Sommaire
Senior Actu

Royaume-Uni - Un programme de l’OMS pour appliquer les nouvelles technologies au service des seniors

(2231 signes)


Depuis avril 2002, l'Organisation Mondiale de la Santé développe le concept « Vieillir et rester actif ». La ligne de ce projet est définie selon trois idées directrices : santé, sécurité et participation. Dans le cadre de ce programme, l'Union Européenne a initié parallèlement le projet « Seniorwatch » qui devrait permettre de connaître les applications possibles des nouvelles technologies sur le marché des seniors afin de mettre ces dernières à leur service.

L'OMS semble placer cette idée au cœur de ses préoccupations. Selon de récentes projections démographiques, d'ici 2050, il y aura plus de 2 milliards de personnes de plus de 60 ans dans le monde. Il devient donc urgent de s'intéresser au développement d'applications technologiques adaptées à cette population. Bon nombre de ces personnes restent terrifiées à l'idée de vieillir seules. Il existe pourtant aujourd'hui de multiples façons d'améliorer leur qualité de vie au quotidien.

Selon Irène Hoskins, qui travaille actuellement pour l'OMS au Royaume-Uni dans le cadre du programme sur le vieillissement et la santé, 85% des baby-boomers (personnes nées entre 46 et 64) possèdent un téléphone portable et 62% utilisent l’Internet. Un contraste avec leurs parents : les 65 ans et plus ne sont que 37% à posséder un téléphone portable et seulement 13% d'entre eux surfent sur le Web. Les conséquences sont significatives. Les boomers sont nettement mieux informés. Ils accèdent plus facilement aux informations qui les concernent et sont donc au faîte des recherches en matière de santé. De plus, l’utilisation de ces technologies leur permet de rester en phase avec la société et de participer activement aux communautés virtuelles. A terme, ces futurs seniors devraient être plus à même de rompre par eux-mêmes le traditionnel isolement dont est souvent victime le troisième âge.

L'utilisation des nouvelles technologies pourrait aussi leur permettre de vivre de manière indépendante plus longtemps et ainsi repousser l’intégration d’une maison de retraite. De nombreux services médicaux et sociaux sont déjà disponibles via Internet. Selon Irène Hoskins, les rapports intergénérationnels seraient aussi susceptibles de s'améliorer via les nouvelles technologies.



Publié le Lundi 15 Décembre 2003 dans la rubrique Internet | Lu 665 fois