Sommaire
Senior Actu

Santé cardiaque : les baby-boomers ne sont pas au mieux de leur forme

Selon le Bulletin annuel de santé des Canadiens et des Canadiennes de la Fondation des maladies du cœur*, la vague de baby boomers qui atteignent l’âge de 60 ans pourrait être la première génération à inverser les tendances et à voir sa qualité de vie décliner. Depuis dix ans, les taux d’obésité chez les baby boomers ont grimpé de presque 60%, pas moins de 52% sont sédentaires et malgré tout, 80% croient encore que leur espérance de vie sera plus longue que celle des générations précédentes.


« Cette année, près de mille canadiens(diennes) deviennent sexagénaires chaque jour », selon Dr George Honos, porte-parole de la Fondation des maladies du cœur et cardiologue. « La hausse des taux d’obésité et de sédentarité chez les baby boomers pourrait menacer des années de progrès vers une meilleure santé cardiovasculaire . »

Malgré des efforts soutenus contre l’impact de l’obésité sur la santé, une récente enquête de la cette fondation a démontré que pas moins de 56% des baby boomers québécois (58% des baby boomers canadiens) croient que leur poids n’a que peu ou pas d’effet sur leur santé cardiaque.

Voilà dix ans, lors de sa première analyse de la population née après la seconde guerre mondiale, le tout premier Bulletin de la Fondation sur les baby boomers révélait des signes de régression par rapport aux générations précédentes. Une décennie plus tard, le même groupe ne cesse d’afficher des taux de sédentarité et de tabagisme plus élevés que les 65 à 74 ans. Le changement le plus important au cours de cette période aura été le taux d’obésité chez les baby boomers, qui a augmenté de près de 60% au cours des dix dernières années.

Environ 1,3 million, ou 21%, des baby boomers canadiens (45 à 59 ans) ont déjà reçu un diagnostic de maladie du cœur, d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’hypertension artérielle. À mesure qu’ils atteignent la soixantaine, l’âge auquel les taux de maladies cardiovasculaires commencent à grimper de façon marquée, le nombre d’entre eux qui souffre de maladies du cœur, d’AVC ou d’hypertension artérielle augmente.

« Nous savons que 42% des Canadiens dans la soixantaine indiquent souffrir de maladies du cœur, d’AVC ou d’hypertension artérielle. Les baby boomers, avec leurs taux élevés d’obésité et de sédentarité, pourraient connaître une situation encore pire », indique François Péronnet, porte-parole de la Fondation et professeur à l’Université de Montréal au département de kinésiologie.
Santé cardiaque : les baby-boomers ne sont pas au mieux de leur forme

Santé cardiaque : les baby-boomers ne sont pas au mieux de leur forme
La Fondation des maladies du cœur a récemment mené une enquête auprès de cette génération afin de mesurer leur sensibilisation à cette crise de santé cardiaque imminente. L’enquête a ainsi révélé que les baby boomers étaient inquiets de la capacité de notre système de santé (ndlr : au Canada) d’offrir des soins cardiovasculaires, mais en même temps, sont réticents à accepter une part de responsabilité quant à leur propre santé cardiaque. À peine 13% des adultes québécois (14% des adultes canadiens) présentement épargnés par les maladies cardiovasculaires sont prêts à admettre que leurs propres risques peuvent être élevés. Un tiers de tous les décès qui surviennent dans ce pays sont attribuables aux maladies du cœur et aux accidents vasculaires cérébraux.

« Avec le vieillissement de la population, on peut s’attendre à voir augmenter le nombre d’interventions cardiaques , souligne le Dr Honos. Le pire est qu’environ le quart des travailleurs médicaux sont eux-mêmes des baby boomers. À leur retraite, la pression des maladies cardiovasculaires pourrait devenir une crise . »

Les projections démographiques indiquent que le nombre de Québécois sexagénaires augmentera de 49 % au cours des dix prochaines années (passant de 737 000 en 2006 à un million). Le nombre de Canadiens dans la soixantaine augmentera de 50% (passant de 2,8 millions à 4,2 millions) au cours des dix prochaines années. En 2000-2001, on constatait environ 40 000 hospitalisations pour intervention ou chirurgie cardiovasculaire au Canada chez les 55 à 64 ans.

« Si les besoins de soins et services de santé cardiaque augmentent au même rythme que le nombre de professionnels de la santé atteignant la retraite, les listes d’attente pour les interventions comme les chirurgies de pontage, les cathétérismes cardiaques, les angioplasties, les greffes de stimulateurs et de défibrillateurs cardiaques, pourraient s’allonger », précise le Dr Honos.

Ainsi, la confiance qu’ont les baby boomers de voir leur espérance de vie continuer de progresser pourrait s’avérer erronée si les tendances actuelles en santé se maintiennent.

Peut-on faire quelque chose pour changer cet avenir sombre ?

La Fondation insiste pour dire que la prévention n’a jamais été aussi importante. « Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Peu importe votre âge, augmenter votre activité physique, cesser de fumer et perdre du poids, même une perte modeste, peut réduire votre pression artérielle, votre glycémie et votre cholestérol , remarque le Dr Honos. Cela peut vous aider à réduire vos risques de maladies du cœur et d’AVC et vous donner plusieurs années de vie saine et active en plus. »

Voici comment vous pouvez réduire vos risques :
Connaissez vos facteurs de risque
Vivez sans fumée
Pratiquez de l’activité physique
Connaissez et contrôlez votre pression artérielle
Ayez une alimentation saine, plus faible en gras – en particulier en gras trans et saturés
Conservez un poids sain
Contrôlez votre diabète
Limitez votre consommation d’alcool
Réduisez votre stress
Consultez régulièrement votre médecin et suivez ses conseils

*La Fondation des maladies du cœur du Canada est un organisme bénévole national, sans but lucratif, dont la mission consiste à améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes, en favorisant la recherche, la promotion de la santé et les représentations en faveur de la santé afin de prévenir et réduire les invalidités et les décès dus aux maladies cardiovasculaires et aux accidents vasculaires cérébraux.

En savoir plus sur le site de la Fondation des maladies du Cœur de Québec



Publié le Mercredi 15 Février 2006 dans la rubrique Santé | Lu 3850 fois