Sommaire
Senior Actu

Seleçao 2006 : l’intergénération au service des Champions du monde de football

Le Brésil jouera demain soir contre le Ghana. Cette année encore, les quintuples Champions du monde font partie des favoris, pourtant, cette équipe est « coacher » par un sélectionneur âgé de 63 ans, qui lui-même est épaulé d’un assistant technique de 75 ans… Preuve que même dans un univers où la jeunesse et la force physique sont des atouts majeurs, l’âge et l’expérience jouent toujours un rôle prépondérant.


Coupe du monde de football 2006 : la France a finalement réussi à passer les éliminatoires en battant le Togo 2 buts à 0. Elle disputera donc les 8ème de final demain soir contre l’Espagne, et si nous gagnons contre nos voisins ibères, nous pourrions très bien nous retrouver en quart de final… contre le Brésil.

Si tel était le cas, nous pouvons être certains que les Auriverdes feront tout pour prendre leur revanche sur la finale de 1998, où les Bleus avait alors battu les Brésiliens par 3 buts à 0.

Huit ans après cette défaite, les joueurs brésiliens ne sont plus les mêmes. Certes, le défenseur Cafu, 36 ans, est toujours là, mais de nombreux jeunes viennent désormais remplir les rangs de cette prodigieuse équipe. Ainsi, pour cette édition, le cadet des 23 joueurs de la Seleçao est l’attaquant Robinho, né le 25 janvier 1984. Preuve, comme disait Corneille que la "valeur n'attend pas le nombre des années".

Mais, –une fois n’est pas coutume- c’est surtout du côté du banc de touche et du staff technique que nous allons tourner nos regards. Un endroit stratégique où la moyenne d'âge est nettement plus élevée. .../...
Seleçao 2006 : l’intergénération au service des Champions du monde de football

Seleçao 2006 : l’intergénération au service des Champions du monde de football
En effet, le sélectionneur Carlos Alberto Parreira, âgé de 63 ans, est accompagné par l’une des légendes vivantes du football brésilien : l’ancien footballeur mais également ancien sélectionneur du Brésil : Mario Zagallo, qui avec ses 75 printemps, son palmarès exceptionnel –et son arythmie cardiaque- fait office de « simple » assistant technique.

Ainsi, Parreira, qui entame sa quatrième Coupe du monde de la FIFA (la deuxième avec la sélection brésilienne, qu’il a déjà menée au succès en 1994) a décidé de faire appel à l’expérience de son ancien patron pour le soutenir dans ce tournoi. Il faut dire que les deux hommes se connaissent bien, se côtoient depuis longtemps et ont l’habitude de travailler ensemble.

En réalité, tout a commencé lors de la Coupe du monde de 1970, remportée par les Brésiliens. Cette année là, c’est Zagallo qui était sélectionneur, mais il était aidé par un jeune préparateur physique, un certain Carlos Parreira, alors âgé de 27 ans.

En 2006, juste retour des choses, Parreira est devenu sélectionneur et il décide de s’entourer de Zagallo –surnommé par les joueurs « le Professeur »- qui intègre à nouveau, à 75 ans, le staff de la Seleçao. Comme le souligne l’actuel sélectionneur sur le site internet de la FIFA, « sa seule présence (Zagallo) sur le banc est d'ailleurs un signe très fort et rassurant pour les joueurs, une sorte de lien entre le passé et le futur ».

Preuve que même à ce niveau de la compétition, les joueurs sont non seulement prêts à faire confiance à l’expérience des anciens mais qu’en plus, ils jugent cette expérience comme fondamentale dans la réussite de leur projet.

Un bel exemple de complémentarité entre les générations qui devrait être suivi dans de nombreux autres domaines d'activité.


Publié le Lundi 26 Juin 2006 dans la rubrique Intergénération | Lu 5516 fois