Sommaire
Senior Actu

Salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso : végétarisme, manger cru et sans gluten

Alors qu’aura lieu du 5 au 9 Février 2015 à Paris (Porte de Versailles), le Salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso revenons plus en détails sur trois grandes tendances de l’alimentation contemporaine qui arrivent en France : le végétarisme, le manger cru et le sans gluten. Détails.


Salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso : végétarisme, manger cru et sans gluten
Le végétarisme

Adieu veaux, vaches, cochons… Le « végétarisme » fait entendre la voix de ceux qui refusent de manger de la viande. Dans ce domaine, la consommation des Français a d’ailleurs baissé de 15% entre 2003 et 2010 (étude du
Credoc). Leurs motivations sont multiples. Certains invoquent des questions de santé, tandis que d’autres mettent en avant les conditions d’élevage ou leur amour des animaux, tout simplement. D’autres invoquent encore la nécessité d’une agriculture plus raisonnée ou les conséquences sur le climat de l’élevage intensif.
 
Bien évidemment, les scandales alimentaires de ces dernières années sont aussi passés par là. Même de grands Chefs font maintenant la part belle aux légumes dans leurs nouvelles cartes, comme Alain Ducasse au Plaza Athénée, qui vient de rouvrir. Une « nouvelle vague » végétarienne qui ne laisse pas indifférente. Plusieurs courants l’alimentent (c’est le cas de le dire !). Le régime ovo-lacto-végétarien élimine viandes et poissons mais autorise les produits d’origine animale comme les produits laitiers et les oeufs. Les végétaliens se nourrissent de fruits, de légumes, de céréales et légumineuses. Les puristes, ce sont les « vegan » qui réfutent toute exploitation animale, non seulement dans leur assiette, mais aussi dans leur armoire qu’il s’agisse de fourrure, soie ou cuir … Alors faut-il se mettre au vert ?
 
Le « manger cru » ou « raw food »

« Une pomme par jour éloigne le médecin », selon le célèbre dicton. C’est un exemple certes, mais il souligne le potentiel de vitalité des aliments consommés crus, qu’il s’agisse des fruits ou encore des légumes voire même de protéines qui font souvent les frais d’une cuisson pas toujours adaptée. Souvent en cause, l’utilisation de lipides, des temps de cuisson trop longs ou une température trop élevée. Au-delà de 42°C, elle détruit les nutriments présents dans les légumes. Manger cru permet donc de bénéficier pleinement des qualités nutritionnelles des aliments, notamment des vitamines, des enzymes, des antioxydants…
 
Les aliments consommés au plus près de leur vraie nature, crus ou sans être transformés ou raffinés (avec leurs cortèges de sucres et de graisses) sont plus facilement assimilables. Portés par les adeptes de la détox et des courants « healthy » californiens, véritables concentrés d’énergie, ils promettent une jeunesse et une longévité … accrues. Naturellement, il n’est pas question de dévorer tout, « tout cru », mais d’introduire davantage de fruits ou de légumes crus, de préférence au début d’un repas. Plus de légèreté, c’est aussi un avantage indéniable quand on surveille sa balance. A noter que manger des légumes crus demande une mastication plus longue et procure un sentiment de satiété plus rapide C’est aussi faire davantage de place à la fraîcheur, l’occasion de renouer avec une alimentation de saison, découvrir ou redécouvrir des saveurs.
 
Le « No Glu » ou si vous préférez, les « sans gluten »

Un regain de vitalité, moins de maux de ventre, une peau plus éclatante, une humeur qui ne joue pas au yoyo … De nombreuses stars se sont faites le porte-drapeau du régime « sans gluten ». Des sportifs de haut niveau vantent aussi son bienfait sur de meilleures performances. Alors que la population coeliaque compte 1% des Français, on estime que 20% de la population serait sensible au gluten.
 
Rappelons que le gluten est une protéine présente dans le blé, le seigle, l’orge ou l’avoine. Les farines utilisées comme liants dans la préparation de plats cuisinés en contiennent aussi. Alors que les céréales sont la base de l’alimentation en Europe, une intolérance ou sensibilité signifie bannir de son assiette le pain, les pâtes, ou encore les croissants … Qui peuvent être remplacés par des farines de riz, des poudres d’amande, etc. C’est ce que proposent les nouveaux restaurants ou les boulangeries « no glu ». Les grandes enseignes de la distribution ont suivi, multipliant une offre de produits sans gluten.
 
L’avis de l’expert : selon le Docteur Dominique Rueff, DU de cancérologie, médecine intégrative, Président ADNO : « Le gluten est trop présent dans les céréales modernes et effectivement son éviction peut améliorer (en dehors des maladies coeliaques qui sont peu nombreuses) la santé de beaucoup de personnes, en diminuant l'expression de certaines maladies inflammatoires. Il suffit d'écouter le discours de sportifs de haut niveau comme Novak Djokovic, pour s'en convaincre. Mais il faudrait élargir ces évictions aux « hypersensibilités » de chacun et pouvoir proposer des alimentations en conséquence »
 
A noter que la 32ème édition du Salon Bien-être, médecines douces & Thalasso proposera cette année un espace spécifique dédié à la nutrition et ses nouvelles méthodes. Au programme : Raw Food ou manger cru, Veggie, Vegan, Jucy Bar ou encore les recettes sans gluten.

Salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso
Du jeudi 5 au lundi 9 février 2015
10h30 à 19h
Paris-Porte de Versailles Hall 2.2
Site www.salon-bienetre.com


Publié le Vendredi 12 Décembre 2014 dans la rubrique Nutrition | Lu 2233 fois