelle nécessairement la question connexe et récurrente de l'équilibre des comptes de la protection sociale à savoir : l'augmentation des contributions sociales ou fiscales et la diminution des prestations.

Dans cette alternative cruelle, il nous faut collectivement veiller à ce que la guerre des âges que les Cassandre perçoivent comme inéluctable vienne creuser davantage les fossés qui ont de tout temps existé entre les générations et singulièrement celles situées aux deux extrémités de l'échelle des âges.

Les jeunes et les vieux ont plus de choses à partager que de choses qui les séparent. Telle est la conviction de tous ceux qui souhaitent témoigner durant la Semaine Bleue mais aussi, tout au long de l'année qu'ensemble les jeunes et les vieux, grâce à leurs différences, peuvent apporter une contribution essentielle à la consolidation du lien social. Les jeunes et les vieux partagent souvent le même vécu subjectif de l'exclusion : exclusion du travail, exclusion de la vie sociale et relégation dans des espaces spécialisés, et disqualification sociale par manque d'expériences pour les uns et par déconsidération du savoir des autres.

Non les travailleurs les plus âgés ne prennent pas le travail des plus jeunes.
Non les dépenses de soins générées plus par les uns que par les autres ne se reporteront pas sur les plus jeunes, puisqu'elles contribuent à créer la richesse qui profitent à tous et tout de suite.
Non le vieillissement de la population d'un territoire n'est pas une catastrophe, il constitue même le meilleur remède à la désertification des campagnes.
Non les vieux n'ont pas besoin de jouer aux jeunes pour s'en faire accepter.
Non le citoyen idéal n'est pas nécessairement un jeune cadre bien inséré professionnellement et familialement, pas plus qu'il n'est ce jeune vieux « griffé » par le marketing senior. Ces Français standard n'existent que dans la tête de ceux qui ne veulent y voir qu'un pouvoir d'achat.

De fait, bien vieillir c'est vivre ensemble avec les personnes de tout âge. .../...

Michèle Fitoussi, marraine de la Semaine Bleue 2007

« J’ai écrit « Victor» en pensant à mes grands-parents qui ne sont plus, à mes parents, au sens large, qui vieillissent. En pensant aussi qu’un jour pas si lointain (même si j’appartiens à une génération qui se croit inoxydable), moi aussi je serai une « personne âgée ».

Je me suis toujours promis, si j’ai la chance de ne pas subir de désastre physique ou mental, d’essayer de vieillir dignement, sans peser sur personne. Mais on ne peut jamais prévoir ce genre de choses : peut-être que comme « Victor », pour lequel j’éprouve une tendresse infinie, je deviendrai moi aussi une « vieille emmerdeuse », me battant pour ma survie au prix de mille efforts.

Bon, mon « Victor » n’est pas ce que l’on appelle une personne très recommandable, mais il est malin et drôle, et presque jusqu’à la fin, il reste debout. Tout ça pour dire que la vieillesse n’est pas une maladie contagieuse, ni un repoussoir; c’est un passage obligé. Il faut faire avec. La sienne et celle des autres. Si on peut s’y préparer, c’est bien. Mais, n’est-ce pas, on n’a jamais très envie d’imaginer le pire.

Sans faire d’angélisme, car il en va des « vieux » comme des « jeunes », il y en a de bons et de moins bons, de sympathiques, et d’insupportables, j’aime bien l’idée de solidarité entre les générations, les plus fortes supportant les plus fragiles, les plus dynamiques boostant les plus faibles, les plus entourées protégeant les plus solitaires. Ce n’est jamais à sens unique, finalement.

C’est pour cette raison, et pour bien d’autres, que j’ai accepté d’être la marraine de cette
Semaine Bleue 2007.
»

Qui veut adopter Victor ?
VICTOR / Editions Bernard Grasset
Michèle FITOUSSI

Vieux Monsieur
Solitaire,
Sans attaches ni famille,
Expulsé de son domicile
Par son propriétaire,
Cherche foyer aimant
Et chaleureux
Pour vivre heureux.
Ecrire au journal
Qui transmettra.

Victor est un ancien libraire octogénaire, érudit, sympathique et sans un rond, qui va être expulsé de son réduit envahi par les livres. Pour le sauver de la rue, lui trouver une famille d’accueil, Alice, sa voisine de palier, stagiaire à Global, un grand hebdo national, organise une chaîne de générosité grâce à une annonce dans le magazine. Le « Pépéthon » est lancé. C’est aux gentils Saillard, que revient le privilège de recueillir ce grand-père qui va changer leur vie…

Cette comédie démonte les travers et les dérives de l’époque : culpabilité envers les vieux, médiatisation qui devient voyeurisme, manipulation de la compassion. Hilarant, décapant.
Les droits cinéma de VICTOR ont été achetés pour un tournage prévu en 2008.
Pour plus d’informations : www.michelefitoussi.com

Né à Tunis, Editorialiste à Elle, Michèle Fitoussi écrit un premier best-seller en 1987, « Le Ras le bol des Superwomen », portrait ironique de la femme active des années 80. Elle écrit « Lettre à mon fils » (1991), puis plusieurs romans publiés chez Grasset, dont « Cinquante centimètres de tissu propre et sec » (1993), « Un bonheur effroyable » (1995), « Le dernier qui part ferme la maison » (2004), d’un recueil de nouvelles, « Des gens qui s’aiment » (1997), et, avec Malika Oufkir, d’un témoignage traduit dans le monde entier, La prisonnière (1999).

Concours Semaine Bleue 2007

Le comité National de le Semaine Bleue organise tous les ans un concours (5 prix) pour récompenser les meilleurs projets organisés à l’échelon d’un département, d’un canton, d’une commune, d’un établissement.

La remise des prix aura lieu le jeudi 29 novembre 2007 et sera suivi d’une représentation du spectacle « Lettre à... », par la Piccola Compagnie, un spectacle pour donner à voir et à entendre « la parole des vieux ».

Lauréats 2007
CCAS de Saint André : « Si jeunes et vieux m’étaient contés ! »
Autour du thème des contes, thème commun à l’ensemble des générations participant à la Semaine Bleue, 3 manifestations sont organisées :
- Réécriture de contes entres les aînés et les enfants d’un foyer d’accueil de l’aide sociale à l’enfance, et les enfants des classes de cm1 / cm2 des écoles primaires.
- Mise en place d’un « Défilé magique au pays des contes » illustrant des temps forts, réalisation de costumes et décors, implication de toutes les générations par une présentation sur scène.
- Action de solidarité à l’initiative des retraités vers des jeunes fragilisés, par le biais de travaux manuels réalisés en vue d’une exposition vente au profit du « Noël des déshérités ».

Maison de retraite de Mornant : « A chacun son ciel »
Confier des appareils numériques aux résidents avec l’aide d’enfants de 8 à 12 ans pour photographier le ciel à l’extérieur de la maison de retraite et dans les chambres. Les photos seront imprimées sur une toile numérique, et ce « toit du ciel » sera suspendu dans l’Atrium de la maison de retraite. La prise des photos et réalisation ne sont que prétexte à se rencontrer, échanger, construire le lien.

Association WADZADE WA MAHORAIS « les aînés de Mayotte » : « Bandraboua Intergéneration »
A Bandraboua, comme dans la plupart des villages de Mayottes, il existait des places publiques réservées aux personnes âgées. Il s’agissait de lieux de rencontre, de palabre et d’éducation. Les jeunes générations s’y rendaient pour écouter des histoires, des traditions et pour apprendre les choses de la vie. Aujourd’hui, on constate que ces places sont occupées par des jeunes et les projets ou actions mis en place ne concernent que les jeunes générations. Ce projet a pour but de rompre l’isolement et de permettre un échange entre générations pendant toute la semaine.

Association Notre Dame des Doms : « Un jardin potager »
Pour cimenter les relations entre la maison de retraite et la crèche voisine, l’association a eu l’idée de créer un jardin potager constitué de 12 parcelles, d’accès adaptés aux enfants et personnes âgées dépendantes. Ce jardin sera inauguré au cours de la semaine Bleue, il est réalisé en partenariat avec « l’Université Populaire rurale ».

Pôle de soins gériatriques, CHU de Nantes : « l’ABC d’hier : jeunes et vieux composent ensemble »
L’équipe d’animation a souhaité rassembler sur un même support des récits de vie des personnes âgées et des productions d’enfants. Est alors né l’idée d’utiliser l’alphabeth comme base de départ : à chaque lettre un thème, à chaque thème une histoire de vie, à chaque histoire des illustrations, à chaque récit une mise en scène possible.

L’un des objectifs est d’élaborer un recueil de l’ensemble des récits des résidents illustrés par des enfants, pour en faire partager le contenu à des lecteurs de tout âge. A l’issu de cette production, le projet est de mettre en scène certaines de ces nouvelles et de les produire devant un public de jeunes et de vieux lors de la Semaine Bleue.

Soyons nombreux à participer à cet élan de solidarité intergénérationnel !


Publié le Vendredi 12 Octobre 2007 dans la rubrique Divers | Lu 23921 fois