Sommaire
Senior Actu

Séduire les Baby-boomers en surfant sur la tendance 'seventies'

Les grandes marques et enseignes américaines continuent de tabler sur la mode des années 70 pour attirer une clientèle de baby-boomers mais aussi les plus jeunes qui se réapproprient certains produits « phare » des seventies. Malgré quelques signes d’essoufflement voire un certain ras-le-bol, les experts du marketing estiment que cette tendance devrait encore durer quelques années.


Ponchos, petits hauts à fleurs tricotés main, chemises hawaïennes ou de cow-boys, sandales en cuir à talon plat, etc. Voici quelques uns des vêtements que les grands magasins américains, comme le luxueux Saks Fifth Avenue ou Bloomingdale’s, font revivre afin de séduire une clientèle de baby-boomers. « J’adore porter ces habits, cela me rappelle ma jeunesse » confie une américaine de 42 ans. « Lorsque je mets ce petit haut, je me remémore les morceaux du Steve Miller Band ». Saks aurait ainsi vendu l’automne dernier quelques 30.000 ponchos et les fabricants devraient ressortir pour le printemps prochain de nombreux modèles s’inspirant de la même époque.

Toutefois, cette tendance n’est pas nouvelle et ne concerne pas uniquement le secteur de l’habillement. Cela fait déjà quelques temps que les professionnels du marketing ont réalisé qu’ils pouvaient toucher les boomers –et par la même occasion les plus jeunes- avec la fibre nostalgique des années 70 et ce, dans différents domaines : décoration, loisirs, sports, voitures…

Au Japon par exemple, les personnages de dessins animés, qui faisaient un tabac dans les années 1960 voire 1970, reviennent sur les devants de la scène et principalement sur les vêtements. Les héros de jadis refont surface en même temps que les souvenirs d'enfance des Boomers.

En jouant sur la corde sensible de leurs clients, celles des jours heureux de leurs dix ans, les marques s'attirent les faveurs de cette classe d'âge. D’ailleurs le film d’animation « Pollux, le manège enchanté » qui vient de sortir, cherche à toucher aussi bien les enfants que leurs parents quadras/quinquas qui peuvent ainsi retrouver l’un des personnages-clé de leur enfance… Tournicoti, Tournicotons…

Autre concept : un centre commercial de Tokyo, le Ichome Shotengai, a adopté un look totalement rétro et propose de nombreux articles vintage, téléphones, bonbons ou jouets, qui attirent tout autant les jeunes que les seniors. « L’atmosphère me rappelle le Tokyo dans lequel j’ai grandi » confie ainsi un visiteur de 83 ans.
La Lava Lampe, icône seventies

L’année dernière, la saison de hockey 2003-04 remontait le temps avec un plan marketing bien précis : recréer dans les stades l’ambiance des matchs d’antan. Six équipes, les « Original Six », endossaient les maillots de la saison 1945. La musique, les tickets et même les tarifs étaient d’époque. Le but de ces matchs « revival » : toucher deux types de publics, les baby-boomers nostalgiques de leur jeunesse et des anciens succès de leur équipe, et les jeunes, qui de plus en plus se passionnent pour les articles d’une époque qu’ils n’ont pas connu.

En Europe, l’engouement est le même : les constructeurs automobiles comme les marques de chaussures relancent leurs modèles légendaires sous forme de réédition (Converse Chuck Taylor All Stars, Adidas Gazelle, etc.) ou en version modernisée pour les voitures (New Beetle chez Volkswagen ou la C3 inspirée des formes de la 2CV chez Citroën). Chez Adidas, la réédition du maillot de l’OM 1992 se vend aussi bien que les derniers modèles. Ces produits ne sont pas exclusivement destinés aux jeunes : les boomers représentent pas loin de 30% du marché du « sportswear ».

Le fabricant de jouets Hasbro va ressortir en août prochain une nouvelle version des poupées Trolls (petites créatures aux grands yeux noirs et aux cheveux hirsutes de toutes les couleurs) qui se vendaient si bien dans les années 60/70.

La décoration n’est pas en reste. Depuis quelques années déjà, le succès des Lava-Lampes, icône seventies par excellence, ne se dément pas. Les magasins d’occasion vendent très bien le mobilier en plastique orange ou blanc, le papier peint refait surface, les toasters tout en métal se vendent comme des petits pains…
Séduire les Baby-boomers en surfant sur la tendance 'seventies'

Cependant, la vague seventies ne fait pas toujours l’unanimité. « En tant que détecteur de tendance, nous en avons marre de cette période » explique l’un des responsables de la mode chez Saks Fifth Avenue. « Il est temps de changer, nous avons épuisé le filon ».

Même son de cloche chez certains consommateurs. « Je ne comprends pas pourquoi ils nous ressortent sans arrêt les mêmes produits. Je ne les aimais déjà pas dans les années 70 ! Est-ce que les créateurs n’ont plus d’imagination ? » s’interroge une new-yorkaise de 56 ans. Et d’ajouter « avec l’âge, on a envie de vêtements plus appropriés, on ne veut plus regarder sans arrêt vers le passé ».

Pourtant, « on continue à creuser dans le terreau fertile des années 70. Cette décennie a lancé plus de modes que n’importe quelle autre » souligne David Wolfe, directeur créatif du groupe Doneger, société de conseil en matière de tendances dans l’industrie de l’habillement. « Et cela n’est pas près de s’arrêter ».

Les professionnels du marketing n’ont donc pas fini de puiser dans cette époque qui regorge de trésors nostalgiques... si pratiques pour doper les ventes.


Publié le Mercredi 2 Février 2005 dans la rubrique Consommation | Lu 8738 fois