Social

San José : les personnes âgées victimes de discriminations


A l’occasion d’une rencontre qui s’est tenue à San José (Costa Rica) les 6, 7 et 8 mai dernier dans le cadre d’une réunion en présence des représentants du Programme régional pour les Personnes âgées en Amérique latine et aux Caraïbes, les responsables ont regretté que « les droits des personnes âgées sont constamment violés malgré toutes les questions soulevées jusqu’à ce jour ».


« Les droits des personnes âgées sont constamment violés malgré toutes les questions soulevées jusqu’à ce jour. La gestion sociale concernant la vieillesse et le vieillissement manque de cohérence entre l’affirmation des droits et leur effective application. Dans ce contexte, les personnes âgées continuent à être victimes de nombreuses discriminations, de différents types d’abus et de violence, de la pauvreté et du manque d’accès à la justice ».

C’est ce qu’affirme, selon une récente dépêche de l’agence de presse du Vatican (Fides), la Déclaration de Tres Rios qui fait état de la nécessité de considérer les personnes âgées comme des sujets de droits et promeut la création d’une convention internationale relative aux droits des personnes âgées.

Le document a été publié suite à la réunion régionale qui a eu lieu à San José, au Costa Rica, du 6 au 8 mai sur le thème « Vieillissement : Madrid + 10 : du projet à l’action ». Une réunion en présence des représentants du Programme régional pour les personnes âgées en Amérique latine et aux Caraïbes, PRAM-Caritas, de la Coordination des Organisations de la Société civile en Amérique centrale et aux Caraïbes en matière de vieillissement (CORV) et des organisations de la société civile du Costa Rica.

Autre point important contenu dans la déclaration finale : « les politiques en faveur de la vieillesse manquent de priorités et de budgets stables, ce qui les rend inefficaces en termes d’application. Il n’est donc pas possible de suivre un plan précis pas plus que d’exercer un contrôle les concernant ».

Des représentants provenant de 19 pays ont participé à la rencontre, cherchant à donner un véritable rôle aux personnes âgées. Les gouvernements signataires, entre temps, se sont engagés à renforcer la sauvegarde des droits humains au travers d’un traitement différencié et préférentiel, de l’adoption de lois spéciales de protection, d’une attention prioritaire à la transformation des procès administratifs et judiciaires et de la fourniture d’avantages et de bénéfices aux personnes âgées.

La déclaration sera présentée à la Commission pour le Développement social des Nations unies en 2013.


Lu 1634 fois
Publié le Jeudi 24 Mai 2012



Réagir à cet article :